Les héros de l’Olympe : le fils de Neptune – Rick Riordan

Quel plaisir de retrouver Percy Jackson dans ce tome 2 des héros de l’Olympe ! En-fin ! On trépignait dans le tome 1, on se demandait si Percy allait revenir, on ne pouvait que le supposer très fortement vu le titre de ce deuxième opus : le fils de Neptune.

Bon, ne tergiversons pas.
Percy est au plus mal au début du deuxième tome. Il ne sait même plus qui il est. Amnésique mais toujours aussi fort, le voici qui débarque dans un nouveau camp, mais pas celui des Sangs-Mêlés ! Non, ici c’est une louve qui orne les  boucliers et les lances ! Oui, ce sont des Romains ! 
Et forcément on honore les dieux romains à Rome … SPQR CQFD.

Dans ce nouveau tome, on retrouve donc notre héros préféré. Les maladresses et le dyslexie du héros de 12 ans ont laissé place à un grand gars avec pas mal de cicatrices derrière lui. Il ne sait pas qui il est, et jurerait avec déjà eu à faire à des monstres, mais quand et où ? Mystère. 
Seul le fantôme d’Annabeth semble sortir des limbes du cerveau de Percy. Mais qui est-elle ? Mystère là encore.

Notre Percy a donc grandi, comme ses lecteurs d’ailleurs, et même si l’on retrouve des ingrédients qui ont fait le succès de la première série « Percy Jackson » (de l’humour, des personnages de la mythologie remis au goût du jour …), le ton est plus grave. On s’oriente alors plus vers une quête identitaire. 

Mais Percy n’est plus au centre de l’histoire. Ce n’est plus lui que nous suivrons avec attention, du moins, comme le disent certains dieux romains, il ne serait même plus le héros le plus fort … 
Mais qui donc peut bien remplacer Percy ?
Je vous laisse bien entendu le plaisir de cette découverte.

On apprend donc pas mal de choses sur la mythologie romaine, mais aussi quelles sont les différences entre celle de Rome et celle d’Athènes. L’organisation d’un camp romain n’est pas non plus la même que celle d’un camp grec : une façon ludique de discerner les différences entre les deux civilisations. 

Sinon, forcément, il y a un nouveau méchant à combattre. Là encore, la fin du monde est proche !
Puisque Percy a permis de repousser une fois la fin du monde, un nouveau dieu souhaite faire basculer le monde sous sa coupe. Et cette fois-ci, il s’agit de la cruelle Gaïa ! Fichtre, voici que notre fine bande doit s’attaquer à la déesse de la Terre !

Mais avant, il leur faudra rétablir l’ordre des choses car Thanatos est enchaîné quelque part en Alaska… 
Telle sera la quête de Percy, et de deux nouveaux personnages.

Il sera en effet accompagné de Hazel une jeune fille assez particulière car elle semble venir « d’ailleurs », et de Franck. Ce dernier ne connaît toujours pas son père au début de l’histoire. Le garçon se cherche encore, cette quête sera parfaite pour dévoiler toutes ses compétences. 

 Un nouveau tome bien tourné encore une fois, outre le plaisir de retrouver Percy, l’intérêt ici est de connaître le versant romain de la mythologie. 
Et ce n’est pas la vieille bique de professeur de latin que je suis qui reniera l’intérêt d’une telle lecture pour les collégiens.
D’ailleurs, inutile de vous dire qu’ils faisaient tous des bonds dans la salle quand je leur ai montré quelle était ma lecture du moment  … De vrais zébulons en puissance.
Qui a dit que les jeunes ne lisaient plus ?
Grâce à Percy, la relève est assurée.  

 

Auteur : Riordan, Rick
Editeur : Albin Michel Jeunesse
Collection : Wiz
Date de parution : 29/02/2012
EAN13 : 9782226239853
Genre : LITTERATURE JEUNESSE ROMANS / CONTES
Nombre de page(s) : 550
18 € 50 

6 comments

  1. Stephie says:

    Je n’ai lu que le premier Percy et j’avais beaucoup aimé enn plus. Il faudrait que je m’y remettre.

    Répondre
  2. Violaine says:

    Arf, je ne l’ai pas encore acheté. J’avais adoré le premier mais je ne m’en souviens plus vraiment. Je me dis que je devrais attendre la sortie de tous les tomes pour éviter d’avoir à relire la série depuis le début à chaque nouveau tome.

    Répondre
  3. Fanny says:

    Bon, honte sur moi, je n’ai pas lu le premier tome…je crois qu’il faut vite remédier à cela…et si en plus, les élèves accrochent… Merci

    Répondre

Laisser un commentaire