Lulu, femme nue – Etienne Davodeau

Cela fait des années que j’entends du bien de cette BD. De gens complètement différents en plus. Cela aurait dû me mettre la puce à l’oreille …
Mais comme d’habitude, des livres à en perdre la raison, d’autres que je voudrais découvrir mais que je laisse de côté. Je ne développe pas, vous connaissez la chanson pour avoir le même air dans votre tête.

Donc, Lulu femme nue.

C’est l’histoire d’une femme usée par la vie. Le lecteur prend Lulu au moment où un énième entretien avec un recruteur se passe mal. Son âge, son CV. Comme toujours, rien ne va. Mais, au moment d’appeler son mari pour lui dire quel train elle prendra, voici qu’elle lui annonce qu’elle ne rentrera pas tout de suite. Mari abasourdi. Le voici qu’il crie.
Clic.
Lulu a raccroché, elle a envie de souffler, de ne plus penser à son mari, ses trois enfants. Elle a besoin de faire le point.

Une rencontre va alors bouleverser sa vie. Une VRP l’encourage à la suivre le lendemain. Après avoir montré une certaine réticence, la nuit portant conseil, Lulu accepte. La voici sur le chemin d’une nouvelle vie.
Là, dans cette petite ville baignée par la mer, elle fera la connaissance d’un homme, Charles. Elle réapprendra avec lui à vivre, à rire, à s’émerveiller comme une gosse des moindres petits instants de sa vie.
Elle mettra alors de côté sa vie de famille, et écoutera ce sang qui bat dans ses veines et qui lui dit de profiter de l’instant présent.

Construit sur un habile retour en arrière, le lecteur sait qu’entre cette escapade et la narration de celle-ci, il s’est passé un événement terrible. Les amis de Lulu, tous réunis autour de la table du jardin, sont là pour écouter le récit de ses derniers jours. Un ami puis sa fille se chargeront de le faire. La tension dramatique est palpable : que s’est-il passé ? Pourquoi tous les amis de Lulu sont-ils réunis dans son jardin ? Pourquoi personne n’ose regarder dans le salon de peur de … ?

Pourtant, malgré cette tension, on se laisse aller à la légèreté certaine de cette histoire : le récit de cette échappée belle est superbe. Voici une femme qui reprend goût à la vie. Exit le mari qui boit trop sur son canapé, exit leurs disputes. Place au sable, aux dîners improvisés, aux fous rires, aux longues balades, aux mains qui cherchent la chaleur de l’autre, aux enlacements … Même si cela n’est qu’une parenthèse dans sa vie de femme, voici notre Lulu profiter de ces petits riens qui rendent la vie plus belle.

D’emblée on aime cette femme un peu courbée, marquée par le temps. Une femme qui a vécu pour les siens. On aime aussi ce lent réapprentissage des plaisirs des sens. Le tournant n’est pas loin, il suffit juste d’avoir la force de le prendre.
Les dessins sont à l’image de ce récit réaliste : bruts, ils ne sont pas là pour magnifier les personnages. Nous ne sommes pas dans une publicité pour dents ultra blanches …

Alors le lecteur se laisse apprivoiser par ces personnages qui lui ressemblent un peu, par cette histoire d’une femme qui réapprend à vivre. Une belle histoire, même si plane au-dessus de la tête de Lulu un corbeau noir … Que s’est-il passé pour que tout le monde soit réuni ce soir, dans son jardin ? Il faudra que le lecteur soit patient et qu’il attende la fin du deuxième livre …

Lulu, femme nue est une BD sensible, une de celles qui nous racontent un peu, mais qui magnifient aussi la vie. Un savant mélange de beauté, de réalisme, de cruauté aussi, sans oublier cette pincée d’émotions qui fait voir la vie autrement.
Une très belle renaissance.

A découvrir, vous vous en doutez, et plus rapidement que moi …

 

 

Auteur : Étienne Davodeau / un récit en deux volumes d’Étienne Davodeau
Éditeur: Futuropolis
Date de parution : 06/11/2008
EAN13 : 9782754801027
Genre : BANDES DESSINÉES ADULTES / COMICS
Nombre de page(s) : 80
16 € 25

Saxaoul a fait un billet regroupant les deux volumes. Attention spoiler.

Noukette : j’ai aimé Lulu, touchante, vibrante, vivante, magnifique. Une histoire comme je les aime, une belle parenthèse, comme hors du temps.

This entry was posted in Livres pour adultes and tagged , échappée belle, Etienne Davodeau, Lulu femme nue, nouvelle vie.

42 comments

    • Leiloona says:

      Ah chic ! J’espère que tu aimeras, mais te connaissant, je ne risque pas grand chose car je sais que cette BD te touchera. 🙂

      Répondre
  1. Stephie says:

    Voilà un an que j’ai envie de le lire… Mais le tome 1 a disparu de ma médiathèque… Ils ont le 2 mais n’ont toujours pas recommandé le 1… Affaire à suivre, rires

    Répondre
    • Leiloona says:

      Ah ? Viard est une très belle femme … Je ne la voyais pas ainsi. J’aurais plus vu Bonnaire … Elle a une grâce que possède Lulu aussi …

      Répondre
  2. Nahe says:

    Il y a aussi un bout de temps que j’en ai entendu parler et que j’ai envie de le lire…

    Répondre
    • Leiloona says:

      Je suis certaine que ce premier tome te plaira. Le second peut-être moins … La fin sans doute te touchera moins. 😉

      Répondre
    • Leiloona says:

      Honnêtement j’ai acheté les deux tomes sans les ouvrir, me fiant aux conseils avisés d’amies. Mais si j’avais ouvert les BD je ne les aurais pas prises … Un dessin trop brut, je pense. Et pourtant c’est lui qui sert l’histoire aussi, il colle excellemment au propos.

      Répondre
  3. Gwenaëlle says:

    Comme toi, je suis tombée sous le charme de Lulu mais je ne connais toujours pas le fin mot de l’histoire car le deuxième tome est toujours emprunté! Damned!

    Répondre
  4. saxaoul says:

    J’ai beaucoup aimé cette BD mais le dénouement m’a déçue voire même énervée. Qu’est-ce que tu en as pensé toi ?

    Répondre
  5. Mango says:

    Un des titres qui m’ont fait aimer la BD, au même titre que « Rosalie Blum ». Je la relirais bien d’ailleurs cette histoire car je m’aperçois que j’ai oublié comment elle se termine! Un comble!

    Répondre
    • Leiloona says:

      Ah oui ? C’est étonnant ça, vu qu’on attend cette fin dès le début ! :))

      Je note « Rosalie Blum » du coup ! 😉 C’est malin, je note une BD sur mon propre billet ! 😆

      Répondre
  6. gambadou says:

    C’est un auteur que j’ai découvert avec cette BD et que je suis maintenant régulièrement. J’aime beaucoup l’ambiance qu’il arrive à mettre dans ses BD

    Répondre
  7. Midola says:

    J’aime beaucoup ton billet. Moi j’ai lu le premier tome en pensant que c’était un one shot, tu imagines ma déception quand j’ai réalisé qu’il y aurait un deuxième tome mais qu’il n’était pas encore publié…

    Répondre
  8. Didi says:

    Je l’ai lu et bizarrement je n’ai pas accroché tant que ça (j’ai mm pas fait de billet ) … Et puis je me suis trouvée bête à la fin du premier tome et je n’ai pas pu emprunter le tome 2 car il n’est pas au CDI … En mm temps j’ai bien envie de savoir moi ce qu’est devenue Lulu.
    Bon ce sont les vacances je vais peut être reprendre pieds dans mon blog ou alors m’évader comme Lulu…
    Bisous Leiloo’

    Répondre
    • Leiloona says:

      Arff oui, si tu n’as eu envie de lire le deuxième, cela montre que l’intérêt n’était pas vraiment là ! 😀

      Répondre
  9. Cardamone says:

    C’est très juste ce que tu dis, à prime abord les dessins ne sont pas très attirants, mais une fois qu’on rentre dedans, ils deviennent beaux

    Répondre
  10. Pingback: Lulue, femme nue, tome 2 – Etienne Davodeau | Bric à Book
  11. Isa says:

    Une très belle BD !!!
    Je suis d’accord avec Mango et te recommande vraiment Rosalie BLUM.

    Répondre
  12. Brize says:

    Comme c’était ton cas, je n’ai toujours pas tenté, malgré tous les billets élogieux. Un peu parce que je ne suis pas persuadée d’être bon public pour des histoires qui me paraissent s’assimiler à des tranches de vie (banales ?)… mais tu me donnes envie de franchir le pas quand même.

    Répondre

Laisser un commentaire