Commentaires sur Meetic

Nous nous étions rencontrés sur le célèbre site de rencontres. Une présentation rigolote, une photo assez naturelle pour être crédible, elle ne s’appelait pas Panthère78 ou BaiseMoi92, elle n’avait pas fait de fautes sur sa page : j’avais été attiré par son profil qui sortait de la masse. 
Quelques messages échangés plus tard, elle semblait tout à fait saine d’esprit, loin de ces connectées complètement loufoques, et parfois un peu malades sur les bords. Internet demandait du tri, elle était sortie du lot. 
A moins de cacher son jeu, ou d’être en réalité un vieux fou pervers, je savais que la rencontre aurait lieu un jour prochain.
Et cette soirée était arrivée.

Je suis là, rue des Ecoles, j’attends, je fais les cent pas, j’allume une cigarette avant de l’éteindre après avoir tiré trois fois dessus, je regarde mon reflet dans les vitres, je me recoiffe, je change ma raie de côté, j’ébouriffe mes cheveux, au final je ressemble à un savant fou.
Ou à rien.
Au choix. 
Même ma chemise à carreaux, si soigneusement choisie chez moi, est toute froissée. L’humidité d’un soir d’été, sans doute. Ou bien ma transpiration.
Au choix. 
Et puis, je la vois, là, au loin, une robe vaporeuse qui flotte autour d’elle. Elle se plante face à moi, je bafouille. Oui, oui, c’est bien moi. Pourtant ma photo était crédible, je n’avais pas fait de photo montage ou choisi la photo qui m’aurait rendu beau. 
Elle me fait la bise, maladroitemement. Mon esprit mâle m’envoie un signal d’alerte. Pourvu qu’elle ne soit pas comme ça au lit.
Puis je chasse cette idée hors de moi. Je n’allais pas être comme tous ces nigauds qui jugent une personne au premier regard ou à la première bise.
La voici qui m’emmène dans une autre rue. On s’arrête devant la carte d’un restaurant. Affairée à lire le menu, je ne peux m’empêcher de la détailler.
Sa tenue me fait frémir. Cet imprimé léopard me renvoie à mes années collège, quand madame Perruche entrait en classe, la même robe en léopard depuis le début de l’année. 
Le synthétique avait absorbé ses odeurs corporelles, et un relent de transpiration flottait dans sa salle de classe. 
Et ce soir, j’ai un peu l’impression de sortir avec madame Perruche.
La lose totale. 
Et que dire de cette pose, là, jambes écartées ?  Fait-elle trop d’équitation pour se tenir ainsi ? 
Une lente remontée vers son visage me fait prendre conscience d’une chose. Elle est plus grande que moi. 
Des sueurs froides coulent le long de mon cou. Peut-être que sans ses talons fait-elle la même taille que moi ? Peut-être se tient-elle ainsi pour être moins grande ?

Je suis là, à la détailler, comme un vieux macho, alors qu’avec ma chemise débraillée, mes cheveux de savant fou, j’ai l’air d’un roquet. 
Je suis un minable.
C’est alors qu’elle se penche vers moi, et pose une main sur mon bras.
– Le menu te convient-il ?
Elle a la main douce, un sourire charmant, des yeux pétillants.
Oui, le menu me convient parfaitement.  

***

 

 

 

 

Et voici vos liens : 

– Mathylde

Zelda : Sans hésitation Truffaut

Marine Rose : On mange quoi ?

Anna : Le froid

32 Octobre

Soène

20 comments

  1. Valentyne says:

    Un texte plein d’ humour qui dit bien les désillusions de la première rencontre …. Etaussi qu’il ne faut pas s’arrêter à la première impression .
    Pas de texte sur cette photo pour moi cette semaine : panne d’inspiration
    Bonne semaine

    Répondre
  2. Leiloona says:

    @ 32 Octobre :
    C’est ajouté ! Merci !

    @ Valentyne :
    Oui, j’ai essayé de ne pas en faire un mufle sans concession ! Et puis comme mon homme me dit que mes textes feraient pleurer les pierres, je travaille l’humour.

    @ Anna : Je n’ai pas réussi à ajouter un commentaire à la suite de ton texte (d’ailleurs j’aime beaucoup le design de ton blog, avec ces oiseaux qui tournent et le dessin.)
    Ne pas rapporter les paroles directement donne une teinture particulière à ce récit, comme si finalement ce n’était pas cette rupture qui était importante, tu as d’ailleurs mis l’accent sur le décor, sur les lumières. J’aime beaucoup.

    Répondre
  3. sarah says:

    J’aime beaucoup ton texte, vraiment.
    Tu as su (avec humour, hi, hi!) deviner ce qu’on se dit tous, au premier rendez-vous avec quelqu’un, que ce soit une personne rencontrée par le net ou pas.

    Répondre
  4. Alvi says:

    Bonjour,

    j’adore ton texte surtout la fin, on croirait qu’il n’est pas satisfait de la rencontre, jusqu’à la dernière ligne!

    Merci pour ce texte, et pour ton blog!

    bonne journée!!

    Alvi

    Répondre
  5. 32 Octobre says:

    encore et toujours par la qualité des textes. des beaux univers complètement différents.

    @ Anna, Texte plein de tristesse et si malheureusement possible.
    @ Leiloona, Un personnage attachant que ce savant fou ! quelle dérision !
    @ Marine Rose, Très bien rendu ce dialogue intérieur du guitariste
    @ Mathylde, Et voilà ce qui arrive quand on ne sait pas choisir !
    @ Soène, Texte collant parfaitement à la photo
    @ Zelda, surprise et enchantée par le texte

    Répondre
  6. Thomas MyBOOX says:

    Force est de l’admettre : ça aurait pu être écrit par un homme !

    J’ai adoré la manière dont toutes ces angoisses se sont envolées au premier signe sincère de tendresse…

    Ça ne tient parfois qu’à cela !

    Répondre
  7. Jean-Charles says:

    Joli ! On dirait que tu as pratiqué ce type de rencontre, qui fait qu’on se demande ce qu’on fait là avec une personne qui évoque d’autres souvenirs et dont on a guère envie quand soudain !
    Les photos pour l’instant n’ont pas eu le répondant que j’espérais mais à bientôt.

    Répondre
  8. Amélie says:

    Trop de choses à faire en ce moment pour consacrer le temps que je voudrais à l’écriture… ce qui ne gâche en rien le plaisir de la lecture ! Ton texte est superbe, qui dit subtilement ce qu’il attend de la rencontre, la désillusion, et aussi l’espoir que finalement, quelque chose se passe… J’y ai trouvé une joli note de tendresse. Merci pour ce joli moment !

    Répondre
  9. Amélie says:

    @ Anna : je n’ai pas pu non plus laisser de commentaire sur ton blog. Ton texte est vraiment très beau, très sensible, qui dit bien la difficulté pour un couple de tenir dans la durée. Dommage que celui-ci finisse par rompre !

    Répondre
  10. Leiloona says:

    @ 32 Octobre :
    Si, si ! Je la poste ce matin ! Je suis le lapin d’Alice en ce moment !

    Sinon, je suis contente de voir que je peux me mettre dans la peau d’un homme ! aussi mufle soit-il ! (Bon, là, un gentil mufle. )

    @ Amélie : Oui, avec les jours qui raccourcissent, on a l’impression de faire moins de choses, qu’après avoir casé les obligations, il ne reste que peu de temps.
    Après Noël, ça ira mieux !

    Répondre

Laisser un commentaire