Commentaires sur Le coeur sur un nuage de Frédérique Deghelt

Le coeur sur un nuage est le trait d’union entre deux livres sortis indépendamment mais tellement complémentaires : Je porte un enfant et dans mes yeux l’étreinte sublime qui l’a conçu qui raconte la grossesse, et Le cordon de soie qui se penche d’avantage sur ce lien indéfectible qui relie une femme à son enfant. 
Deux petits livres que j’avais repérés alors que j’étais enceinte, mais je voulais éviter de lire ce genre de récit, me laissant d’abord le temps de profiter de mes propres sensations. 
Aussi, en croisant dernièrement la version poche, je ne pouvais pas ne pas les découvrir.
Enfin.
Deux ans et des brouettes plus tard. 

Ce recueil rassemble le travail de deux artistes : les photographies de  Sylvie Singer Kergall et la plume de Frédérique Deghelt. Le livre s’ouvre alors sur la photographie d’un ventre de femme enceinte.
La photo est prise de la femme enceinte : nous prenons ainsi le point de vue de celle qui a la main posée sur son ventre. Une main déjà protectrice, mais aussi une main féminine car gantée d’une superbe bague.
C’est une photo qui donne le ton : ce livre sera la réunion de deux états, celle d’une femme et celle d’une mère en devenir. 
S’ouvre alors un texte rempli de sensualité.

Reliée à l’être qui vient, je vis cette contradiction seconde par seconde comme une sourde vérité de l’instant. Ventre, vent, envol. Comme un ballon emporté par une bourrasque, quelqu’un prend son indépendance. Mon ventre a pris son envol … Il me quitte … Il en abrite un autre (…) C’est un autre encore à l’abri du temps.


©Sylvie Singer Kergall 

Dès les premières lignes je retrouve l’envolée lyrique de Frédérique Deghelt, cette prose qui m’a déjà bercée dans La Grand-mère de Jade et qui s’est confirmée dans La Nonne et le Brigand.
Cette plume d’une sensualité troublante lorsqu’elle parle d’amour charnel a su ici se métamorphoser en écrin de douceur. Un peu comme si l’écriture de Deghelt servait elle aussi à protéger cet enfant en devenir. 
Dans ce recueil, l’accent n’est pas porté sur le côté pragmatique. Tout est vu du côté des sensations : c’est une femme aux aguets, elle porte en elle la vie et elle semble elle aussi enfin naître à la vie. La voici découvrir de nouvelles sensations. Un chat qui se frotte à sa jambe ? La douce mélodie de l’accordéoniste du parc ? 

J’entends la vie pour la première fois avant de la donner. 

Je vribe, j’emporte, j’enlace. Toute parcelle de peau est un appel, la caresse me transcende. Un regard me fusionne. Je porte un enfant et dans mes yeux l’étreinte sublime qui l’a conçu. 
 

©Sylvie Singer Kergall 

La deuxième partie du recueil Le cordon de soie (rien que le titre est un enchantement) se porte sur l’après naissance. L’enfant est là, on le tient enfin dans nos mains : Nos neuf mois gigognes on disparu pour te laisser là.

Où commence et où s’arrête le désir d’une mère de pleurer de joie en caressant la chair de sa chair ? Nous sommes deux peaux élastiques jouant à la séparation. 

Et puis forcément, nous voulons aussi ralentir le temps qui s’écoule inéxorablement :

Un instant je revois les jours ronds de l’attente, les dernières heures d’impatience, un temps oublié, avalé par ce que je devine être désormais mon destin. Freiner des pieds et des mains pour ralentir la course, faire de chaque seconde une pépite d’or dans un écrin d’éternité. 

 

©Sylvie Singer Kergall 

Cette prose en symbiose parfaite avec les photographies de Sylvie Singer Kergall ne peut qu’émouvoir. Là tout n’est que calme, sensations et volupté. 
Un livre que je n’aurais pas aimé lire dès ma grossesse ou juste après la naissance de Tro’Gnon. Mais c’est assurémment un livre qu’on peut offrir à une future maman, en lui glissant doucement à l’oreille qu’elle peut attendre avant de l’ouvrir que la tempête qui habite son corps se soit apaisée.
Un superbe livre que je glisserai volontiers dans des mains amies. Un livre repère, un livre qu’on aime faire découvrir et partager.  

 

Voici ce que l’auteur dit de ce recueil :
Quand les éditions du Livre de Poche nous ont proposé d’accueillir ces deux recueils pour n’en faire qu’un, nous avons su que ces voyages de mères allaient continuer. La perception de ces moments uniques, leur poésie, leur profondeur et l’empreinte qu’ils laissent dans nos coeurs, constituent à la fois ce que nous sommes et ce que nous aspirons à être. Avoir la chance de donner à lire et à voir ces instants intimes au plus grand nombre est un cadeau. Dans la courbe d’un geste, le regard capté, j’ai retrouvé les mots des sages femmes: Ces enfants du XXIe siècle ne sont pas tout à fait les mêmes. Depuis quelques années, nous mettons au monde des volées d’archanges de combat. La phrase de l’écrivain italien Erri de Luca s’est alors imposée:
La poésie est pour nous la forme de combat de la littérature.

 

Auteur : Frédérique Deghelt
Editeur : Lgf
Date de parution : 04/05/2011
EAN13 : 9782253161783
Genre : MATERNITE PATERNITE ENFANCE
151 pages
6 € 

16 comments

  1. Sandrine(SD49) says:

    Ma dernière grossesse est loin maintenant (Alix rentre en 4ème ! ) mais j’ai adoré être enceinte et je pense craquer pour acheter ce livre un de ces jours

    Répondre
  2. MyaRosa says:

    Je suis bien contente d’avoir craqué lorsque j’ai vu (grâce à toi – merci) que ce livre était sorti. Je ne l’ai pas encore reçu mais il devrait arriver aujourd’hui normalement. Par contre, je viens de me rendre compte que je suis un énoooorme boulet ! Je pensais qu’il s’agissait de trois livres différents donc je me suis commandée aussi Le Cordon de soie. :/

    Répondre
  3. Zelda says:

    Oh merci pour ce partage, je vais le lire c’est sûr !!
    En plus le fait qu’il y ait les deux livres réunis c’est top.
    Encore merci d’en avoir parlé, bises.

    Répondre
  4. saxaoul says:

    Je suis un peu dans le même cas que Stephie. J’ai été généralement assez déçue pas les livres que j’ai lu sur le sujet car je ne m’y retrouvais pas. Peut être que je les ai lus trop vite après la naissance de Miss…

    Répondre
  5. agnèslamexicaine says:

    Tu parles bien de ces livres, cela me donne envie, même si je ne suis pas mère, je trouve que c’est une expérience intéressante à partager… et puis j’ai l’impression que ces deux livres vont plus loin…. Merci!

    Répondre
  6. L'or des chambre says:

    Dans ma PAL, dès que je l’ai vu en librairie je l’ai acheté tout de suite… Comme toi je les avais repérés en grand format, je ne pensais pas du tout qu’ils sortiraient un jour en poche, j’ai été agréablement surprise !

    Répondre
  7. Liliba says:

    Je l’ai feuilleté il y a peu de temps, et l’ai trouvé magnifique. ça donnerait presque envie de faire un 4ème…

    Répondre
  8. dan says:

    Je pense que ce livre arrive trop tard dans ma propre histoire, j’aurais adoré le lire il y a une dizaine d’années!

    Répondre

Laisser un commentaire