Commentaires sur Coups de coeur en poche : novembre 2011

Ces derniers mois, pas de sorties de livre en poche « coup de coeur », j’avais donc remisé à plus tard le p’tit chat et son post-it rose. 

Ce mois-ci, deux sorties en poche à signaler. ♥

La clé de l’abîme de Somoza. (cliquez sur le titre pour lire mon billet écrit à l’époque de la sortie) 

Comment ne pas en parler ? Somoza est pour moi un des auteurs les plus inventifs et créatifs aujourd’hui. 

Une histoire haletante, dans un monde futuriste. 
Un monde largement inspiré de l’univers de Lovecraft et de son mythe de Cthulhu. 

 

 

 

Et comment ne pas mentionner ici la sortie poche du livre de Claudie Gallay : Les Déferlantes ? (mon billet caché sous le titre.)
Un immense coup de coeur, il était déjà sorti chez « J’ai lu », mais je préfère nettement la qualité de Babel, tant pour le papier que pour la couverture (j’achèterais toute leur collection si je pouvais. Ah leurs couvertures … ♥) 

Voici ce que j’en disais en 2008 (déjà) : 
Voir ces personnages meurtris par leur passé m’a mise mal à l’aise. Au début de ce roman, j’étais dans l’incapacité de lire plus de trente pages consécutives sans avoir l’impression d’être happée dans les profondeurs des déferlantes. Le roman a eu sur moi un effet de miroir bouleversant. Pourtant j’ai continué ma lecture, à l’instar des personnages en quête de La révélation. 
L’écriture de Claudie Gallay est comme la Hague. Phrases tronquées, en suspens, elles ont du mal à s’envoler, un peu comme les ailes d’un papillon qu’on aurait arrachées.
« On dit ici que le vent parfois est tellement fort qu’il arrache les ailes des papillons. » 
Et le seul point lumineux dans ce roman est la maison de Prévert. Véritable havre de paix aux couleurs chatoyantes qui semble ne pas subir les tourments de la mer. Les personnages arriveront-ils à trouver eux aussi un endroit rédempteur ? Loin de cette mer à double visage qui peut engloutir des hommes, mais aussi les laver de leurs péchés.

 

D’autres blogueurs ont été plus réguliers que moi …

Emmyne  a fait un billet en septembre et en octobre.

Voilà son coup de coeur en septembre (cliquez ici pour lire son billet) : 

Hiver de Mons Kallentoft, un policier. 

La couverture me fait déjà frémir … 
 

 

 

 

Et voici son coup de coeur d’octobre (cliquez ici pour lire son billet.) :

Séraphine : la vie rêvée de Séraphine de Senlis de Florence Cloarec. 

Elle porte un prénom d’ange, chantant, ardent. Pourtant, le destin qui attend Séraphine Louis, née dans une famille pauvre de l’Oise à l’automne 1864, est des plus terre à terre. Orpheline, Séraphine entame une vie de domestique, comme celle de Félicie, l’héroïne d’Un Cœur simple de Flaubert. De cette terne réalité, il s’agit de s’évader. Séraphine communie avec la nature, Séraphine rêve, Séraphine prie. Et, un jour, cédant à un ordre impérieux de la Vierge, Séraphine peint. L’exaltée de Senlis est moquée pour ses toiles chatoyantes où les arbres, les fruits et les fleurs deviennent sensuels ou inquiétants. Mais le jour où un collectionneur parisien, Wilhem Uhde, découvreur de Picasso, de Braque et du Douanier Rousseau, croise la route de la talentueuse femme de ménage, il l’infléchit singulièrement…

Moi aussi j’avais énormément aimé ce portrait d’une très grande artiste. Le film avec Yolande Moreau est très réussi aussi.

Fanny nous parle aussi de deux de ses coups de coeur sortis en poche (cliquez ici pour lire son billet en entier.)

Concerto à la mémoire d’un ange d’Eric Emmanuel Schmitt. 

« Un livre à dévorer », écrit Fanny.

De mon côté, je ne connaissais pas du tout ce titre. Hop, à ajouter à ma liste ! 🙂

 

 

Là où j’irai de Gayle Forman, la suite de Si je reste
 

 

 

 

 

 Anne aussi a publié sa liste de coups de coeur sortis en poche (cliquez ici pour lire son billet) :

Le quai de Ouistreham, de Florence Aubenas. Plus qu’un reportage, un témoignage chez les « petits » du monde du travail, une plongée de l’intérieur dans le monde de la concurrence et du rendement sauvages.

 

 

 

 

Sobibor, de Jean Molla, un des plus beaux de ma vie de lectrice, dit-elle !

 

 

 

 

 

Les nouvelles Nocturnes de Kazuo Ishiguro. Un des auteurs préférés de la miss. 

 

 

 

 

 

Et un petit dernier : 

 

 

 

 

 

 

 

Stephie nous conseille le premier tome d’America de Sardou :

La treizième colonie

 

 

 

 

 

Hélène aussi nous conseille plusieurs sorties (cliquez ici pour lire son billet.)

Prodigieuses créatures de Tracy Chevalier Un roman divertissant

 

 

 

 

 

Au pays des hommes de Hisham MATAR

 

 

 

 

 

Le fameux Ru de Kim Thuy ! 

Celui-ci m’intéresse énormément !

 

 

 

La Centrale de Elisabeth Fihol

 

 

 

 

 

J’espère n’avoir oublié personne.

Si jamais vous voulez nous parler d’un de vos coups de coeur sorti en poche, vous pouvez le faire en commentaire ici ou sur votre blog. 
J’ajouterai votre coup de coeur en éditant ce billet.

 Une belle moisson ! Merci à vous ! ♥

Leiloona

Museo geek l’hiver, sirène l’été.
Je lis et j’écris durant les 4 saisons.
J’aime le bon vin et les fromages affinés.

View all posts by Leiloona →

22 commentaires

  1. Je plussoie pour Somoza, Kallentoft et les deux coups de coeur de Fanny.
    Perso, mon coup de coeur poche de ce mois-ci est le premier tome d’America de Romain Sardou chez Pocket. Et le 2e sort en broché aujourd’hui, hiiii !

    Répondre
  2. Je note le Somoza pour mon chéri qui est fan de Cthulhu ! Quant au Schmitt je ne connaissais pas ce titre non plus.

    Répondre
  3. Bouh, j’ai le Gallay en J’ai lu alors que je préfère Babel aussi!
    Quant à Somoza, il faut vraiment que je le lise!

    Répondre
  4. Moi aussi j’ai « Les Déferlantes » dans la 1ère version poche mais la version Babel est très chouette! C’est vrai que ce livre est très particulier mais j’avais beaucoup aimé! ;o)

    Répondre
  5. J’attendais avec impatience le « Séraphine », et pour avoir « essayé » Somoza, je sais que ce n’est définitivement pas pour moi… J’ai lu un de ses titres « La dame n°13 » et non vraiment, trop de scènes horribles trop de scènes de tortures… Non vraiment, trop terrible…

    Répondre
  6. Ah oui, un grand coup de coeur pour moi aussi Les déferlantes, ravie qu’il soit publié en Babel ( comme toi, j’en ferai bien la collection de ces livres là -)

    Répondre
  7. Ca me fait penser qu’il faudrait que je sorte un jour « La dame n°13 » de ma PAL…
    « Séraphine » me tente mais comme je le disais chez Emmyne, j’ai encore trop en tête le film et l’interprétation magistrale de Yolande Moreau !

    Répondre
  8. Très tentée par le Somoza ! J’ai lu Séraphine, j’attends de voir le film ( ça y est,il est à la maison) pour rédiger un billet complet.

    Répondre
  9. Ah le film te plaira, j’en mettrai presque ma main au feu !

    @ Hélène : et voilà, ajoutée aussi !

    Merci en tout cas, voici de jolis titres à noter !
    Et je connais pas mal de monde qui aime savoir quel poche acheter. Merci pour eux !

    Répondre
  10. Ah c’est vrai que Somoza est envoûtant ! J’avais particulièrement aimé « Clara et la pénombre » et j’ai vu aussi qu’il en a sorti un tout récemment. Ce dernier en poche rejoindra sans doute bientôt ma PAL (qui ne diminue pas beaucoup par les temps qui courent).
    Et je vous rejoins sur « Les déferlantes », comme beaucoup de livres, je le trouve plus classe en Babel que dans une autre édition

    Répondre
  11. Excellente en effet cette moisson de poche merci.
    J’ai en broché les déferlantes mais comme tu le fais remarquer la couverture du poche est superbe !
    Bisous et bonne soirée !

    Répondre
  12. Ah Somoza ! Je n’ai pas résisté à acheter son dernier alors que j’ai toujours Clara et la pénombre dans ma pile (faible je suis, faible je reste)

    Répondre

Commentaire :

%d blogueurs aiment cette page :