Juste après la pluie, Thomas Vinau

juste apres la pluie vinau

Juste-après-la-pluie-de-Thomas-VinauIl est des auteurs pour lesquels on tombe en amour … Thomas Vinau en fait partie.

Sa langue, à la fois multi-évocatrice et simple, m’emporte et me transporte comme bien des poètes classiques avant lui. Avec ses mots, je renoue au plaisir de la poésie, genre ô combien malmené en ces temps de consumérisme mondial.

On touche alors à l’essentiel. En peu de mots, parfois on pense à un haïku … la chute attendrit, étonne ou fait sourire. Certains poèmes bien entendu émeuvent moins. J’ai toutefois corné de très nombreuses pages, fait lire à mes amis certains poèmes. (La poésie se partage.) Tous ont été charmés.

Comme la poésie est avant tout une histoire personnelle, je vous laisse en compagnie de quelques-uns de ses poèmes. Ceux que j’ai cornés …

Merci monsieur Vinau.
Voici un livre que j’offrirai autour de moi. Pour sa simplicité, sa beauté des choses et du monde. Pour ce regard différent que vous posez sur la réalité, regard ô combien touchant d’humanité et de fantaisie. Tout ce que j’aime chez quelqu’un. Mais ne nous égarons pas …

Je continuerai de picorer de temps à autre un poème. La définition d’un livre de chevet. Ou d’un classique. Au choix.

***

Enlève la merde de tes yeux de merde

Ne te fais pas
d’illusion
ta vie vaudra toujours
un tout petit peu moins
que ce que tu crois

ne te fais
d’illusion
ta vie sera toujours
un tout petit peu plus
que ce que tu vois

ne te fais pas
d’illusion

Attila

Celui qui peint
qui joue
ou qui écrit
est le pillard
de l’enfant dévasté
qu’il était

Plan large

J’écoute
le ciel
ouvrir
mes yeux

Tétanos

Mes mots
sont un tournevis
rouillé
qui gratte
sous le goitre
du temps

L’éléphant

Tu es
l’éléphant ivre
qui mange des fleurs
à l’intérieur de mon coeur

j’ai la solidité
des parfums de pivoine
lorsque tu me piétines

Tartine

Nous sommes
de la confiture
de poussière

La parenthèse déchantée

Pendant ma pause
je vais rentrer
et nous ferons l’amour
dans la chambre
aux volets fermés
dehors la pluie
continuera de tomber
la terre de tourner
et les hommes dé dégringoler
entre deux mensonges
mais ce n’est pas bien grave
puisqu’il reste quelque part
une chambre
aux volets fermés
où faire valser
nos deux pénombres

***

Merci, encore.

Juste après la pluie
Thomas Vinau
poésie
280 p.
janvier 2014
Alma éditeurs
17 €

Ma chronique sur Nos cheveux blanchiront avec nos yeux.

D’autres ont été charmées : 

Aifelle : Se couler aussi complètement dans un univers poétique est un cadeau, ce que j’éprouve en lisant les poèmes de Thomas Vinau restera au fond incommunicable, mais peu importe, chacun ses émotions. Commencer ou finir sa journée avec un poème lui donne une coloration particulière, permet un autre regard et apaise. Alors ne dites pas, la poésie ce n’est pour moi, mais essayez ..

Antigone : J’aime, moi aussi, qu’elle nous parle du quotidien et – comme il le fait si bien – de la pluie, du ciel, des matins la mine brouillée au réveil, des oiseaux qui s’envolent, de ce qui nous échappe, des rêves, de cet infinie attente et de ce qui reste d’essentiel le soir et la solitude venus, comme des petits cailloux sur le chemin de la vie…

Asphodèle :  Il nous trouve des images renversantes où percent le bonheur de vivre, d’être à ce monde comme peuvent aussi les traverser d’infinis chagrins et autres regrets propres à notre statut d’humain. Propres à notre fugace passage sur cette terre.

18 comments

    • Leiloona says:

      De rien, Laurie ! 😉

      Il a écrit d’autres livres (certains romans flirtent aussi avec le genre poétique), déjà sortis en poche. Et il en sort un autre au mois d’août ! J’ai hâte, tu t’en doutes ! 😉
      « La part des nuages », je crois …

      Répondre
    • Leiloona says:

      Tu sais que je me suis demandé si ta messagerie avait été vérolée ? 😆

      Dis-moi, tu es passé par l’interface de WP ou bien tu as cliqué sur « commentaire » ?

      Répondre
    • Leiloona says:

      Rolala … bon, vais changer d’interface, je ne vois que ça.

      Merci d’avoir essayé en tout cas ! 🙂

      Répondre
  1. aifelle says:

    J’ai vu ton message sur Facebook, me voici, après avoir autorisé l’ouverture d’une fenêtre ; ce n’est pas très pratique. Pour le recueil de poésie, je ne peux qu’approuver, j’ai vu la sortie prévue chez Alma à la rentrée, je vais sauter dessus 🙂

    Répondre
    • Leiloona says:

      OUverture d’une nouvelle page ? Punaise … la chaleur atteint mon blog, je ne vois que ça. J’ai changé l’interface, mais elle ne me convient pas. J’essaie d’en installer une rapidement …

      Répondre
    • Leiloona says:

      Oui, plus accès aux commentaires du tout, c’est problématique pour un blog ! 😉

      Je me demande, si ce n’est pas chez toi que j’ai noté pour la première fois Thomas Vinau … 🙂

      Répondre
  2. jerome says:

    J’ai un de ses titres dans ma pal, une histoire de cheveux qui blanchissent. Un peu mon histoire actuelle quoi. Bref, passons.
    Sympa sinon ton changement de décor. C’est épuré, j’aime bien.

    Répondre
    • Leiloona says:

      Ah il est sympa ce livre là ! Tu verras à la lisière de la prose et de la poésie ! 🙂

      Merci pour le design, il me manque juste le logo, mais mon frère tente de remédier à ceci ! 🙂

      Répondre
  3. noukette says:

    Tu bouges les meubles et refais la déco ? Tu as bien raison va… 😉 Et puis ça a l’air somptueux ce petit recueil, noté !

    Répondre
    • Leiloona says:

      Oui, j’ai eu un bug avec les commentaires, donc j’en ai profité pour sortir les pinceaux ! 😀

      Répondre
  4. Theoma says:

    Bien aimé le précédent, pas trop tentée par celui-ci jusqu’à ce que je lise les extraits, sublimes, que tu cites. Merci 🙂

    Répondre

Commentaire :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.