L’Homme qui ment, Marc Lavoine

homme qui ment lavoineComment ne pas être intriguée par cette sortie ? Marc Lavoine, forcément, on pense immédiatement à sa voix grave, ses yeux d’acier, sa mâchoire puissante. Alors un livre, pensez-vous … il y a de quoi être interpellée.

En France, on aime mettre des étiquettes et dans des petites cases, donc sortir un livre quand on est chanteur est toujours risqué : on est plus qu’attendu au tournant. Moi-même, peut-être n’aurais-je pas lu ce premier roman s’il n’y avait pas eu ce nom accolé ?

L’Homme qui ment (re)donne vie au père de Lavoine. Fervent partisan de la CGT, la carte du parti communiste dans la poche, Lulu, bel homme charismatique, était aussi un coureur de jupons. Marié et époux animé d’une douce tendresse pour sa femme, il accumule les demoiselles, vibrant d’une pulsion quasi animale.

Marc Lavoine, devenu adulte, pose alors un double regard sur cet homme, son père.
Alternant alors les pronoms « tu » et « il », il joue avec les distances, en un va-et-vient pas toujours bienvenu dans la forme, mais compréhensible et intéressant dans la démarche.

Ce qui ressort de ce roman est la sincérité. On ne lit plus un roman sur Marc Lavoine, mais bien le récit d’un adulte qui pose un regard rempli de tendresse pour un homme qui n’a pas toujours été le plus délicat avec sa famille. Mais ici, point de jugement. Lavoine n’a pas de compte à rendre, au contraire, il embarque son lecteur dans une belle épopée des années 60 : sous nos yeux, l’histoire de cette belle famille, avec ses hauts et ses bas, ses entorses, ses moments de bonheur, ses coups de mou, ses révoltes.

On les suit alors tous les 4 et ce ne sont plus des personnes réelles, mais bien des personnages qu’on se plaît à connaître.
Là où l’auteur est très fort, c’est que son nom disparaît au profit de sa plume sincère et enlevée.
On ne lit plus Marc Lavoine, on lit un auteur sincère et délicat. Voilà qui est bluffant.

Auteur Marc Lavoine
Éditeur Editions Fayard
Date de parution 14/01/2015
Collection Littérature Française
ISBN 2213686084
EAN 978-2213686080
Nombre de pages 240
 17 €

D’autres avis :

Stephie : Un roman grâce auquel on rit, on apprend sur une époque, on réfléchit. Un roman qui demande de ne pas juger, l’auteur ne se permettant jamais vraiment de le faire. Une écriture que l’on sent nécessaire…

Laurie : C’est un roman-admiration, un roman-hommage à Lulu mais aussi à Michou, sa maman. Il y a énormément de respect, d’amour pour sa famille tout au long du roman et ceci est réciproque.

Séverine : Cela donne un texte simple mais travaillé qui m’a touchée et montre encore une fois combien Marc Lavoine est un amoureux des gens, de la vie, des mots et des sons.

18 comments

  1. Sandrine says:

    « On ne lit plus un roman sur Marc Lavoine », soit, mais on ne l’aurait pas lu s’il n’était pas de lui…

    Répondre
    • Leiloona says:

      Qui sait ? Je lis bien des livres dont je connais pas les auteurs … pourquoi ne l’aurais-je pas lu celui-ci aussi ? 🙂

      Répondre
  2. Caroline Doudet says:

    Je l’ai beaucoup entendu (à la GL, chez Augustin) et ça a vraiment l’air d’un très joli texte, très sincère…

    Répondre
  3. Livresse des Mots says:

    Je suis toujours effrayée quand les « personnages publics » (on va dire) prennent la plume. Toujours cette crainte qu’ils profitent de leur notoriété pour faire leur promotion. Mais là tu me rassures avec ce titre de Marc Lavoine. Si j’ai occasion, j’essaierais de le découvrir.

    Répondre
    • Leiloona says:

      Là je ne vois pas d’utilisation à fin promotionnelle … je vois seulement un homme sincère qui écrit et qui le fait bien. 🙂

      Répondre
  4. lorouge says:

    Je l’ai écouté à la Grande librairie et j’ai vraiment eu envie de le lire du coup… Il apparaissait comme quelqu’un de très équilibré, intelligent et sympathique… Un peu comme l’image qu’il donne déjà en tant qu’acteur… Et comme tu le dis, arrêtons de mettre les gens dans des cases…

    Répondre
  5. nathchoco says:

    je suis contente de lire ton avis car je me demandais ce que cela valait. Pourtant je l’ai vu dans Le Grand journal et je l’ai trouvé très convaincant. Je vais donc me laisser tenter

    Répondre

Commentaire :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.