Film : Brèves de comptoir, Jean-Michel Ribes

breves de comptoir

L’automne vient d’arriver, les collants et le manteau avec, la rentrée littéraire a été des plus moroses … afin d’éviter de sortir illico la boîte de Prozac©, allez faire un tour au cinéma voir l’adaptation du roman de Brèves de comptoir.

Et riez pendant plus d’une heure quarante.

Un tourbillon de jeux de mots, de pieds de nez à l’actualité, aux idées reçues, aux portes déjà bien enfoncées … On rit, et à peine a-t-on terminé que les acteurs se relancent dans une joute verbale.

Il y a les piliers du bar, les patrons, les habitués, ceux de passage, les amants cachés, la belle pas rebelle, le coiffeur, le politicien, la gamine … tous aussi attachants et aussi tordants. Le rire des spectateurs est franc, parfois jaune, l’émotion est elle intacte,  à fleur de peau quelques fois … Derrière le rire, il y a une réalité qui dérange.

On pense forcément à une pièce de théâtre, avec ces entrées et ces sorties. On attend alors les prochaines entrées des acteurs, on sourit en voyant tour à tour Laspalès, Chevalier, Dussollier, les Deschiens, Bruno Solo …

A vous de tenir la cadence et d’enchaîner une heure quarante de joutes verbales. C’est du sport, mais ça fait tellement de bien …

La bande-annonce pour vous donner une idée :

Sinon, il vous reste aussi les pièces de théâtre de Ribes …

11 comments

    • Leiloona says:

      C’est rigolo, je connais une autre IZA qui doit aussi y aller ce week-end, et elle est aussi enthousiaste que toi ! 🙂

      Répondre
  1. La chèvre grise says:

    J’ai vu la bande annonce en allant le voir « Bon rétablissement » (que je conseille fortement !). Mais je ne suis pas tentée, j’ai peur que ce ne soit qu’une succession de sketchs et bons mots, sans vrai lien entre chacun.

    Répondre
    • Leiloona says:

      Ah, je comprends ce que tu veux dire, c’est pour ça que j’ai écrit que c’était du sport … en revanche, un lien se crée entre les différents personnages et une trame existe elle aussi. 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire