formats

Takashi se voit proposer un poste en or : partir du Japon pour une succursale parisienne pendant trois ans. Une occasion rêvée quelque peu entachée par sa récente rencontre avec Yûko, une jeune femme originaire de Kobé. Leurs rendez-vous, de plus en plus fréquents, montrent une complicité certaine, mais Takashi n’ose avouer ses sentiments à la jeune femme … Bientôt il apprend de la bouche de collègues que Yûko, cette belle tellement prisée, est déjà promise à un homme …

La délicatesse de ce roman est perceptible dès les premières pages. Le lecteur plonge rapidement dans ce nouvel univers d’Aki Shimazaki.
Délicatesse des âmes, délicatesse du style, la narration s’écoule tel un long fleuve tranquille, berçant le lecteur d’une douce mélodie. Pourtant, tout le monde se doute bien qu’une histoire a besoin de troubles, de dilemmes et de suspens. Et le lecteur ne sera là encore pas déçu.

Qui est vraiment cette jeune Yûko ? Ne joue-t-elle pas à un jeu malsain ? Que réserve le destin à nos deux amoureux ?

Outre cette fragile mais superbe histoire d’amour, se dessine en toile de fond le monde terrible de l’entreprise, « ce monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l’ombre ». Une peinture amère du monde du commerce qui caractérise bien tout un pan de la civilisation japonaise.

Mitsuba montre encore une fois tout ce paradoxe japonais : les sentiments, aussi forts et tragiques soient-ils, ne sont pas exprimés. Tout est contenu, maîtrisé, mesuré … Et ce au détriment de l’âme humaine. Celle-ci semble alors broyée par le monde de l’entreprise, et les hommes ne sont plus que des pantins qui laissent même leur vie pour le bon fonctionnement de l’économie japonaise.

Voilà comment en peu de pages se crée une narration complète sur ce Japon hanté par la figure du sacrifice où l’Homme n’a aucune place. Histoire d’amour tragique sur toile de Japon moderne, Mitsuba est d’une délicatesse horrifiante qui laisse le lecteur pantois, la dernière page tournée.

Auteur Aki Shimazaki
Éditeur Actes sud
Date de parution 10/09/2012
Collection Babel, numéro 1123
ISBN 2330010559
EAN 978-2330010553
134 pages
6 € 50

La chronique d’Emmyne : C’est une histoire à la fois sur l’excès et la modération, une histoire d’amour japonaise, toute de retenue, une gravité pudique, une décence fatale et fataliste malgré l’agressivité et l’émotion des situations; une histoire d’amour qui décrit la réalité historique et culturelle japonaise ( expansionnisme économique, les juku – cours privés -, l’usage du miaï – rencontre arrangée dans le but d’un mariage, les tremblements de terre ). Peu de pages, peu de mots, des figures, des scènes, des images choisies et éloquentes.

Celle de Joëlle : Comme dans ces précédents romans, Aki Shimazaki parle de la vie japonaise de façon particulièrement fascinante car celle-ci est vraiment différente de ce que l’on peut habituellement connaître.