Une rencontre : quand Sophie Marceau tombe amoureuse de François Cluzet

© Roger Do Minh

© Roger Do Minh

une rencontre azuelos« Pour qu’une histoire ne finisse jamais, il ne faut pas qu’elle commence ».

Après « LOL », Liza Azuelos revient avec une nouvelle comédie romantique …

Tout commence par un salon du livre à Rennes. Elsa est écrivain et fait la promotion de son nouveau roman, elle croise Pierre, et leur rencontre fortuite est très vite une évidence. Les fous rires pleuvent dès le début, le lien est déjà là, très fort.
Malgré tout, la facilité s’arrête là. Pierre est marié et heureux de l’être, et ce depuis 15 ans. Elsa, quant à elle, est une femme divorcée et élève seule ses 3 enfants et elle n’a qu’un tabou : les hommes mariés. Comme elle le dit elle-même : « l’homme marié n’a pas de bite ».

Pourtant, pourtant, vous vous doutez bien que sans une confusion des sentiments, il n’y aurait pas de film.
Dès le début, ils ont été clairs : il ne se passera rien, cependant l’alchimie est là et le hasard, ce doigt de Dieu qui veut rester anonyme, les remet toujours ensemble, sur le même chemin.

Le nouveau film de Liza Azuelos est bien entendu une comédie romantique,  mais en filigrane flottent des questions plus graves … A partir de quel moment l’évidence d’une histoire peut faire basculer une vie tranquille et rangée, pour ne pas dire bourgeoise, mais qui comble toujours autant ? Cette étincelle qu’un couple ne connaît plus au bout de 15 ans vaut-elle de tout envoyer valser ? Et à partir de quel moment trompe-t-on sa femme ? Ne pas avoir de relation charnelle permettrait donc d’avoir la conscience tranquille ?

Bien entendu, « Une Rencontre » n’est pas non plus un essai sur les relations amoureuses … Le film reste un divertissement avant tout.
Sophie Marceau reste la fille pétillante qu’on connaît. L’histoire d’Elsa et Pierre crève l’écran, leur sensualité déborde et personne ne peut être dupe du lien fort qui les unit. On sourit à certaines répliques, on se retrouve forcément en Elsa, pour sa vie, ses amies, sa folie douce aussi … et plus encore. A d’autres moments, on éclate de rire, à d’autres l’émotion nous submerge.
Un joli film, porté par deux grands acteurs : le couple Marceau-Cluzet est né.

Et si la plus belle histoire d’amour était celle qui ne commençait jamais ?

 

En salles dès mercredi.

15 comments

    • Leiloona says:

      Ah ah, oups alors ! 😉

      Pourquoi, tu pensais le film trop léger ?

      Je dois dire que le film m’a pas mal parlé …

      Répondre
  1. irreguliere says:

    Pas hyper convaincue d’emblée, mais je le verrai sans doute en VOD, je ne sais pas résister aux comédies romantiques !

    Répondre
  2. Gwenaëlle says:

    Si l’histoire est bien ficelée et les acteurs crédibles, je prends! Une comédie romantique ça ne se refuse pas, comme le dit l’Irrégulière.

    Répondre
  3. lucie says:

    tu me donnes envie même si ta citation de départ agace la midinette en moi qui voudrait bien que son histoire actuelle ne finisse jamais !!!!

    Répondre

Déposer un commentaire petite graine