Mère Courage et ses enfants, Brecht

MèreCourage12-YohannCordelle-atelieroz-530x298

Le rideau s’ouvre sur des rythmes. Ceux de Mère Courage et de ses enfants. Trois au total. De trois pères différents. Au centre de la scène, un container : la cantine de Mère Courage.

La guerre de Trente ans fait rage et cette mère a trouvé cette façon de survivre : vendre de l’utile ou du superflu aux soldats. Boucle de ceinturon, eau de vie, elle fait partie de ceux qui donnent un peu de réconfort durant cette sale guerre. Les clans lui importent peu, elle vend à celui qui achète. L’ennemi d’hier peut devenir l’ami d’aujourd’hui.

mere_courage2web-300x297

Pièce en douze tableaux séparés par du chant lyrique, elle ne suit aucunement la structure des tragédies classiques, et on ne peut non plus distinguer un véritable dénouement. Inlassablement Mère Courage vend ses produits et subit plus ou moins la guerre. Les épisodes traumatisants s’enchaînent, tout comme les morts. Les personnages sont englués dans un marasme permanent et le spectateur s’enfonce avec eux dans cette image sans but et sans fin de la guerre.  Les sursauts et les souffrances s’enchaînent et on ne peut assister qu’impuissants à cette débâcle. Les enfants, innocents, ne seront guère épargnés.

On ressort de cette pièce sonné. Première fois que je vois du Brecht mis en scène. Autant je peux enseigner le principe de la portée de la distanciation, autant là la ressentir est vraiment différent. Quelle force !

Je suis sortie chamboulée de cette pièce. Entre le chant lyrique, le jeu des comédiens et la puissance du sujet de la pièce. Une réussite !

redim_proportionnel_photo

Mère Courage et ses enfants de Bertolt Brecht
Mise en scène Gerold Schumann
Assisté de Jérôme Maubert
Avec la collaboration de Milena Vlach
Scénographie Laurent Peduzzi
Costumes Cidalia Da Costa
Lumières Rémi Nicolas
Création maquillage et coiffures Sophie Niesseron
Création 2013, coproduction Théâtre de la vallée, Théâtre 95
Scène conventionnée aux écritures contemporaines de Cergy-Pontoise, La Merise à Trappes

2 comments

  1. Moka says:

    C’est en lisant ce genre d’article que je constate que le théâtre me manque beaucoup.

    Répondre
    • Leiloona says:

      Tu n’as pas une scène près de chez toi, miss ?

      C’est vrai qu’en région parisienne, le choix est plus que grand … Mais lorsque j’habitais Caen, j’avais aussi pas mal de choix, entre le théâtre de Caen et celui d’Hérouville.

      Répondre

Laisser un commentaire