Commentaires sur Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll

Si le sondage suivant « quel livre vous a  le plus marqué quand vous étiez enfant ? » paraissait, je suis pratiquement certaine qu’Alice au pays des merveilles viendrait en tête du classement. Et pourtant, je crois ne l’avoir jamais lu. Ou du moins pas entièrement. Mais puisqu’à la rentrée 2009, ce livre fait partie du programme de français en 6ème, il a bien fallu que je m’y intéresse d’un peu plus près  …
Voilà qui est chose faite.

Alice est avec sa sœur dans le jardin, et elle trouve le temps long, assise sur son talus, si bien qu’elle est prise d’une certaine torpeur … mais soudain un lapin blanc passe à côté d’elle. Et ce n’est pas un lapin ordinaire, puisqu’il parle !
Comme Alice n’a jamais rien vu de tel, elle suit ce lapin qui s’engouffre alors dans un terrier. Terrier qui se transforme vite en tunnel. Et voici la pauvre Alice qui se met à tomber dans ce puits sans fond …
Après quelques minutes de chute tout de même, la jeune fille se retrouve dans une pièce tout en longueur éclairée par des lampes au plafond. Tout autour de cette salle, des portes verrouillées.
Sur une table, Alice voit alors une petite clé : elle doit  bien ouvrir une des portes, mais laquelle ?
Après avoir longtemps cherché, elle découvre une petite porte derrière un rideau … mais la porte est si petite qu’elle ne peut passer que la tête !
Déçue, elle retourne près de la table où elle trouve une bouteille sur laquelle est inscrit « Buvez-moi » ….

Le début merveilleux de ce récit ne fera que s’accentuer jusqu’à devenir absurde certaines fois. Prenons par exemple l’épisode du thé où Alice fait la rencontre d’un lièvre de Mars et d’un Chapelier fou. Ces deux personnages sont fous, bon, en français on pourrait se demander pourquoi ces deux personnages sont fous,  mais en anglais, il y a un proverbe qu’on peut traduire par « Fou comme un lièvre de mars » et un autre « Fou comme un chapelier » (As mad as hatter). Lewis Carroll a  effectivement rempli son histoire de jeux de mots et il est souvent bien difficile de rendre compte de ceux-ci dans une traduction …
Bon, retournons à notre histoire de fous.
Les personnages prennent le thé et leur discussion est complétement illogique ! Alice assiste donc à un échange entre fous où les réponses n’ont aucun lien avec les précédentes. Même leurs déplacements sont absurdes ! Seule Alice reste sensée.
Outre cet épisode absurde, le lecteur rencontrera sur sa route des maisons dont le toit est fait de fourrure et la cheminée  en forme d’oreille, une reine tyrannique dont le passe-temps est de décapiter les gens du royaume, un chat au sourire étrange et plein d’autres inventions plus étranges les unes que les autres.
Et dire que Lewis Carroll était un mathématicien !

Dans ce récit merveilleux, le lecteur sera donc transporté dans un univers particulier où le mot logique n’a aucune place.
Petite, cette histoire me faisait peur car elle était ancrée dans un cadre réaliste (la petite fille qui s’ennuie aux côtés de sa sœur). D’ailleurs les illustrations de John Tenniel sont assez déconcertantes. 
Vingt ans après, dieu merci, cette intrigue ne me fait plus peur, mais je reste tout de même mitigée.
Bien-sûr, on peut interpréter de nombreuses façons cette histoire : critique du gouvernement victorien, annihilation de la réalité, toute puissance de l’imaginaire …
Et l’œuvre en a inspiré bien d’autres depuis sa sortie, signe de sa richesse. La dernière à sortir est prévue pour mars 2010 . Et c’est Tim  Burton qui a eu l’idée de cette adaptation. Peut-être me réconciliera-t-il avec ce livre ?

Ed. Hachette éducation, 144p, 2€80

La bande-annonce :

Petit aparté avant de terminer.
Le choix de l’édition est important, puisque les traductions diffèrent.
Celle que j’ai lue est l’édition Hachette. Ce n’est pas le texte intégral puisque quelques chapitres ne figurent pas dans cette collection. Les passages manquants sont indiqués entre crochets. De nombreuses illustrations de Tenniel permettent d’étudier l’image fixe,  le vocabulaire difficile est indiqué en notes de bas de page. A chaque chapitre, ou presque, des questions sur l’histoire mais aussi des questions de grammaire peuvent être un support pour le professeur.
J’ai aussi acheté  l’édition Librio, qui pour l’occasion a sorti une nouvelle couverture rose … Le texte est intégral, mais aucun mot de vocabulaire n’est donné, l’élève risque donc d’être perdu sans ces notes. En outre, les illustrations de Tenniel sont très rares …
Celle de Folio Junior pour finir. Les illustrations sont nombreuses et un texte en exergue avertit le lecteur que les jeux mots anglais sont tous marqués et répertoriés dans un appendice. En fin de livre, l’élève trouvera aussi des jeux et des tests de compréhension. Le texte semble être intégralement repris. Edition plus complète que les deux autres et soucieuse de la traduction.
Le seul point négatif : l’épaisseur du livre risque de rebuter plus d’un 6ème …

Leiloona
Épicurienne culturelle, je sillonne villes, pays et musées, toujours un livre dans mon sac ... Chaque lundi, je publie mes textes dans un atelier d'écriture que j'anime depuis plus de 5 ans, basé sur une photographie. Museo geek l'hiver, sirène l'été. J'aime les bulles, le bon vin et les fromages affinés. View all posts by Leiloona →

52 commentaires

  1. Tu n’as peut être pas connu Blaise un copain de forum, prof de maths, un total génie parfaitement bien dans ses baskets.
    Blaise a étudié à fond Lewis Caroll et pas seulement comme matheux, mais aussi parce qu’on (toujours ce « on ») mais là, il existe des sources sûres dont je ne me rappelle plus, brefeu, Blaise, disais-je, dans un ouvrage tout ce qu’il y a de plus sérieux a corroboré les thèses qui disent que Lewis Caroll était pédophile notoire.
    Bon, ça fait gloups dans le dos, mais ça existe on le sait.
    Plus tard encore, ce même Blaise, toujours génial, édite l’antithèse de son premier propos avec exemples à l’appui, tout le monde d’applaudir, voilà Lewis Caroll réhabilité, c’est vrai que pédophile, c’est lourd à porter.
    Plus tard encore, encore, Blaise écrit la thèse et là, tout le monde de rester perplexe, alors Caroll pédophile ou non ?
    Pour moi, il l’était, mais on va me répondre qu’il y a prescription.
    Et si je parle aussi longuement, c’est pour éclairer un peu s’il le fallait, ton billet du dessous.
    Caroll était (peut être) pédophile et pourtant il a pondu une jolie merveille d’Alice. Jonquet écrivait noir et disséquait ferme et il n’était ni assassin, ni pervers fiché.

    Et tout ça pour dire que j’ai beaucoup aimé Alice, au point un jour d’appeler un chien de passage chez moi « Humpty Dumpty »

    Répondre
  2. J’ai justement pensé à toi lorsque tu as écrit ton commentaire d’hier sur Jonquet, car je crois qu’on a déjà parlé ensemble de la supposée pédophilie de Carroll.
    Je ne connais pas vraiment l’histoire de Carroll, aussi je parlerai davantage de Céline. J’ai lu son « Voyage au bout de la nuit » avant de connaître son histoire, et même si certains passages de sa biographie sont bien obscurs, ça ne m’empêche pas d’aimer son style et son modernisme.
    Il en va de même pour Carroll, et puisque les inspecteurs ont choisi de mettre cette œuvre au programme, cette supposition semble avoir été mise de côté.

    Répondre
  3. Même si tu es mitigée, j’ai d’autant plus envie de le déterrer de ma pile. J’aime toujours les trucs complètement absurdes!! J’ai surtout vraiment, vraiment hâte de voir le film!!!

    Répondre
  4. L’édition Bibliocollège serait donc la plus adaptée alors ?
    Mon choix pour mes classes se portera certainement sur « Histoire de la mouette et du chat qui lui apprit à voler » de Sepulveda malgré tout

    Répondre
  5. Ah bon, il est au programme! J’ai 2 6èmes à la rentrée et je le savais même pas.
    Bon après recherche, je m’aperçois que c’est pas une étude obligatoire ouf!
    J’aime beaucoup, mais je ne me vois pas faire ça avec des 6èmes!

    Répondre
  6. Si tu as aimé Alice, il faut absolument que tu lises : « De l’autre côté du miroir et ce qu’Alice y trouva » et « La Chasse au Snark ».
    Et oui, ce livre est mon préféré.

    Répondre
  7. J’ai toujours adoré l’univers d’Alice au pays de merveilles mais comme toi avant ce billet je ne l’avais jamais lu. Je pense m’y mettre bientôt car je n’ai lu que des avis enjoués sur son œuvre…

    Répondre
  8. Toujours pas lu non plus mais offert à mon frère il y a quelques années. Je me promets de lui emprunter depuis mais toujours pas fait !

    Répondre
  9. J’ai toujours trouvé ce roman indigeste. Il est au programme de 6è, dis-tu ? Avec les changements, une oeuvre précise est fixée ? (je n’aurai pas de 6ème mais je retourne au collège à la rentrée, je suis un peu déboussolée)

    Répondre
  10. @ Karine
    D’habitude, j’aime aussi les choses absurdes. Mais là, non ça ne passe pas.

    @ Stéphie :
    ça dépend vraiment du niveau de ta classe et de la période à laquelle tu souhaites le donner à lire.
    En fait, l’an dernier j’avais travaillé sur les « Mille et une nuits », et vu que je m’étais royalement plantée sur l’édition, là je bosse sur plusieurs collections …
    La Bibliocollège convient aux classes plus faibles, ou à des classes que tu ne connais pas vraiment encore.
    En fait, je comptais leur donner en 2ème séquence, et je ne me vois pas leur dire d’acheter un livre de plus de 200 pages … (pas en septembre ..)
    La plus rigoureuse est la Folio junior.

    @ Ori :
    Oui, une œuvre que nous pouvons choisir (puisque le nouveau programme de français se met en place dès septembre.)
    Les 6èmes me semblent un peu jeunes encore … ou alors en cursive ?

    @ Faustine :
    Ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, non. :/

    @ Moka :
    Le film, c’est clair que j’irai, mais je ne pense pas faire cette oeuvre cette année … pas vraiment accrochée bizarrement.

    @ Manu :
    Il y a tellement d’œuvres qu’on devrait lire …

    @ Fashion :
    Mince. :/ Et sais-tu quelles classes tu auras ?
    En fait, tu as un choix d’œuvres, mais c’est un choix restreint. J’aurais bien fait « Le Petit prince », mais les 6èmes de mon établissement le font généralement au CM2. :/
    N’hésite pas à m’envoyer un mail si tu veux. Je suis retournée au collège voici trois ans après avoir eu des lycéens, et j’ai été un peu déboussolée moi aussi. Mais on s’y fait vite.
    Les secondes ne sont pas vraiment autre chose que des 3èmes.

    Répondre
  11. dans la salle à manger du christchurch college d’oxford où lewis caroll etait prof, les vitraux representent des scènes d’alice ‘on y a aussi tourné les harry potter, c’est en effet la salle à manger de Poudlard)
    Cela se voit assez clairement dans Alice que Caroll etait un mathematicien, il y a une logique folle dans cette oeuvre. Qu’il soit pédophile ou non, c’est malheureux mais maintenant on s’en fiche un peu, tant son oeuvre est devenue un pilier de la culture anglosaxonne. On peut parler du chapelier fou de Batman, de l’enigme du cheshire, de la chanson rhe walrus des beatles, ou le lapin blanc de Matrix.
    Pour réconcilier Leiloona avec cette oeuvre je lui conseillerai alice in sunderland de brian talbot, un comic extraordinaire.

    Répondre
  12. Très intéressant ton billet ainsi que les commentaires, d’ailleurs. J’ai beaucoup regardé le film de Walt-Disney avec mes filles mais je ne pense pas avoir lu l’oeuvre (des albums uniquement). J’irai peut-être voir le film avec ma plus jeune fille.

    Répondre
  13. Je viens de le lire et j’ai été me chercher Alice de l’autre côté du miroir.
    C’est vrai que l’histoire est parfois étrange, mais j’ai bien aimé le monde qui a été créé.

    Répondre
  14. Je l’ai lu trop tard pour l’aimer vraiment! Il était au programme de l’Agreg Lettres modernes une année et je ne l’ai pas lu avec des yeux d’enfant! Mais les photos faites par Carroll d’Alice et de ses amies sont belles et chastes et on ne tranchait pas encore quant à ses penchants pédophiles!

    Répondre
  15. il y avait une expo sympa sur alice cette année à ma bibliothèque, je m’étais dit qu’un jour il faudrait quand même que je lise ce grand classique… En attendant, j’attendant avec impatience la version Tim Burton !!

    Répondre
  16. @ Despair :
    Oui, les clins d’œil à cette histoire sont nombreux.
    Dans « Le Labyrinthe de Pan », le parcours initiatique d’Ofelia ressemble beaucoup à celui d’Alice aussi … mais là encore, je n’ai pas aimé ce film. Comme quoi, tout se rejoint …

    @ Sylire :
    Je ne sais pas encore si le film de Burton sera vraiment fait pour les enfants … enfin, ça dépend de l’âge de ta fille.

    @ Lolo :
    L’homme non plus n’aime pas. Il trouve qu’elle est angoissante.
    Mais je dois aussi tenir compte du prix à l’achat. 2€80 est raisonnable.
    (Ton lien ne mène nulle part. Quelle édition me montrais-tu ?)

    @ Maribel :
    Ah mais c’est chez toi que j’avais lu un billet alors !

    @ Mango :
    Oh, ça devait être intéressant ! Je ne savais pas que tu avais passé l’agrégation de LM !

    @ Fleur :
    Je l’attends impatiemment moi aussi.

    Répondre
  17. Pas encore lu et, jusqu’à maintenant, je n’avais jamais eu trop envie de le lire celui-là…
    C’est que tu m’as donné envie de le lire maintenant!

    Répondre
  18. la bande annonce est géniale, il faut dire que j’adore Burton…
    Quant au livre, j’en avais lu des bouts étant enfant, qui ne m’avaient pas marqués plus que ça.
    Puis j’ai vu l’original, illistré par Caroll lui-même à la British Library, et ça m’avait donné envie de le rouvrir.
    J’ai travaillé mon anglais avec quand j’étais en prépa.
    Et comme je l’ai trouvé tout neuf, dans une jolie version, et pour pas cher du tout dans une libraire new yorkaise, en avril dernier, il est vers le haut de ma PAL maintenant!

    Répondre
  19. J’aurai une 5è, une 4è et une 3è. Et ça fait longtemps que je n’ai pas eu des collégiens, de manière stable et installée (et pas 3 semaines en remplacement). Il faudrait que je prépare des trucs. Bizarrement, je traîne. ))

    Répondre
  20. J’ai toujours un exemplaire d’Alice au pays des merveilles. Je le relis parfois.
    C’est un de mes livres a jamais et pour toujours dans ma vie.

    J’en ai donné des tonnes en cadeau a mes amis, mais moi j’en garde un que je perds parfois aux mains d’enfants curieux, aussitôt je me rachète un autre livre, il est avec moi pour toujours.

    Répondre
  21. Je n’ai pas lu ce livre-là…j’hésite entre attirance et répulsion, c’est étrange. Cela dit, j’ai conservé un petit album enfantin de mon enfance, qui m’avait beaucoup marqué aussi ! Ce conte est fascinant !

    Répondre
  22. Je ne crois pas l’avoir lu mais j’en ai envie depuis très longtemps. Je pense qu’en effet, ce livre est une mine de questionnements. J’avais lu également quelque part que ce livre était une métaphore des expériences vécues lorsque l’on prend du peyotl… Mais comme tu vois, mes sources sont plutôt vagues. ^_^
    Bref, à lire donc. Et le film de Burton sera à voir absolument !

    Répondre
  23. Je crois que ce sont pour toutes les raisons énoncées que j’ai appelé mon blog par ce doux titre !!! ah ! Alice est une muse qui nous inspire et le merveilleux est toujours à la mode !

    Répondre
  24. je ne l’ai encore jamais lu. je connais très bien le dessin animée que j’aime d’ailleurs pas (ne me frappez pas!!) mais peut être que lire le texte me ferait plus apprécier l’oeuvre! affaire à suivre

    Répondre
  25. @ Despair :
    Non, je ne l’ai pas du tout aimé. Comme j’attendais beaucoup de ce film, la déception fut grande.

    @ Lounima :
    Alors bonne découverte ! )

    @ Craklou :
    En version originale, les jeux de mots doivent être drôles comme tout !

    @ fashion :
    Si tu ne connais pas encore le niveau de cet établissement, c’est difficile de bosser efficacement.

    @ Diane :
    Un livre doudou qui fait du bien au moral. Et je trouve qu’on ne parle pas assez de Dinah !

    @ Antigone :
    Fascinant et novateur pour l’époque, oui.

    @ Restling :
    Du coup, je suis allée voir ce qu’était le petoyl ! Eh bien, il y en a des effets secondaires !

    @ Lilibook :
    Tu fais partie de ceux qui classent cette histoire parmi le top 5 des livres pour enfants !

    @ Christelle :
    Je file voir ton blog que je ne connais pas encore ! Sois la bienvenue !

    @ esmeraldae :
    Je n’aime pas non plus le dessin-animé, sois sans crainte !

    Répondre
  26. Je l’ai lu en anglais il y a bien longtemps et j’avais eu du mal à accrocher à la langue mais je pense que c’est parce que je maîtrisais encore trop mal la langue à l’époque. J’en ai offert de belles éditions pour pouvoir le relire mais ce n’est pas encore fait. J’ai aussi pensé à Alice en voyant Le labyrinthe de Pan mais moi, j’ai aimé le film.

    Répondre
  27. C’est marrant je l’ai récemment acheté en collection Livre de Poche, j’ai hâte de découvrir ce conte qui a intrigué plus d’un enfant, merci d’ailleurs pour l’info du film!!!

    Répondre
  28. j’en avais une très jolie édition étant gamine… il faudrait que je parte à l’attaque du garage de mon père…
    ceci dit, j’en garde un très bon souvenir! car je l’avais lu!! bien avant la sixième

    Répondre
  29. @ Edelwe :
    Ah chic, je ne suis pas la seule !
    (Cela me rassure sur mon état mental.) :p

    @ Isil :
    Les deux univers sont très proches.

    @ Lael :
    Le film est très attendu, je crois !

    @ La Sardine :
    Ah oui ? Avant la 6ème ? Bon, peut-être tenterais-je le coup. ^^

    Répondre
  30. J’ai le bibliocollège dans ma PAL mais je ne suis pas pressée de lire puisque je n’ai pas de sixième à la rentrée. Mais son tour viendra…

    Répondre
  31. J’ai hâte de voir le film de Tim Burton. Je ne me souviens pas avoir lu le livre mais j’avais adoré le dessin animé enfant. Merci pour les choix des éditions. c’est bon à savoir.

    Répondre
  32. @ Pimprenelle :
    Alors tu n’es pas obligée de revoir ta progression pour les 6èmes.

    @ La Liseuse :
    Ce sont des éditions pour les jeunes adolescents, il doit y en avoir de meilleures pour les adultes.

    Répondre
  33. @ Alex :
    Les enfants ne comprennent peut-être pas tout, mais au départ, Carroll l’a écrit pour une petite fille du nom d’Alice.

    Répondre
  34. Carroll était certes un professeur de mathématiques, mais il était surtout logicien. Son oeuvre reflète et pose quasiment les principes du « paradoxe de Frege. » A lire : « La Logique symbolique. » par exemple.
    Ses livres insistent sur le sens véritable (et sur le fait se savoir si c’est essentiel, ou pas ? )des mots, et ses personnages sont absurdes dans le sens où ils commencent des théories logiciennes adultes et les terminent par des conclusions d’enfants, brutes et décalées (pour nos regards qui ne sont plus enfantins, et qui ont perdu cette fameuse innocence…).
    On a fait des interprétations à tire-larigot d’Alice, mais je pense que les 6eme peuvent comprendre. Comme pour « le petit prince », ils y verront sûrement autre chose que nous, mais un message passera.
    Carroll était obsédé par la peur de vieillir et le dit à un moment « Convenablement aidée, vous eussiez pu vous arrêter à sept ans » (la nurse, qui dit ça)et cette oeuvre est pour moi destinée aux enfants, qui comme peter pan, se sentent immortels et n’accordent pas l’importance au but précis et au mot juste.
    Mon édition est la Folio Classique, qui contient aussi « de l’autre côté du miroir », le texte est intégral et les illustrations de Tenniel et de Carroll aussi dans leur intégralité. La préface est très bien faite ainsi que le dossier de fin, qui explique toutes les facéties de langage dans la mesure du possible.
    PS : Quant au film de Tim Burton…mouais =)

    Répondre
  35. Carroll était certes un professeur de mathématiques, mais il était surtout logicien. Son oeuvre reflète et pose quasiment les principes du « paradoxe de Frege. » A lire : « La Logique symbolique. » par exemple.
    Ses livres insistent sur le sens véritable (et sur le fait se savoir si c’est essentiel, ou pas ? )des mots, et ses personnages sont absurdes dans le sens où ils commencent des théories logiciennes adultes et les terminent par des conclusions d’enfants, brutes et décalées (pour nos regards qui ne sont plus enfantins, et qui ont perdu cette fameuse innocence…).
    On a fait des interprétations à tire-larigot d’Alice, mais je pense que les 6eme peuvent comprendre. Comme pour « le petit prince », ils y verront sûrement autre chose que nous, mais un message passera.
    Carroll était obsédé par la peur de vieillir et le dit à un moment « Convenablement aidée, vous eussiez pu vous arrêter à sept ans » (la nurse, qui dit ça)et cette oeuvre est pour moi destinée aux enfants, qui comme peter pan, se sentent immortels et n’accordent pas l’importance au but précis et au mot juste.
    Mon édition est la Folio Classique, qui contient aussi « de l’autre côté du miroir », le texte est intégral et les illustrations de Tenniel et de Carroll aussi dans leur intégralité. La préface est très bien faite ainsi que le dossier de fin, qui explique toutes les facéties de langage dans la mesure du possible.
    PS : Quant au film de Tim Burton…mouais =)

    Répondre
  36. Carroll était certes un professeur de mathématiques, mais il était surtout logicien. Son oeuvre reflète et pose quasiment les principes du « paradoxe de Frege. » A lire : « La Logique symbolique. » par exemple.
    Ses livres insistent sur le sens véritable (et sur le fait se savoir si c’est essentiel, ou pas ? )des mots, et ses personnages sont absurdes dans le sens où ils commencent des théories logiciennes adultes et les terminent par des conclusions d’enfants, brutes et décalées (pour nos regards qui ne sont plus enfantins, et qui ont perdu cette fameuse innocence…).
    On a fait des interprétations à tire-larigot d’Alice, mais je pense que les 6eme peuvent comprendre. Comme pour « le petit prince », ils y verront sûrement autre chose que nous, mais un message passera.
    Carroll était obsédé par la peur de vieillir et le dit à un moment « Convenablement aidée, vous eussiez pu vous arrêter à sept ans » (la nurse, qui dit ça)et cette oeuvre est pour moi destinée aux enfants, qui comme peter pan, se sentent immortels et n’accordent pas l’importance au but précis et au mot juste.
    Mon édition est la Folio Classique, qui contient aussi « de l’autre côté du miroir », le texte est intégral et les illustrations de Tenniel et de Carroll aussi dans leur intégralité. La préface est très bien faite ainsi que le dossier de fin, qui explique toutes les facéties de langage dans la mesure du possible.
    PS : Quant au film de Tim Burton…mouais =)

    Répondre
  37. Désolé d’avoir envoyé trois commentaires ! Internet est défaillant, et je ne dois pas être mieux ! =)

    Répondre
  38. Le pseudo est excellent ! )
    Alors, en cette veille de rentrée, je vais essayer de connecter mes deux neurones restants …
    Il s’agit bien de la différence entre le concept et la chose, c’est ça ?

    Sinon concernant les 6èmes, oui, c’est un livre qui possède plusieurs niveaux de lecture, mais je serais frustrée de ne pas aller au bout de l’analyse. Et avec les 6èmes, ça me semble difficile.

    Je regarderai l’édition Folio Classique, même si elle ne me semble pas adaptée pour des petits.

    (J’effacerai les commentaires en trop … ce n’est pas grave.)

    Répondre
  39. Ah oui et j’oubliais : je ne juge pas du Burton avant de l’avoir vu. Mais comme j’aime ce qu’il fait, et son univers, le film devrait me plaire.

    Répondre
  40. C’est cela ! Un très bon exemple étant la discussion pleine de non-sens entre le chapelier fou et le lièvre de mars, bloqués à l’heure du thé.
    Pikachu est un pokémon, c’est correct.
    Un pokémon est un pokémon ne l’est pas.
    « le concept pokémon » est un pokémon est correct car « le concept pokémon » devient un vrai sujet.

    Il existe un site belge qui a fait une très bonne analyse des oeuvres de Carrol, mais honnêtement, le lire, c’est avoir envie d’avoir mal à la tête ! =)

    Je ne sais pas. Les 6eme sont pour moi à l’âge charnière où l’enfance et l’adolescence commencent à se rencontrer. Comme les mythes, « Alice » leur parlerait, quitte à identifier les personnages à des membres de leur entourage proche. Ensuite, ce n’est que mon avis, et je ne suis pas enseignant. Je ne possède qu’un BAFA, plusieurs colos et des années en tant que frère =)
    Je comprends que tu hésites à traiter ce livre si tu ne penses pas pouvoir aller au bout de l’analyse.

    Je pense que la folio classique n’est pas adaptée en effet, mais elle peut te servir eventuellement de support personnel ou en polycop sur certains détails.

    Merci pour le pseudo, disons que je suis tombé dans Alice étant petit et que ce nom me suit depuis pas mal d’années déjà =)

    Tim Burton, tu as raison, allons le voir avant de se prononcer.

    PS : J’espère que ta rentrée s’est très bien déroulée !

    Répondre
  41. Si vous aimer Alice au Pays des Merveilles, je vous conseille une pièce de théâtre qui s’appelle Les Cauchemars d’Alice. Ca se joue en ce moment à Paris, au théâtre des Deux Rêves.
    En tant que fan du roman, je n’ai pas été décue. Il s’agit d’une adaptation qui respecte totalement l’univers étrange d’Alice, tout en gardant une certaine originalité.
    N’hésitez pas à vous renseigner, ça vaut vraiment le coup.

    Répondre
  42. Merci Reine2coeur, je vais me renseigner, mais je doute pouvoir y aller tout de suite … sauf si ça se prolonge jusqu’au mois de mars !
    Merci de l’information en tout cas !

    Répondre
    1. Euh, il existe des magasins qui s’appellent « librairie ». Allez-y, on ne mord pas ceux qui y entrent …

      :rolleyes:

      Répondre

Commentaire :

%d blogueurs aiment cette page :