Un cri d’amour au centre du monde- Kyoichi Katayama

Que reste-t-il de l’autre quand il est parti ? Que devient-on face à ce vide crée ? Comment combler cette absence ?

Aki et Sakurato se sont connus jeunes : une belle amitié qui s’est transformée en amour au fil du temps. Ils auraient dû goûter aux joies de l’insouciance, profiter de ce sentiment tout nouveau, et pourtant il n’en sera rien : ils sont encore des adolescents quand Aki tombe malade.
Très vite, la maladie emporte ce petit corps fragile.

Sakurato qui venait la voir reste avec ce vide en lui. Alors qu’il s’apprête à déverser les cendres de son amie, il repense à ces derniers mois, à la pureté de ce sentiment qui a jailli en lui …

Avec pudeur, mais aussi avec une grande sensibilité, voici le parcours de deux jeunes gens séparés trop tôt.

Dire que j’ai aimé ce livre ne serait pas lui accorder la place qu’il mérite.
Ce n’est pas un livre de détente, on ne le lit pas pour se vider l’esprit. Et pourtant, malgré la perte d’un être cher, malgré ce sujet si épineux, une certaine grâce émane de ces pages.
Une grâce qui nous change à jamais.

Il serait inutile de dire que ce livre apporte des réponses. Il apportera à chacun une certaine vision de la vie, et chacun prendra dans cette histoire ce qu’il voudra bien prendre.
Lorsque la pudeur asiatique s’allie à cette force qui caractérise aussi cette littérature, vous avez Un cri d’amour au centre du monde, petit havre tourmenté qui changera à jamais son lecteur.

Un roman sur un amour pur, mais aussi un bel éloge de cette vie si précieuse que nous malmenons souvent.

A lire, vous vous en doutez. Il fera partie de mes incontournables.

Auteur : Kyoichi Katayama
Editeur : Lgf
Collection : Biblio / Romans
Date de parution : 17/09/2008
EAN13 : 9782253083863
Genre : LITTÉRATURE ROMANS POCHE
222 pages
6 € 70

D’autres l’ont lu :

Stephie : J’ai eu l’impression de lire dans une bulle, totalement en dehors de ce qui pouvait se passer autour de moi. Et paradoxalement, cela fait plus d’une semaine que je cherche les mots pour vous en parler, pour vous convaincre que c’est une très belle lecture …

Noukette : L’écriture est magnifique, poétique et pudique, tout ce que j’aime. Sensible, émouvant, oui, mais ce roman est bien plus que cela encore.

Dan : Jamais larmoyant mais toujours empreint de douceur et d’images colorées, j’ai adoré me plonger dans ce petit ouvrage.

Dolly : Le plaisir tient ici à la construction du récit qui n’est pas chronologique et qui place le lecteur dans une position d’attente et d’appréhension alors même que l’issue fatale est donnée dès le départ, mais aussi aux touches poétiques et philosophiques dans le récit.

Leiloona
Épicurienne culturelle, je sillonne villes, pays et musées, toujours un livre dans mon sac ... Chaque lundi, je publie mes textes dans un atelier d'écriture que j'anime depuis plus de 5 ans, basé sur une photographie. Museo geek l'hiver, sirène l'été. J'aime les bulles, le bon vin et les fromages affinés. View all posts by Leiloona →

30 commentaires

  1. Un livre qui est dans ma wishlist… qu’il va fite falloir que je découvre à mon tour…
    Trés beau billet en tout cas 🙂

    Répondre
  2. La couverture aperçue sur ta page fb m’a séduite, les premières lignes que tu as écrites, tout ce que tu en dis… la grâce dont tu parles habite aussi ce billet et malgré le sujet tu as réussi à me donner envie de le lire (donne-t-il de l’espoir malgré tout?).
    D’autant qu’hier soir j’ai commencé « Le poids des secrets » et que je trouve que tout est lié, jusqu’à leurs couvertures.

    Répondre
    1. Ah oui, « le poids des secrets » est une sublime série. Je viens de la racheter pour la faire découvrir d’ailleurs ! 😉

      Répondre
  3. J’avais lu les autres billets sur ce livre, dont j’ai noté le titre sur mon carnet. Que la littérature japonaise est belle et subtile.

    Répondre
  4. Je l’ai déjà noté, chez Stéphie je crois. Tu me rappelles qu’il faut absolument que je me le procure celui-là.

    Répondre
    1. Oui, il est magnifique !
      (« Magnifique », le nouveau mot de mon Tro’Gnon ! J’adore quand il l’utilise !)

      Répondre
  5. Tout simplement magnifique. Une lecture qui laisse une empreinte indélébile en moi. Je ne suis pas étonnée qu’il t’ait également touchée, Leil…
    Bisous!

    Répondre

Commentaire :

%d blogueurs aiment cette page :