Le messager, Markus Zusak

le messager markus zusakEd Kennedy a tout du loser accompli. Éperdument amoureux d’Audrey, sa meilleure amie, il n’ose déclarer sa flamme, et son job ne lui permet guère de s’éclater. Sa famille n’a rien non plus d’une publicité Ricoré : un père mort alcoolique, une mère qui ne fait que le rabaisser … De nombreuses raisons d’avoir la déprime qui chatouille …
Et pourtant …
Son destin bascule après un braquage de banque : après avoir permis bine malgré lui l’arrestation du voleur, le voici qui reçoit des cartes de jeu étranges, messages qu’il doit décrypter en vue de les résoudre.
Mais qu’y a-t-il derrière toutes ces missions ?
Quels sont ces adresses et ces horaires ?
Acceptera-t-il d’être le messager ?

Markus Zusak, auteur du fabuleux La Voleuse de Livres, nous revient avec un roman tout à fait différent, tant au niveau de l’intrigue que du style.

Ed est un loser, donc, et la bande qui gravite autour de lui n’a rien de très reluisant non plus. Le vocabulaire, quant à lui, est à l’image de ce groupe : relâché et familier. De nombreux dialogues, peu d’empathie pour les personnages, on serait en droit de se demander où est passé l’auteur de La Voleuse de livres.
Malgré tout, après avoir lâché de livre quelques mois, je l’ai repris, car je ne pouvais pas croire que Markus Zusak ait autant changé.
Petit à petit, je me suis attachée à ce héros, à ses actes, aux histoires terribles décrites. Le loser devenait attachant. Une première chez moi.
La fin, quant à elle, m’a presque arraché quelques larmes, et je suis pratiquement certaine que je garderai de ce livre un souvenir attachant et ému.

Un parcours assez étrange, donc : un début d’une platitude alarmante, une deuxième partir intrigante et une fin en feu d’artifices. Un joli message d’espoir …

Le Messager
Markus Zusak
Traduit par Emmanuel Pailler
Editions Kero
340 pages
Prix : 18 € en version papier, 12,99 € en version numérique

 L’Irrégulière a eu le même parcours que moi.

 

20 comments

    • Leiloona says:

      Super, alors ! :)

      Mais tu seras sans doute étonnée comme moi par le style de l’auteur, à mille lieues de son précédent roman.

      Répondre
    • Leiloona says:

      On verra quel sera le mien après quelques mois … il faut dire qu’on avale tellement d’histoires … 😉

      Répondre
  1. Nathalie says:

    « La voleuse de livres » m’avait séduite mais je ne savais même pas que l’auteur avait sorti un autre livre ! Je le note et je serai prévenue : ne pas s’arrêter avant la fin :)

    Répondre
    • Leiloona says:

      Ah oui, moyennement convaincue, j’ai mis beaucoup de temps à entrer dans l’histoire, le style ne pèse pas lourd, et ce n’est qu’à la fin que j’ai vu un intérêt à l’histoire, que j’ai reconnu aussi la patte de l’auteur … Bref, je recommande « La voleuse de livres », mais pas celui-ci.

      Répondre
  2. Ludovic says:

    Il vaut mieux commencer par la voleuse de livres alors? Je ne connais pas cet auteur. Je note!;)

    Répondre
    • Leiloona says:

      Ah oui, mille fois, oui ! Un coup de coeur énorme pour la Voleuse … celui-ci ne restera pas dans les annales.

      Répondre
  3. Karine:) says:

    J’ai ce roman depuis des années. Sans joke. Tout de suite après avoir lu the book thief, je l’ai acheté… et laissé dans la pile. J’ai presque honte. Je vais donc m’accrocher, alors.

    Répondre
    • Leiloona says:

      Ah oui ? Il est sorti au Québec depuis tant de temps que ça ? Il vient tout juste de sortir en France. 😉

      Répondre
  4. chaplum2 says:

    C’est toujours difficile de découvrir un deuxième roman après une pépite comme La voleuse de livres. Je ne suis pas tellement tentée.

    Répondre
    • Leiloona says:

      Arff, oui il avait fait fort avec son premier roman. Là le style est complètement différent … il aurait pu s’agir d’un autre auteur que cela ne m’aurait pas choquée. :)

      Répondre

Laisser un commentaire