Elle vit sa vie par procuration … (Atelier d’écriture)

© Romaric Cazaux

© Romaric Cazaux

De la purée de pois ! Je me réveille et c’est pire qu’hier soir ! La neige ne cesse de tomber et forme une sacrée bouillabaisse … Les voitures passent au ralenti, les pas deviennent feutrés, certains se calfeutrent et ont bien raison : la vie comme assourdie.

Quelques-uns pensent tout de même pallier les désagréments de cette tempête et balayent inlassablement devant leur porte.
Non, mais quelle dégaine il a, lui, avec son parapluie et son balai ! On dirait un Sisyphe à la sauce moderne ! Se rend-il au moins compte que son misérable engin n’enlève rien ? Sitôt son balai passé, la neige revient et s’accumule sur la plate-bande essuyée.
Enfin, si ça l’amuse …

Et cette pétasse à moitié à poil, là, qui se dandine sur sa publicité de capitaliste ! Une honte ! Afficher ça devant de jeunes enfants, c’est une incitation à la débauche et à la prostitution ! Pas étonnant de croiser de petites pimbêches de nos jours. Cagoles oui !

Et ce que les gens peuvent être gourds, ils ont une démarche ridicule et ressemblent à des pingouins ivres  sur la banquise.

Qu’est-ce que je ris, là derrière ma fenêtre, bien au chaud. Un véritable spectacle ! Et gratuit en plus. Allez, tiens, je vais me resservir un café avant de revenir me moquer.

Jacqueline se sert alors un café, le regarde couler. Goutte à goutte, sablier du temps qui passe. Elle se perd dans ses pensées. De cette époque où elle sortait encore, où Marc et elle faisaient des bonhommes de neige, avec un nez carotte rigolo, des batailles. Elle adorait tomber dans la poudreuse et faire l’ange. Marc tombait à côté, et faisait de même.
Aujourd’hui, il ne reste rien, si ce n’est qu’une vieille aigrie. Même les chats ne veulent pas d’elle et de sa solitude.
Elle passe ses journées, assise derrière sa fenêtre. Une vie par procuration. Mais elle ne peut même pas mettre de pain pour les pigeons : interdit par un arrêté préfectoral !

Alors elle se moque et se croit supérieure aux autres. Mais ce sont les autres qui avancent dans leur vie, et ce même s’ils ont une démarche de pingouin bourré sur la neige. Son chemin à elle est sclérosé et sans issue.

© Leiloona, le 8 février 2015

 ————————————————————————————

Le texte de Ludovic :

Mariage neigeux…

Jeudi, 18h, heure de New York :

 Je rentre à l’hôtel, après une bonne dernière journée! J’ai pas mal à faire, mon avion décolle dans 6sir heures, retour à Paris après une semaine de vacances à New York! Je fonce sous la douche, profite une dernière fois des installations de luxe du palace que je me suis offert pour cette dernière nuit américaine! J’allume l’écran géant de la chambre et… les chaînes infos sont en boucle sur la tempête de neige imprévue qui arrive et va s’abattre sur New York!! J’ouvre le rideau et constate… L’atmosphère est cotonneux, le vent s’est mis à souffler et les premiers flocons virevoltent… La télé annonce la nouvelle tant redoutée… La fermeture des aéroports!!!

Il faut que j’appelle Vincent! Il se marie samedi, je suis son témoin! J’ai les alliances, le discours, la clé de la chambre pour la nuit de noces…

Et merde!

« -Allo… Vincent? J’te dérange pas?

-gnurf?

-J’te réveille? ( et merde, le décalage horaire…)

-Moui… Ça va? Pourquoi t’appelle à cette heure? C’est grave?

-Euh… Oui, oui, ça va! Nooooon, rien de grave… Enfin, si peu…

-…

-Si en fait! Je suis bloqué à New York, sous la neige et l’aéroport est fermé!

-Mais t’as pas autre chose a foutre que des blagues au téléphone en pleine nuit!!!

-Non, non, attends, c’est pas une blague, allume ta télé… Allo? Allo?  »

 

Et merde!

Pas de panique, le mariage a lieu samedi, nous sommes jeudi… C’est jouable!  J’essaierai de le rappeler en plein jour parisien…

En attendant, je dois trouver une chambre moins chère pour patienter, changer mon billet d’avion, et trouver une laverie pour mon linge!

 Jeudi, 00h10 heure de Paris:

Mon téléphone sonne…

 « -Mais qu’est ce que tu fous à New York? T’es incroyable!!!

-Bah, c’était prévu, les vacances de noël, et retour cette nuit pour être la samedi!

-Julie va être folle! Tout est prêt, réservé, ses parents débarquent ce soir!!!

-…

-Ils disent quoi là bas? Ils comptent réouvrir quand?

-J’ai pas d’info, on peut espérer que ça aille vite… C’est à quelle heure samedi, déjà??

-T’es un homme mort! Elle va te tuer dès que tu vas remettre un pied sur le sol français mon vieux!

-C’est pas ma faute, j’suis pas Gillot Pétre! Je vais à l’aéroport et je te rappelle!

-J’attends ton coup de fil! »

 Lundi, 13h27, heure de Paris, TF1 :

« Et pour finir ce journal, un sourire lors de ce mariage qui a eu lieu ce samedi, dans la petite ville de Mortagne! Vincent et Julie avaient prévu de se marier à la mairie, mais leur témoin était bloqué à New York par la tempête de neige! Qu’à cela ne tienne, le maire a accepté d’organiser la cérémonie avec ce témoin en direct de New York, par vidéoconférence, avant de régulariser la situation, lorsque le témoin sera rentré! Et le témoin a même pu faire son discours!

On souhaite donc, tous nos vœux de bonheur aux jeunes mariés, qui attendent impatiemment leur témoin, puisque celui ci avait emporté avec lui à New York, les alliances qui symboliseront leur union!

 C’est la fin de ce journal, on se retrouve… »

  ————————————————————————————

 

Les liens vers les autres textes écrits à partir de la même photo : 

Josette

Adrienne : G comme Georges

Marianne 

Bene : Activité neigeuse

Jacou : Chasse-neige

Saxaoul : Sale journée

Monesille : Je viens du froid

Antigone : Ton amitié

Titine

Olivia Billington

Sabine : Je broie du noir

Kentin Spark : Une petite mine

Team Littéraire : Un appel mystérieux

Anne Véronique Herter : Je nage nue sous la neige

Le petit carré jaune : Toi Jane, moi Tarzan

Stephie

Alphonsine : Il faut imaginer Sisyphe heureux

L’ornithorynque

Albertine

Sarah : Sale journée

Sara

Cécile MdL : Je voudrais être … 

32 Octobre : Ne pas faire dans la dentelle

Fred Mili : Après la neige

Ghislaine

Elora : Solitude, j’écris ton nom

Amandine

une-photo-quelques-mots1

79 comments

  1. Kentin Spark says:

    Un petit coucou à notre Jean-Jacques, j’aime cette moquerie, chose que l’homme sait faire après il passe à autre chose sans se dire qu’il pourrait être à leur place. J’ai bien aimé me fondre dans le texte, merci.

    Répondre
    • Kentin Spark says:

      Après avoir commenté Leiloona, je passe au texte de ludovic. Alors je suis content que ce n’ait pas un mariage gelé. Et heureusement que la technique arrive à point. J’ai lu ce texte comme une bonne dragée. Merci.

      Répondre
  2. titine75 says:

    Elle est bien triste et amère ton histoire Leil, j’ai peur de finir comme elle !
    @Ludo : merci la technologie moderne !

    Répondre
      • titine75 says:

        Au bout d’un certain temps à être seule, je me demande si on ne finit pas forcément comme ça ! (Petite crise de manque d’amoureux en ce moment !!!!)

        Répondre
        • Leiloona says:

          Arff, non … j’en ai connu qui ne l’était pas du tout, et pourtant seules … mais tellement énergiques et tournées vers les autres qu’elles n’étaient pas seule finalement. 😀

          Répondre
  3. Stephie says:

    C’est un truc qui me fait flipper, ça, de vieillir seule… Ton texte fait froid dans le dos 😉
    Ludo : J’adore ! L’amour n’attend pas et l’emporte sur toutes les tempêtes de neige 😉

    Répondre
  4. Albertine says:

    Leiloona :
    Derrière la moquerie se cache beaucoup de nostalgie ! C’est dur quand le seul bruit dans la maison, c’est celui du café qui passe…
    Ludovic :
    Mariage neigeux, mariage heureux 😉 !

    Répondre
  5. Ludo says:

    Aaah, un texte en prise de leiloona!! Elle est marseillaise? C’est drole à cause de son vocabulaire, moi je l’ai entendue parler avec un accent du sud! Ca adoucit le propos! Jolie texte, l' »aigritude » de la solitude!

    Répondre
      • Olivia Billington says:

        Je ne sais pas. Ma voisine est décédée il y a quelques jours, toute seule dans son appartement et, même si je ne la connaissais pas, ça m’a fichu un coup (j’étais avec sa fille quand elle l’a découverte, j’ai aidé à forcer sa porte). 🙁

        Répondre
  6. Leana Gey says:

    J’aime beaucoup ton écriture, ton côté sudiste ressort en plus, ça me change !
    C’est malheureusement le quotidien de beaucoup de monde, et même des pas si vieux. ma société moderne a créé la solitude !

    Ludo : j’aime beaucoup aussi, c’est vrai que la neige et autres aléas peuvent bloquer pas mal de monde !

    Répondre
  7. Cécile MdL says:

    Waouh, entre une Jacqueline aigrie qui subit sa vie et un témoin qui ne veut pas rater le plus beau jour de la vie de son ami et qui se décarcasse de manière étonnante ! Que d’émotion !

    Répondre
    • Leiloona says:

      Ok ! Lien ajouté. N’hésitez pas non plus à commenter les différents textes si vous voulez vous aussi des commentaires en retour. (Le principe du partage. 😉 )

      Répondre
  8. le petit carré jaune says:

    Leil… sacré texte. Tout en douceur et en noirceur, contraste saisissant de la férocité humaine. Contraste et nuances. On y ressentirait presque la poésie du temps qui passe, le goutte à goutte du café, les regards, le transistor grésiller…. vie par procuration d’une femme hors d’âge…. A méditer

    Ludovic… le geek des mariages. NY et son hiver rude, sa neige qui cloue au sol. Bien joué. Un texte tout léger, comme un flocon de St Valentin… Un texte à la Hugh Grant 😉

    Répondre
    • Leiloona says:

      Merci Sabine ! Oui, je voulais contrebalancer le côté aigrie à la poétique du quotidien … cette femme qui ne voit plus rien, finalement, ou mal.

      Répondre
  9. Guy says:

    «  » » » » » » » Même les chats ne veulent pas d’elle et de sa solitude. » » » » » » »
    alors là : dramatique ( il doit bien y avoir quelque part un vieux matou afamé prêt à faire un effort lol )
    man dieu que c’est triste … 🙂

    Répondre
  10. Alphonsine says:

    Ah ah, toi aussi, tu as pensé à Sisyphe ! J’ai en général un peu de mal avec les textes dans un style oral, mais celui-ci passe très bien – même si je préfère la deuxième partie. Je trouve d’ailleurs les deux dernières phrases magistrales. Oui, carrément ! 🙂

    Répondre
    • Leiloona says:

      Ouiiiiiii, quand j’ai ajouté ton lien hier soir, cela m’a fait sourire ! 😀

      Sinon merci ! 😀

      Pas mon genre de texte du tout, mais quand ça sort, je laisse les vannes ouvertes ! 😉 Mais effectivement je suis plus du genre du second paragraphe que du premier. 😉

      Répondre
  11. trezjosette2 says:

    Une aigrie qui se défoule sur tout ce qui passe sous sa fenêtre…c’est triste mais si fréquent (homme, et femme de tout âge hélas !)
    pour le texte de Ludovic je l’ai dégusté comme un bonbon acidulé… ouf vive la technique !

    Répondre
  12. Anne-Véronique says:

    @leil : ta petite vieille aigrie est très bien vue. Mais je suis certaine que si elle se laissait faire un peu elle pourrait redevenir la jeune femme joyeuse et heureuse d’avant. En tous les cas j’en connais quelques unes comme ça et certaines même pas très vieilles qui prennent ce chemin ! Vigilance !!! Merci pour ta prose délicate. Pensée pour la cagole. J’adore.
    @ludo : j’ai beaucoup aimé. Ton texte m’a fait plaisir… bien rendu bien rythmé et merci de ne pas avoir arrêté ton texte avant la fin de l’histoire ! Soulagée pour les jeunes mariés et pour le témoin…merci !

    Répondre
    • Leiloona says:

      Ah ben oui, mais ça, je ne sais pas si elle le veut vraiment ! 😀 Et là c’est une petite vieille, mais bien entendu que ça peut commencer tôt ! 😛

      Répondre
  13. camoccupe says:

    Ah, j’ai bien ri !
    J’aime beaucoup ton texte: drôle et triste à la fois! Comme la neige d’ailleurs 😉

    Sur le texte de Ludovic: j’aime beaucoup, je ne m’attendais pas à une histoire comme celle-ci! Originale !

    Répondre
  14. L'Ornithorynque says:

    Pauvre Jacqueline, qui aimerait tant s »amuser dans la neige … solitude en bordure du froid, beau renversement – de l’amusement à la désillusion.

    Répondre
  15. L'Ornithorynque says:

    Pour « Mariage neigeux », j’espère qu’il ne lui reprochera pas dans 10 ou 15 ans, la vidéoconférence.

    La mariée était en blanc, le témoin … aussi.

    Répondre
  16. bene89 says:

    Leiloona, j’aime bien ton texte, qui me fait penser à beaucoup de petits vieux (et moins vieux) dans ma petite ville… Et qui commentent tout (y compris ce qu’ils ne voient pas ;-))

    Répondre
  17. saxaoul says:

    LeiLona : c’est vraiment triste de finir comme ça. Au début, je l’ai trouvée vraiment méchante cette vieille et puis, finalement elle me fait presque pitié car elle n’a pas toujours été comme cela.

    Ludo : belle chute ! C’est vrai que c’est tout à fait le genre « d’info » que l’on peut entendre au JT, sur tout le midi !

    Répondre
  18. Danielle Masson says:

    bonjour… une chape de plomb après avoir cru au départ que c’était devant la fenêtre de notre hôtesse ce temps à ne pas mettre le nez dehors puis de la légèreté à revendre pour un mariage original par vidéoconférence… un maire à la page… bonne semaine

    Répondre
  19. caribou78 says:

    J’ai décidé de passer mon tour cette fois-ci et de faire office de commentateur. Très beau texte Ludo. Super idée et chute amusante.

    Plus triste du coté de Leiloona, reflet d’une usure du temps. J’ai bien aimé aussi.

    Répondre
  20. Fred Mili says:

    @Leiloona : Une Jacqueline bien aigrie parfaitement croquée que la vie semble avoir oubliée.

    @Ludo : Il y a des quelque fois des contretemps mais tout v bien qui finit bien. Est-ce que Julie va lui arracher les yeux ?

    Répondre
  21. jacou33 says:

    Brrr, cette Jacqueline, en plus je m’appelle Jacqueline…qui pense que parfois les pensées aigries sont inéluctables et viennent avec l’âge, sans que l’on s’en rende vraiment compte; j’en ai fait l’expérience avec ma mère, aujourd’hui 96 ans, vivant seule depuis 46 années…âge qu’avait mon père quand il est disparu… je ne voudrais pas faire pleurer dans les chaumières.
    Tout ceci m’aide à éviter cette attitude, mais je me surprends parfois à avoir des pensées négatives, que je chasse avec force.

    Répondre
  22. Fanny says:

    Pauvre femme cette Jacqueline …. et il y en a des personne comme elle !
    Ludo : texte divertissant très sympa ! J’aime la référence a un ancien de la météo 😉

    Répondre
  23. nathchoco says:

    Belle histoire Ludovic, elle m’a fait sourire 😉 Leiloona, j’en connais des comme ça et c’est bien triste . J’avais l’impression de l’entendre en te lisant. Pour moi il fut impossible d’écrire, je croule sous els copies mais le fait que nous ayons jusqu’au 23 février pour la photo suivante va m’aider

    Répondre
  24. JAK says:

    triste Jacquelinette cloisonnée dans solitude….vite qu’elle descende patauger dans la boue,au risque de glisser, mais elle aura un vrai moment de vie!

    Répondre
  25. monesille says:

    Mais savez-vous que ça fait du bien des fois de déblatérer à l’abri derrière la fenêtre , toute seule contre tout et n’importe quoi ? Je ne vais pas suivre l’avis général, et que celui qui n’a jamais « roumégué » contre : les jeunes, les vieux, les idiots, les maladroits, les mal-habillés, les trop habillés, etc, etc, me jette la première pierre 😆
    Ludo, ça sonne vrai mais est-ce possible ?

    Répondre
  26. sarah says:

    Leil : On n’a qu’à présenter ton aigri et le mien, ils devraient pouvoir s’entendre!

    Ludo : joli texte, original et drôle! J’ai bien cru que les mariés allaient devoir reporter leur mariage! Ouf, il n’en est rien!

    Répondre

Commentaire :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.