Béjart Ballet Lausanne : Le Presbytère

header bejart ballet

Près de 20 ans après la création du spectacle « Le Presbytère » par Béjart, le directeur artistique du ballet Béjart de Lausanne, Gil Roman,  a choisi de renouer avec une des oeuvres les plus demandées du grand maître.

Véritable ode à la vie, « Le Presbytère » a été crée pour rendre hommage à deux artistes morts du SIDA : le danseur fétiche de Béjart et Freddie Mercury. Sur scène, les musiques de Queen et de Mozart se mêlent et s’entremêlent, alternant les moments pêchus et rock à d’autres plus « classiques » ou lyriques.

Ode à la vie, « The Show must go on » qui clôture le spectacle envahit encore nos têtes à la sortie du spectacle.
Des corps tendus, athlétiques, des tenues sportives : les danseurs sont eux aussi tournés vers l’énergie totale, en osmose avec un certain « carpe diem ».
Profitons, profitons …
Là un danseur ailé marche et apporte la bonne nouvelle, là des corps sur une civière reprennent vie et s’imbriquent pour fusionner, là un mariage est célébré, là un duo de danseurs répond à un solo, là des hommes s’imbriquent et s’entassent tandis qu’un autre danse seul … Les costumes de Gianni Versace chatoyants rehaussent encore ce dynamisme, tandis que les murs sont faits de voile, de plumes et de flocons

presbytere-2

 

La troupe est alors synonyme d’amour mais, « pourquoi alors l’amour nous fait-il la guerre ? » clame un danseur ?

Cri d’une jeunesse déstabilisée par les nombreuses guerres qui chante son envie d’amour, on ressort du spectacle « le Presbytère » ressourcé, avec en murmure sonore « The Show must go on ».

Ovation du public à la fin, cris dans la salle, un spectacle qui touche encore, près de 20 ans après sa création. Un public sans doute aussi touché par un thématique ô combien d’actualité.

Un « s » pour silence et spectacle, un « i » pour isolement et idéal, un « d » pour la douleur et la distance, et un « a » final pour l’angoisse et l’amour

Magistral !

presbytere-5

Un extrait du spectacle :

« Ballet for Life »
Choreography : Maurice Béjart
Artistic director : Gil Roman
Music : Queen, W.A. Mozart
Costumes : Gianni Versace
Au Palais des Congrès, jusqu’au 6 avril.
En tournée ensuite (les dates et les villes ici.)

7 comments

  1. L MARIANNE says:

    ce doit être beau en effet- les veinardes qui ont vu ce spectacle !!
    merci pour la vidéo- bon dimanche de Pâques-

    Répondre
  2. dasola says:

    Bonjour Leiloona, merci pour l’info. Moi qui aime beaucoup les ballets de Béjart, je n’ai jamais entendu parler de celui-ci. Bon lundi de Pâques.

    Répondre

Laisser un commentaire