Commentaires sur Humaine de Rebecca Maizel

En ce moment, les vampires ont la cote. On les mange à toutes les sauces. Aussi, avec Humaine, Rebecca Maizel a-t-elle choisi de prendre le contrepied de cette mode. En effet, il ne s’agit pas de l’histoire d’un être humain transformé en vampire, mais d’une vampire retransformée en humaine. 
Lénah est un vampire de plusieurs centaines d’années. Et ce n’est pas un vampire lambda puisque c’est la femme la plus puissante. Autour d’elle gravite un cercle de vampires, des hommes qu’elle a transformés et liés à jamais à elle par la magie.
Mais ce matin-là, en se réveillant d’un long sommeil, Lénah sent la douceur du drap sur sa peau. En temps normal, un vampire ne ressent aucune sensation. Alors pourquoi ce matin ressent-elle une émotion ?

A côté d’elle se tient Rhode, son cher et tendre ami de toujours. Son âme soeur depuis plusieurs centaines d’années. 
Pour elle, par amour pour elle, suite à sa demande, il l’a transformée en humaine. Alors qu’elle renaît petit à petit, lui n’a plus que quelques heures à vivre : en redonnant vie à Lénah il s’est sacrifié. 
Au petit jour, la voici redevenue humaine.

Humaine. Dans un monde inconnu. Et seule.

Lénah devra donc apprendre tout de la vie actuelle, de cette époque qu’elle ne connaît pas. Elle réapprendra à connaître la douce odeur de certaines plantes, la chaleur du soleil sur sa peau, mais aussi la souffrance, les larmes.
Elle a deux mois pour se faire à cette nouvelle vie avant que les vampires du cercle tentent de la retrouver. Pour le moment, ils pensent qu’elle est en hibernation, mais durant la nuit du 31 octobre, ils sortiront de terre son cercueil et découvriront que Rhode les a bernés.

Ce premier tome d’une trilogie commence sur les chapeaux de roue. Lénah doit tout apprendre de cette nouvelle vie, et c’est un véritable compte à rebours qui commence.
Se fondre parmi les lycéens, ne pas être étonnée par toute cette technologie qu’elle ne connaît pas, se faire des amis, tout en faisant attention de ne pas attirer le cercle à elle. Malgré tout, même si elle est de nouveau humaine, elle possède encore quelques caractéristiques propres à sa condition de vampire.
La voir évoluer dans un monde qu’elle ne connaît pas est assez drôle : parfois elle voudrait ne faire qu’une bouchée de ces pimbêches qui l’énervent. Malheureusement ses crocs ne lui sont plus d’aucune aide. Elle devra alors composer avec toute une nouvelle palette de sentiments.
Bien sûr l’amour se mêlera à tout ça …
Bref, le soleil, les amours, la modernité, la solitude … On ne s’ennuie pas une seconde. Certains pourront trouver que parfois Lénah est énervante avec tous ces hommes autour d’elle. Mais que voulez-vous, c’est une vampire, et son sex-appeal n’est plus à démontrer … 
Et puis, une fois le temps de la découverte passée, il faudra aussi faire face à des questions plus existentielles : a-t-elle fait le bon choix ? Doit-elle rester en vie ou redevenir vampire ?
Réussira-t-elle à échapper à l’emprise magique de son ancien clan ?  
L’éternité ? La mort ?
Des humains peuvent-ils rivaliser avec la vie qu’offre un vampire ?

En somme, un roman qui prend le contrepied d’une certaine mode tout en surfant sur celle-ci : le narrateur ne sera pas avare de scènes avec des vampires. Aussi faut-il s’attendre à certaines scènes bien sanguinaires. Malgré tout, il s’agit plus d’une redécouverte de la vie plutôt qu’un enchaînement de scènes d’action. 
C’est aussi un roman sur la difficulté à s’intégrer dans un milieu fermé quand on est adolescent, et nos jeunes lecteurs y seront sensibles, à travers l’histoire de Lénah. 

Cette petite Lénah est vraiment attachante car ce qu’elle aime avant tout est la vie. Elle redécouvre les sensations, et elle emporte dans son sillage le lecteur : cette histoire est une véritable ode à la vie. A l’instar de Lénah, on prend conscience de l’air inspiré et expiré, de la douce chaleur du soleil sur nos bras dénudés. 
C’est une belle renaissance, même si elle n’oublie pas ce qu’elle a été. Ainsi, voici un roman qui prend le contrepied de la bit-lit : l’auteur nous offre ici une héroïne qui tel un papillon se réveille de son cocon vampirique, car Lénah est paradoxalement une jeune femme emplie de douceur. Elle qui était un vampire sans âme. 

Et pour finir, ne faites pas comme moi : arrivée à la dernière page j’ai laissé échapper un petit cri : je croyais qu’il me restait encore une page à lire, mais c’était celle des remerciements. Arglll . Vite la suite.  

Auteur : Rebecca Maizel
Editeur : Albin Michel Jeunesse
Collection : Wiz
Date de parution : 06/04/2011
EAN13 : 9782226220011
Genre : LITTERATURE JEUNESSE ROMANS / CONTES / FABLES
Traduit par Valérie Le Plouhinec
Nombre de page(s) : 453
16 € 

 

Publishers Weekly : Le premier roman de Maizel, sombre et envoûtant, inverse la tendance. Fans de vampires ou non, les lecteurs plongeront avec délice dans les affres du désir, de l’amour et du sacrifice
Fantasybook review : Intelligent ….., intelligent….. , exceptionnellement intelligent.  
Bladelor aurait aimé plus d’actions dans la première partie. 
 

Et sinon, pour accompagner Humaine, je vous propose le morceau « Defying gravity » extrait de la B.O de Glee.
 

Découvrez la playlist Glee avec Glee Cast

Something has changed within me 
Something is not the same 
I’m through with playing by the rules 
Of someone else’s game 
Too late for second-guessing 
Too late to go back to sleep 
It’s time to trust my instincts 
Close my eyes: and leap !

27 comments

  1. Stephie says:

    Misère, encore une trilogie. Je vais peut-être attendre qu’elle soit complète et de savoir si elle tient la route.

    Répondre
  2. Sabruhu says:

    Ce titre me tente assez, la couverture est vraiment belle et c’est vrai que ca doit changer de voir de le Bit-lit à l’envers… Je pense néanmoins attendre que les 3 tomes soit sortis en poche!! Je n’aime pas attendre ;.)) Merci!

    Répondre
  3. Olivia says:

    Tu sais donner envie, toi !!
    Même si le mot ‘trilogie’ me rebute un peu, j’attendrai que les trois soient sortis.

    Répondre
  4. Marylène says:

    Bon, j’ai eu ma dose de vampires, mais là, ça a l’air différent. Je me le suis noté, j’espère le lire bientôt !

    Répondre
  5. Leiloona says:

    @ Bladelor : Zut, je n’ai pas cherché qui avait écrit une chronique sur ce livre, j’ai publié la mienne juste avant d’aller me coucher, et j’avais super envie de dormir. Je vais ajouter ton lien !

    @ Alex : Oui, mais c’est un renouvellement du genre.

    @ Irrégulière : Certains passages sont très touchants, oui. Et elle pense souvent à Rhode au cours du livre. Mais tu verras, je crois que nous n’avons pas terminé d’entendre parler de Rhode … (bon, je n’en sais rien, hein, c’est juste une intuition.)

    @ Lisbei :
    J’ai effacé ton commentaire car tu dévoilais trop de choses. Mais pour te répondre, non, la fin n’est pas celle que tu crois. regarde bien les derniers mots !

    @ Melmelie : Oui, ce n’est pas bien malin, mais j’ai enlevé le commentaire. Pour te rassurer, ce n’est pas la bonne fin car ce livre ne se termine pas ainsi.

    Répondre
  6. Leiloona says:

    Sinon, oui j’ai hâte de lire la suite, le tome 2 en VO sort en juin et s’appellera « Stolen Nights ». Mais dans le tome 1 en VO, il y avait le début du tome 2, et il parait que ce début est particulièrement étrange !
    Arghhhhhhhh

    Répondre
  7. Lisbei says:

    Désolée … en fait, je n’ai pas vraiment l’habitude de lire les comms sur les blogs des autres, du coup, j’ai fait comme si je te parlais en tête-à-tête … on ne m’y reprendra plus, pardon Melmelie !

    Répondre
  8. Cécile says:

    Pareil que l’irrégulière… ce livre me tente beaucoup mais j’ai du mal avec l’idée que le potentiel masculin du livre n’est plus !

    Répondre
  9. Desirdelire says:

    Et bien et bien. Je découvre ton blog, et du premier coup, vlan !
    Je ne l’avais même pas regardé ce livre (bah oui, marre des histoires de vampires, ça tourne toujours un peu à la même chose), mais là, tu me donnes carrément envie !
    Et sinon, ta réaction à la fin est exactement celle que j’ai eu en finissant Hunger Games 2

    Répondre
  10. Leiloona says:

    Alors oui, c’est vrai que la perte de l’âme soeur est triste, mais finalement l’histoire est bien faite car il y a plein de retours en arrière dans lesquels il apparaît !

    @ Desirdelire : C’est bien parfois les « vlan » !
    J’espère que tu aimeras !

    Répondre

Laisser un commentaire