La décision, Isabelle Pandazopoulos

la decision pandazopoulosElle a tourné la tête de l’autre côté, lèvres serrées, bouche close, à nouveau résolument lointaine, ça la menaçait trop, l’idée la rendait folle, je le sentais, j’ai repensé au verre qu’elle avait jeté contre le mur, c’était pareil à l’intérieur, elle aussi éclatée, éparpillée en milliers de petits morceaux acérés et tranchants, obligée de refuser l’évidence, elle ne pouvait accepter ça, il s’agissait de sa propre survie.

Quand une amie me glisse entre les mains un roman en me certifiant qu’il est addictif, je le prends avec grand plaisir, les yeux déjà pleins de curiosité et d’envie, et je profite de mon temps de transport pour le commencer, toujours intriguée.

Vous dire que je ne l’ai plus lâché serait faux, il est loin le temps où je pouvais lire un roman d’un trait, néanmoins je l’ai tout de même englouti en deux jours, sautant sur chaque instant de liberté. Un peu dans les transports, un peu quand les élèves planchaient sur un devoir, un peu le soir.

La décision relate l’histoire d’une adolescente qui, du jour au lendemain, voit sa vie changer. Pour Louise, accoucher dans les toilettes du lycée n’était pas prévu au programme de la journée. Excellente élève de terminale S, des parents attentifs et aimants, un petit frère adorable, des amis présents : Louise est une jeune fille aimée de tous, au pire les autres copines sont jalouses de sa douceur, de sa blondeur et de sa beauté. La fille parfaite ?

Rien en tout cas de l’image complètement dézinguée qu’on se fait (à tort) de ces adolescentes enceintes.

Ce matin-là, donc, Louise est prise d’un malaise en maths, elle sort de classe, s’enferme dans les toilettes et ne sortira que sur une civière, un bébé dans les bras des pompiers.

Un roman sur le déni de grossesse, donc, sur les raisons qui pourraient l’expliquer, mais surtout un roman sur cette décision que Louise devra prendre : l’accepter ou le rejeter ? Le garder avec elle, ou bien le donner à l’adoption ?

La force de cette histoire vient de la multiplicité des narrateurs. Au début, chacun apporte son point de vue et son regard sur cet événement : les parents, le prof, l’ami, les copains, les pompiers, les infirmiers … Un roman choral fichtrement bien construit qui rend effectivement addictif. Le lecteur, cherchant avant tout à connaître les indices sur cette grossesse.

L’autre force de ce roman est son réalisme : l’auteur a su donner une voix et des émotions à ces êtres de papier. Et lorsqu’on apprend à la fin du récit, dans les remerciements, que l’auteur a passé du temps dans les centres maternels, on n’en est guère étonné.

Un roman jeunesse d’une belle maturité : j’aime ces publications où l’on ne prend pas l’adolescent pour un bêta sans cervelle et inapte à la réflexion.

Un roman fort qui évite aussi tous les écueils de la facilité. Un roman que tous les CDI devraient avoir aussi. Et pas seulement pour la richesse de l’information passée, car la forme vaut elle aussi le détour. Un livre fort, sensible et addictif : un sujet délicat traité avec brio.

Broché: 256 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse / France Loisirs 
Collection : Scripto
Langue : Français
ISBN-10: 207064796X
ISBN-13: 978-2070647965
(31 janvier 2013)
9 € 50

Dès 13 ans

This entry was posted in Livres pour adultes and tagged adoption, Chez Gallimard Jeunesse, déni de grossesse, France Loisirs, Isabelle Pandazopoulos, roman jeunesse.

25 comments

    • Leiloona says:

      Je n’en avais pas entendu parler, du moins que de lointains souvenirs, et j’ai été plus que captivée. :)

      Répondre
  1. Jwann says:

    J’en avais déjà entendu parler et il faut absolument que je l’ajoute à ma WL. J’aime beaucoup la collection Scripto de Gallimard, je trouve qu’ils font en général de bons romans jeunesses avec des sujets forts.

    Répondre
  2. dan says:

    Il était sur ma lal depuis un bail, je suis convaincue maintenant!

    Répondre
  3. saxaoul says:

    J’ai dévoré ce livre moi aussi. Quand je l’ai présenté au club lecture, une élève de 6ème a voulu l’emprunter. Je n’ai pas voulu, j’ai esquivé, une autre l’a emprunté. Puis cette élève de 6ème est revenue une ou deux fois à la charge et j’ai fini par accepter. J’avoue que j’avais un peu peur aussi de la réaction des parents…. C’est souvent plus eux qui posent des problèmes sur ce sujet que les élèves. Finalement, elle a dévoré le livre et l’a passé à sa mère… qui l’a dévoré aussi. On était en début d’année scolaire, je ne connaissais pas bien cette élève. Je me suis rendue compte qu’elle était très mature et je lui propose maintenant des livres que je conseille plutôt aux 4èmes et 3èmes. Je sais que sa mère lit certains d’entre eux. C’est génial !

    Répondre
    • Leiloona says:

      Oh super ton histoire ! Oui, moi aussi parfois je déconseille un bouquin (pas peur de choquer), puis finalement l’ado se révèle plus mature : parfois ils lisent des pavés impressionnants pour leur jeune âge ! 😮

      Répondre
  4. Stephie says:

    C’est Noukette qui me l’avait fait découvrir. Je l’avais moi aussi beaucoup aimé :)

    Répondre
  5. meuraie says:

    Je n’avais jamais entendu parlé de ce livre, mais j’avoue que ton résumé et ton avis me donne vraiment envie! Je pense qu’à plus ou moins long terme, cela sera une de mes lectures! Merci!!

    Répondre
  6. Livresse des Mots says:

    C’est un livre très fort et très mature, comme tu dis. Je te rejoins entièrement dans tes propos. J’ai beaucoup aimé les questions soulevées, et les réponses apportées, qui ne sont pas celles que l’ont attendait… j’ai aimé être prise au dépourvu !

    Répondre
  7. Deedoux says:

    Je suis contente de lire ton billet et de lire ton dernier paragraphe surtout ! J’anime un comité ado avec un lycée et malheureusement ce livre n’a pas remporté l’enthousiasme auprès des filles qui l’ont lu (ni de la documentaliste d’ailleurs!). Je dois avouer que j’ai été assez déçue… d’autant plus que Divergente (sans dénigrer Divergente) a reçu exactement le même accueil. Pourtant ce livre aborde avec tant de réalisme le déni de grossesse qu’il devrait être obligatoire ! J’en avais fait un billet il y a quelques semaines avec plein d’enthousiasme également. Merci de le remettre sur le devant de la scène !

    Répondre

Laisser un commentaire