D’après une histoire vraie, Delphine de Vigan

Peut-être est-ce d’ailleurs cela, une rencontre, qu’elle soit amoureuse ou amicale, deux démences qui se reconnaissent et se captivent.

d apres une histoire vraie de viganEn apnée. J’ai lu le dernier roman de Delphine de Vigan en apnée. Et ce dès les premières lignes.
Dans un prologue l’auteur nous raconte comment après la parution  de Rien ne s’oppose à la nuit l’écriture est devenue un calvaire.
Comment écrire après ça ? Qu’écrire d’ailleurs après un tel roman ?

C’est à cette époque que l’auteur a rencontré L. D’emblée le lecteur sent que quelque chose ne va pas : est-ce seulement dû à la citation de Misery de Stephen King  qui ouvre le roman ? Lire la suite →

La Variante chilienne, Pierre Raufast

variante chilienne raufast

Il y a toujours plusieurs histoires pour une même vérité. 

Si Milan Kundera me demandait s’il existe à l’heure actuelle un auteur français qui publie de véritables histoires sorties de son cerveau de génie, je citerais Pierre Raufast. A l’heure où l’auto-fiction est devenue une pièce-maîtresse dans la production littéraire, voici un auteur qui prouve que raconter des histoires imaginaires est encore possible ! Non, le roman n’est pas encore mort !

Le premier roman de Raufast était construit comme une poupée gigogne : une histoire en appelait une autre, puis une autre, puis encore une autre. Avec La Variante chilienne, le lecteur aura une nouvelle fois plusieurs intrigues en une. Un véritable régal pour le lecteur friand de belles histoires.
Jubilatoire, oui ! Lire la suite →

Bleu de travail, Thomas Vinau

bleu de travail thomas vinau

Les perles noires

On porte, quelque part, à l’intérieur de soi, ce que la vie nous a pris. On porte cette absence. Le poids, l’empreinte, le relief, du mal que l’on nous fit. Il est là le bagage. Dans ce qui manque. Dans ce qui est fini. Toutes les bêtes de notre espèce portent le collier de perles noires. Un sac de pierres vides sur les lombaires. 

Touchée coulée émue.

Si je devais citer un auteur contemporain qui porte sur le monde un regard nouveau, je citerais Thomas Vinau. Son nouveau livre est un paquet de bonbons qu’on déguste lentement. Des bonbons aux mille et une couleurs, avec mille et un goûts différents. Des sucrés, des acidulés, des amers aussi. Mais tous avec une très jolie forme. Lire la suite →

Figurante, Dominique Pascaud

figurante dominique pascaudLa vie de Louise n’est guère palpitante : employée dans un hôtel de province, elle a le sentiment de tenir le rôle de figurante dans sa propre vie. Un patron libidineux qui regarde ses fesses, un père avec lequel elle n’échange pas trois mots quand elle fait son ménage, les hommes ne semblent pas lui accorder une véritable place. Peut-être les bras de Marc apaiseront-ils cette femme sensible ? Peut-être la venue d’une équipe de tournage va-t-elle changer la donne ? Et si la clé de sa vie se trouvait plutôt dans cette mère inconnue, véritable énigme pour elle ? Lire la suite →

Profession du père, Sorj Chalandon

J’avais de l’asthme depuis ma naissance. Deux mains m’étranglaient. Ma respiration se transformait en voix rocailleuse, en plaintes, en gémissements douloureux. Dans ma poitrine une foule inquiète se lamentait.  Les nuits sans sommeil, je pensais à un cortège qui avançait à la lueur des torches. Une procession de damnés qui cherchaient à sortir de ma gorge en appelant à l’aide. 

Le nouveau roman de Sorj Chalandon dérange, on le lit la gorge serrée, et le coeur au bord des larmes. Lire la suite →

Avec lui. , Nathalie Poitout

Avec lui Nathalie PoitoutLe titre met sur la voie : Avec lui., une histoire d’amour entre deux personnes, mais avec un point final qui clôt l’ensemble.

Ce premier roman de Nathalie Poitout, relate en effet, de façon presque clinique, un amour de sa naissance à sa mort. On assiste à la rencontre entre Marie et Paul. Des regards, des envies, du désir, et des rires. Un temps serein où l’autre montre le meilleur de lui-même. Lire la suite →

Otages intimes, Jeanne Benameur

otages intimes jeanne benameurLe roman s’ouvre sur un otage à qui on rend sa liberté. Après des mois de captivité, il sait qu’il pourra de nouveau être libre de ses mouvements, de sa vie. Mais peut-on vraiment revenir à une certaine normalité, d’ailleurs n’est-on pas toujours otage de quelque chose ?

Le retour est l’occasion alors de revenir sur son enlèvement et sa vie en captivité. La peur, le désarroi, la perte de repères, le lecteur est immergé en prison avec Pierre. Même s’il connaît la fin heureuse, comment s’empêcher de trembler tout de même ? Lire la suite →

La Maladroite, Alexandre Seurat

la maladroite alexandre seuratIl existe des romans qu’on lit dans un souffle, happé par l’histoire, les yeux rivés sur l’encre noire. On est incapable de les refermer pendant notre lecture, et on reste comme hanté par l’intrigue, longtemps après les avoir finis.

La Maladroite fait partie de ces romans, et c’est un premier roman. Lire la suite →

L’atelier du peintre, Courbet en réalité augmentée au Musée D’Orsay

Gustave+Courbet+-+The+Studio+of+the+Painter+

Gustave Courbet (1819-1877) L’Atelier du peintre. Allégorie réelle déterminant une phase de sept années de ma vie artistique et morale Entre 1854 et 1855 © RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

« L’atelier du peintre » réalisé par Courbet en 1855 a une histoire passionnante : refusé par le jury du Salon lors de l’Exposition Universelle, il fut exposé dans un pavillon construit par Courbet lui-même !

Tableau immense de 22 m2 , à l’image de « l’Enterrement à Ornans », cette oeuvre est une véritable pièce maîtresse pour le peintre. On peut même parler de tableau manifeste pour Courbet. Et force est de constater qu’il fallait le restaurer.
Le musée d’Orsay a alors fait appel voici quelques mois au public. Financer sa restauration ? Devenir mécène de Courbet ? Un défi relevé : plus de 150 000 € réunis ! Le tableau est actuellement restauré, une pièce en verre a été réalisée pour l’occasion, dans le musée même. Les visiteurs peuvent alors suivre les différentes étapes de sa restauration. En outre, pour parfaire cette visite, des outils tactiles, sonores et numériques ont été mis en place grâce la Fondation du PatrimoineLire la suite →

This entry was posted in Expositions, Sorties parisiennes and tagged art, Atelier du peintre, Gustave Courbet, point culture, réalisme, restauration atelier du peintre, tableau.

Pour un soir seulement, Thomas Raphaël

pour un soir seulement thomas raphaelLe titre, le sous titre et le mignon chat ont attisé ma curiosité (cela ne tient à rien parfois) : Journal sexuel d’une ex petite moche. L‘autodérision me plaisait bien en plus.

Si Julie n’avait pas eu une mésaventure avec un radiateur, après le départ d’un coup d’un soir (un coup très très lamentable pour Julie, mais très très hilarant pour le lecteur), jamais elle n’aurait su qu’elle risquait de faire un anévrisme dans les mois qui viendraient, et jamais elle n’aurait changé sa façon de vivre. Cette ex petite moche, comme elle aime le rappeler, accumule les bourdes et fait fuir les mecs (déjà en très faible nombre) qu’elle ramène dans son lit. C’est la cata. Lire la suite →