Sentiment 26 – Gemma Malley

Amis de la dystopie, lorgnez sur ce nouveau roman de Gemma Malley. Il a de fortes chances de vous plaire. 

Nous sommes en 2065, et après une terrible guerre, le guide suprême conduit vers le Bien ce qu’il reste du peuple.
Pour faciliter les choses, des lettres allant de A à E classent les humains. Les A sont bien entendu des privilégiés et occupent de hautes fonctions, mais gare à un déclassement toujours possible ! Le fameux envoi qui annonce la perte d’une lettre fait peur à tout le monde. Les E sont les Exécutables : ils subissent un deuxième baptême (une nouvelle ablation de l’amygdale), mais personne n’en est jamais revenu …

Evie, une jeune femme qui s’apprête à épouser un A, vit elle aussi dans la peur … Et ce, malgré son futur mariage. 
Déjà, ses rêves impurs lui font peur et lui valent la visite du Frère. Cette énième visite fait entrer dans une colère noire la mère d’Evie, qui la rejette presque.
Quant à Lucas, son futur mari, elle le trouve très froid. Comme si rien ne l’atteignait. Finalement elle n’a jamais compris pourquoi il lui avait demandé d’être sa femme …
Et puis surtout, il y a Raffi, le frère de Lucas. Cet homme fait battre son coeur. Personne ne le sait, mais Evie et lui se retrouvent tous les soirs cachés au creux d’un arbre.

Mais comment échapper à ce dilemme cornélien ? Epouser un A et être certaine de vivre honorablement au sein de cette société ? Ou au contraire, annoncer au grand jour ses sentiments et être déclassée pour avoir fauté ?

Outre cette confusion des sentiments vient s’ajouter une terrible nouvelle. Il semblerait qu’il existe une faille dans cette société parfaite. Et comble du malheur, Raffi paraît être la clé de tout.

Inutile de dire qu’une vie faite de tourments commence pour la jeune femme …

Sentiment 26  reprend les éléments clés d’un bon roman de science-fiction. Cette société parfaite fait froid dans le dos. On se doute que l’envers du décor ne sera pas tout rose, on émet certaines hypothèses qui pourront sans doute s’avérer justes, et malgré tout, la réalité dépassera toujours notre imagination. 

Dystopie bien construite, on échappe aux longues descriptions de la mise en place de l’intrigue. Dès les premières pages le lecteur est alors plongé dans l’action. 
L’histoire d’amour plaira avant tout aux jeunes filles, tout comme le montre le choix éditorial de la couverture.
Si certains portraits frisent le manichéisme au début (Lucas le froid versus Raffi le brun au coeur sauvage et fougueux), il tend à se réduire par la suite, proposant alors un regard plus fin sur les personnages principaux.  

L’atout majeur de ce roman vient bien entendu de ce nouveau monde crée pour l’occasion par l’auteur. L’article de Wikipédia qui ouvre le roman met très vite dans l’ambiance (bon, après vérification l’article n’existe pas ou plus. Mais il semblerait que ce qui est écrit ne soit pas faux non plus …), et, surtout, le concept tient bien la route. D’ailleurs, l’intrigue m’a fait penser au livre de Lowry, Le Passeur

La deuxième partie du roman, après la révélation, m’a quant à elle moins interpellée. Sans doute est-elle plus banale. 
Malgré tout, je m’étais attachée à ces personnages, j’avais envie de connaître la fin, de savoir quelle issue leur serait accordée. 

Finalement, Sentiment 26 évite certains écueils des premiers tomes car l’intrigue se met vite en route, tout en perdant aussi de son éclat au cours du livre. La fin est certes attendue, sans surprises, mais s’ouvre aussi sur de nouveaux horizons. 
L’histoire de ce trio ne s’arrêtera pas là, elle fera sans aucun doute couler beaucoup d’encre. Le fougueux Raffi tiendra-t-il la route face à son frère Lucas ? Il y a fort à parier que notre Lucas n’ait pas encore montré toutes ses facettes à ses lecteurs.

Alors Lucas ou Raphaël ? La lutte fratricide est de nouveau au goût du jour. Vers lequel, mesdemoiselles, vous tournerez-vous ?

 

Sinon, selon moi, l’expression Les exécutables qui reprenait le titre original The Killables était plus porteur que le titre choisi … 

 

Auteur : Malley, Gemma
Editeur : Michel Lafon
Date de parution : 12/04/2012
EAN13 : 9782749916132
Genre : LITTERATURE JEUNESSE 
Traduit de l’anglais par Marianne Roumy 

Laël attend la suite afin de savoir si cette seconde trilogie de l’auteur sera aussi bonne que la première.  
Hérisson aurait aimé en savoir plus sur Lucas. Tiens, tiens, un faible pour lui, Miss ?  

 

12 comments

  1. bouma says:

    il me tente vraiment beaucoup. j’adore cette auteure depuis sa trilogie précédente.

    Répondre
  2. L'or des chambre says:

    J’avais adoré « La déclaration » et du coup je note celui là (mais d’abord je lirais les deux autres tomes qui font suite à la déclaration)

    Répondre
  3. Lisbei says:

    Tiens, ça a l’air pas mal, ça, j’avais trouvé La Déclaration et la suite intéressante et bien construite ! Je vais vite noter ce titre dans ma liste …

    Merci, et bonne journée !

    Répondre
  4. MamanMarie says:

    « Amis de la dystopie »…j’étais conquise avant même d’aller plus loin ^^

    Ceci dit, encoooore une trilogie ?!

    Répondre
  5. Leiloona says:

    Oui, le début est très bien fait !

    La deuxième partie un peu moins, comme je l’ai écrit, mais l’ensemble se tient.

    Et puis surtout, même si c’est une trilogie, la fin du premier est une vraie fin !

    MamanMarie : Alors tu devrais aimer mes prochaines chroniques.

    Stephie : Il se lit vite, surtout la deuxième partie …

    Répondre
  6. Joanna says:

    Celui-ci me tente vraiment bien, surtout avec tous les avis que je lis un peu partout, même si pour la plupart ça n’a pas été un réel coup de coeur.

    Répondre

Laisser un commentaire