Fil brisé (atelier d’écriture)

cabas

Elle claudique
Cœur chaloupé

La barque de sa vie
Renversée
Fracture de l’âme
Souffle éteint
Amour perdu
Kilos pris

Depuis
Elle martèle
Ses pas
Dans une existence perdue
A jamais
Figée dans un passé qui n’est plus

A-t-elle vécu toutes ces années
Si ce n’est
Pour revivre ce passé révolu ?

Marionnette claudicante
Les Parques ont coupé tes fils

Te voici
Un coeur léger
Grâce à ce corps oublié

© Leiloona, le 8 mars 2014.

 ————————————————————————————

 

Le texte de Ludovic : 

Rituel

            C’était devenu un rituel… Une fois par mois, Raymonde entreprenait ce voyage si long et si difficile pour elle.

C’était comme ca, depuis qu’il avait décidé de partir, c’est elle qui le rejoignait. Après le train, il fallait continuer en métro. C’était la partie la plus difficile pour elle. Elle devait s’arrêter plusieurs fois, pour reprendre son souffle, elle n’avait plus vingt ans! Et il fallait supporter le regard des autres. Parfois elle faisait de jolies rencontres, des jeunes étudiantes à qui elle rappelait une grand mère pas vue depuis longtemps, et qui lui faisaient alors la conversation, en lui proposant un bras pour la soutenir jusqu’à la rame… Mais ça devenait de plus en plus rare. Elle voyait surtout les regards qui la jugeaient dépaysée, elle, la vieille de la campagne. C’est vrai qu’elle dénotait dans ce métro.

Chaque mois le voyage lui semblait plus long, elle pensait parfois qu’elle n’y arriverait pas. Et chaque mois, elle finissait par le retrouver quand même, à force de courage… Quelle idée il avait eu d’aller s’enterrer là bas, dans cette grande ville qui vit sans ne rien voir de ce qui est important… Enfin, il n’était plus l’heure de discuter ce choix, c’était comme ça, il fallait s’y plier. Alors elle s’y pliait!

Elle avait mis sa plus belle blouse, celle avec les fleurs si gaies, avait minutieusement préparé dans son petit sac les 2 flûtes et la bouteille de champagne.

Lasse, essoufflée, dans ce métro d’un autre age que le sien, elle pensait déjà au moment de partage qu’elle aurait avec lui tout à l’heure et elle riait déjà du regard désapprobateur des autres, quand ils la verraient ouvrir le champagne, et boire à sa santé. Mais ça aussi elle s’y était habituée, y prenant même un certain plaisir, y trouvant une source de motivation supplémentaire dans ce long chemin de croix mensuel!

Elle sortir du métro, fit les quelques pas qui la séparaient encore de lui, et poussa la lourde porte en métal du cimetière Montparnasse, où André reposait depuis 14 ans maintenant. Il avait choisi d’y être inhumé, comme un pied de nez à la vie, lui qui n’avait jamais vu Paris de son vivant!

Face à la tombe de cet homme qu’elle avait aimé toute sa vie, elle remplit une flûte pour lui et une pour elle, et but à sa santé! Comme chaque mois… un rituel, un reste d’habitude de vie à deux.

 

 ————————————————————————————

 Les liens vers vos textes : 

Adrienne : F comme Félix Faure

Dame mauve : Femme éreintée

Laurent

Béné 89 

Aurélia

Jak : Charges

Cécile MdL : Bikini et mojitos

Josette

Cardamone : La vie dans l’ombre

Sarah

Stéphie

Saxaoul

Caro : Ça flotte le polyuréthane

Jacou : Départ enchanté

Sabine : Quand je pense à Fernande

Sara

 

une-photo-quelques-mots1

 

 

34 comments

  1. sabariscon says:

    Leil , j’aime beaucoup tes vers à l’image de ces anciens amours claudiquant. Tu as le sens du rythme !
    J’aime aussi beaucoup la chute de Ludovic, l’idée du rituel…

    Répondre
  2. milleetunefrasques says:

    Tu es vraiment douée pour cette écriture versifiée 😉 J’aime beaucoup une fois encore.

    Le texte de Ludovic est très émouvant. Bravo !

    Répondre
    • Leiloona says:

      Merci ! 😀 En ce moment, c’est « ce style » qui sort, alors je le laisse faire … Pour une fois ! 😀

      Répondre
  3. bealapoizon says:

    rhaaa t’as pas parlé des poireaux !! J’aime beaucoup vos deux textes !! ma participation est en ligne ( peu inspirée en fait en ce lundi matin)

    Répondre
  4. trezlc@aol.com says:

    j’aime ta femme qui vit hors de son temps…figée dans son passé.
    le second texte me surprend avec le champagne ! belle idée retrouver son amour sur le Mont Parnasse

    Répondre
    • Leiloona says:

      Merci Jacou, c’est ce que j’ai ressenti en regardant cette femme, donc tant mieux si cela est passé.

      Répondre
  5. Caro says:

    @Leiloona : je rejoins Stephie, tu es vraiment douée pour ce type d’écriture, et tes textes sont toujours pleins de jolies images ! Par contre, là je n’arrive pas à savoir si la fin de ton poème est optimiste (elle retrouve sa joie de vivre malgré l’amour perdu et les kilos pris) ou si elle…meurt – les Parques qui coupent son fil ? Comme elle est dans le métro, est-ce qu’elle envisagerait d’aller se jeter sous une rame ? Loooool tu me fais me questionner cette semaine :)

    @Ludovic : « Quelle idée il avait eu d’aller s’enterrer là bas… » expression super bien détournée, bravo ! Et comme tout le monde, j’adore l’idée d’aller boire du champagne sur une tombe, pour célébrer une vie passée ensemble !

    Et que de participations cette semaine, je vais aller lire tout ça !

    Voici la mienne, j’ai un peu déliré ^^ : http://bleueetviolette.wordpress.com/2014/03/10/une-photo-quelques-mots-3-ca-flotte-le-polyurethane/

    Répondre
    • Leiloona says:

      Merci, Caro ! 😀 Alors, non, rien d’optimiste, en effet. Plutôt un hommage à ce que cette femme a été …

      Répondre
  6. bene89 says:

    @ Ludovic: Passer au-delà du jugement des gens, pour faire ce dont on a vraiment envie, quelle belle idée !

    Répondre
  7. Ludovic says:

    Que de jolies participations cette semaine. Et beaucoup de vers, ce qui me semble si difficile a écrire. Bravo!

    Et sinon, désolé pour les 2 fautes qui se sont glissées dans mon texte…:-/

    Répondre
  8. bene89 says:

    J’ai adoré lire chaque participation; je suis désolée pour tous ceux qui sont sur blogspot, impossible d’y enregistrer un commentaire; pas faute d’avoir essayé… (chez Sarah, Josette, Jak, Aurélia, Laurent et Dame Mauve. Si l’un d’entre vous peut m’éclairer?)
    Désolée Leiloona de pourrir quelque peu les commentaires avec mes questions basiques…

    Répondre
    • jacou33 says:

      Moi aussi, je n’y suis pas arrivée tt de suite.
      dans la sélection proposée, il faut cliquer sur Nom/URL. Plus de problème pour laisser un commentaire

      Répondre
    • Leiloona says:

      Ah ben non, c’est important de pouvoir commenter chez les autres … C’est bizarre, de ne pas pouvoir commenter. ❓

      Répondre
  9. saxaoul says:

    @Leiloona : De bien jolies images dans ce poème, même s’il est très triste.
    @Ludovic : j’aime beaucoup la joie que l’on ressent à travers le texte.

    Répondre
  10. Laurent FUCHS says:

    Je vois que dans l’ensemble les participations sont tournées vers la tristesse que dégage cette image.

    Avec le soleil printanier qui brille dans le ciel de France depuis ces derniers jours, j’espère que ton prochain choix d’image sera plus gai.

    Bises.

    Répondre
  11. Leiloona says:

    @ Ludovic : Ah j’aime bien effectivement cette chute, et toute cette préparation qui rend le personnage attachant.

    Répondre
    • Ludovic says:

      Merci leiloona. J’avais la chute dès le début, après il fallait réussir à ce que cette chute soit une surprise, sans vraiment l’être en fait. (Quand on relit j’ai glissé des indices!)
      Merci pour la correction!
      Et bravo pour ton poème. J’aurais beaucoup de mal a écrire en vers, alors des vers avec une telle sensibilité… Chapeau!
      Enfin c’est assez drôle de lire que plusieurs en ont fait une voleuse d’argent caché sous le matelas!!:)

      Répondre

Laisser un commentaire