Blue Jasmine, Woody Allen

blue jasmine

Les premières critiques du film étaient toutes très bonnes. On parlait d’un renouveau du cinéaste … Il me fallait donc voir ça d’un peu plus près.

Le thème n’est pas des plus gais : une femme débarque chez sa soeur, ses valises Vuitton sous le bras. C’est une femme sans le sou. Elle, la multimillionnaire, qui enchaînait réception sur réception avec les plus haut placés, a tout perdu. Son mari, qui faisait « des affaires », s’est révélé être un escroc.
Dégringolade, et atterrissage chez la soeur qu’elle ne pouvait qu’à peine voir auparavant.

Jasmine, de son vrai nom Jeannette, est une femme particulière. Elle nage en eaux troubles, mais semble aussi être restée dans sa bulle et n’hésite pas à faire des remarques sur le modus vivendi de sa soeur. Jasmine boit, plus que de raison, et a un rêve : celui de reprendre des études en anthropologie. Pour rester crédible, tout de même, elle travaille en journée chez un dentiste. Mais cette tâche ne lui sied guère, aussi a-t-elle en tête de redevenir une dame … D’ailleurs n’a-t-elle pas gardé certains habits comme sa veste Chanel ? Après tout, dans ce monde l’illusion, autant faire semblant jusqu’au bout.

1380094064-bluejasmine

Le spectateur oscille entre rire et gorge serrée. Certaines situations relèvent du comique de situation, et malgré cette femme vraiment plus du tout au bord de la crise de nerfs, mais en plein dedans, il rit. D’elle bien entendu, de sa soeur, de ses fréquentations en total décalage avec ses amis d’autrefois, de ses neveux qui n’ont rien de gamins bien élevés, de son boulot aussi. Jasmine découvre la vraie vie, ou du moins celle de la plupart d’entre nous.

Cate Blanchett est somptueuse dans ce rôle : elle a en elle cette grâce et ce visage altier qui lui permettent de jouer une descente aux enfers tout en gardant de la classe. Car Jasmine en a, avec son tailleur beige et ses petites perles … Toujours sur la brèche, elle donne à Jasmine un visage humain, et plus le film avance, plus on ressent de l’empathie pour cette folle alcoolisée sous xanax.

cinema-cate-blanchett-madoff-woody-allen-blue-jasmine-1961623-jpg_1751600

Et là réside tout le talent de Woody Allen, car la narration parfaite, faite de savants retours en arrière, ne s’essoufflera jamais. Du rire, on passe aux larmes et à la stupéfaction. En ressortant du cinéma, on ne pourra que s’interroger sur ce personnage sans jamais arriver à savoir qui elle était vraiment. Sadique, usurpatrice, machiavélique, victime ?

Un grand Woody. Le meilleur à mes yeux.

21 comments

  1. Yosha says:

    J’aime bien ton choix de la première photo, elle reflète bien la vie de faux-semblants de Jasmine… cet homme, l’aime-t-elle vraiment ? Ce sont des études de décoratrice d’intérieure qu’elle veut faire je crois 😉 J’aurais bien du mal à choisir le « meilleur » Woddy Allen tant il excelle dans des registres différents mais c’est vrai qu’avec celui-là on oscille sans cesse entre comédie et tragédie et Cate Blanchett est époustouflante dans ce rôle.

    Répondre
    • Leiloona says:

      Oui, au début elle veut reprendre ses études d’anthropologie avant de bifurquer vers la déco intérieure ! 😀

      Blanchett est effectivement magistrale ! On parle d’elle pour les prochains Oscar. 😉

      Répondre
  2. Aifelle says:

    Je relis ta dernière phrase et elle est sans doute un peu tout cela à la fois. Woody Allen a déjà fait dans le dramatique, avec talent, j’ai beaucoup aimé le revoir dans ce registre là et Cate Blanchett est tellement parfaite pour le rôle ; elle fait tout passer. En sortant je me suis dit « enfin du vrai cinéma », il y a tellement de films médiocres et sans intérêt ces derniers temps.

    Répondre
  3. Laure says:

    Le contraire pour moi, je me suis ennuyée ferme … même le ressort de l’intrigue qui fait changer le regard sur le personnage n’a pas réussi à me réveiller… 🙂

    Répondre
  4. Sido says:

    Je savais que je devais aller le voir… et là, j’en ai encore plus envie ! Vite, vite, un petit moment dispo… 🙂

    Répondre
    • Leiloona says:

      La salle était bondée : plus une seule place, et la séance d’avant (45 minutes plus tôt) était elle aussi complète … Impressionnant ! 😮
      Bon, ok, c’était à Châtelet et c’est souvent bondé, mais tout de même …

      Répondre
  5. dasola says:

    Bonjour Leiloona, entièrement d’accord avec ton billet, c’est le meilleur Woody Allen depuis longtemps. Et Cate Blanchett est absolument magnifique. Ce film fera partie bien évidemment de mon « top » de fin d’année. Bonne fin d’après-midi.

    Répondre
  6. zarline says:

    J’avais booké ma soirée de lundi pour aller le voir et puis bam… lumbago. Depuis je sors à peine de mon lit mais j’espère pouvoir y aller la semaine prochaine. Ton billet rend l’attente encore plus dure ;-(

    Répondre
  7. Krol says:

    Ah oui, je suis entièrement d’accord avec ton article ! Je ne sais pas bien parler des films, alors je n’en ai rien dit sur mon blog mais c’est du très bon Woody Allen ! Et Cate Blanchett est tout simplement extraordinaire !

    Répondre
  8. laurie says:

    roo mince moi qui aime Woody Allen par sa vision subtile des choses, ses dialogues, sa philosophie, bah je n’ai pas du tout du tout accroché à ce film pendant lequel je me suis ennuyée car j’ai trouvé que l’on n’avançait pas…je n’ai pas ri, je n’ai pas pleuré et j’ai attendu autre chose…mais bon pour autant je suis fan de Woody Allen mais je préfère ses anciens films notamment Maudite Aphrodite que j’avais adoré…
    Heureusement nos différences font avancer les débats dans ce monde 🙂 mais merci de partager tes idées de sortie!

    Répondre

Laisser un commentaire