Théâtre Du domaine des murmures, Poche Montparnasse

du domaine des murmures krasnochok

© Claire Besse

José Pliya a choisi d’adapter Du Domaine des murmures, court roman de Carole Martinez. Une histoire terrible, celle d’une jeune adolescente du XIIè siècle qui choisit de vivre recluse, emmurée dans une cellule, plutôt que de subir au quotidien un mari qu’elle n’aime pas. Esclarmonde est peut-être jeune, mais elle possède déjà, telle Antigone, une volonté farouche, indomptable, presque animale.

Mettre en scène ce huis-clos était assez risqué. Là où le roman nous faisait voyager grâce à la force du Verbe, la pièce se recentre davantage sur la vie de recluse de la jeune femme, au centre de toute l’attention.

Esclarmonde, celle qui souhaitait se retrancher de tous, va pourtant mettre un enfant au monde, dans cette cellule. Devenir mère est donc une expérience à laquelle elle ne s’attendait pas et qui la prend jusqu’au plus profond de ses entrailles. Sur scène, c’est une femme louve encore enfant qui se meut. Une femme animale entièrement portée par son fils. Et avec elle le public souffre des différentes décisions ou péripéties.

Le huis-clos est quant à lui symbolisé par de grosses pierres, mur infranchissable pour la comédienne, espace réduit dans lequel son corps ne peut se mouvoir. Toutefois, il est surprenant de voir comment la voix de cette jeune comédienne remplace ce corps qu’elle ne bouge que peu : la voix remplit l’espace, submerge le spectateur et l’emporte, tel un véritable tsunami d’émotions.

Le jeu du micro, qui peut paraître accessoire au départ, permet alors de jouer sur les murmures et les chuchotis. Elle crie sans micro, mais murmure avec. Un décalage étonnant mais qui permet de donner une certaine résonance à la voix, comme si elle était vraiment dans un espace vide et creux.

La comédienne Valentine Krasnochok nous tient en haleine. Elle est Esclarmonde, par sa délicatesse, sa jeunesse, mais aussi sa folie et sa furie.

Une fois le spectacle fini, le public est resté quelques minutes sans pouvoir bouger, avec le coeur encore du côté d’Esclarmonde.

Un tsunami d’émotions porté par une comédienne bluffante.

Du Domaine des murmures
du 5 mai 2015 au 12 juillet 2015
Théâtre de Poche-Montparnasse
75 Boulevard du Montparnasse, 75006 Paris, France

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 17h30.
Durée de la représentation : 1h15.
24 €
Tél. : 01 45 44 50 21.
www.theatredepoche-montparnasse.com.

19 comments

  1. framboise says:

    rhooooo ce bonheur ! Espère que cette pièce quittera la capitale pour venir jusqu’à nous ! Merci d’avoir partagé ce si joli moment <3

    Répondre
    • Leiloona says:

      De rien pour le partage, Framboise ! :) Tu sais bien, le blog, c’est avant tout du partage ! 😉
      j’espère que la pièce tournera oui, elle le mérite tellement !

      Répondre
      • framboise says:

        Pas prévu pour l’instant j’en ai bien peur ! Vais farfouiller dans tous les théâtres par chez moi 😉
        un peu de partage et de douceur dans ce monde de brutasses, sacrebleu, comme ça fait du bien !
        bisous Leil’

        Répondre
        • Leiloona says:

          Oui, hein, la blogo c’est aussi de l’amûûûûûûr ! :) Sinon la pièce joue encore sur Paris, donc à voir avec la comédienne et les techniciens … Mais j’espère oui que tu pourras la voir.

          Répondre
  2. La chèvre grise says:

    Rhooo tu me donnes envie ! J’avais beaucoup aimé le roman, à ma grande surprise. Du coup, vu l’horaire et le peu de temps restant de programmation, je vais peut être me le faire en solo… Je vais regarder ça tiens !

    Répondre
  3. Albertine says:

    Un roman que j’avais beaucoup aimé ! J’espère effectivement que la pièce va venir en province.

    Répondre
  4. gambadou says:

    Tu as raison de comparer Esclarmonde et Antigone. Très beau livre, j’espère en effet que la pièce tournera en province

    Répondre
    • Leiloona says:

      Je l’espère aussi, oui.

      Et les deux personnages se ressemblent beaucoup, oui … un peu comme si Antigone avait eu le temps de parler en fait.

      Répondre
  5. Didi says:

    Bonsoir,
    j’avais adoré ce livre et trouvais qu’il serait très bien lu à haute voix et c’est ce que réalise cette jeune comédienne !
    Un joli spectacle que nous ne verrons pas en province…
    Bisous

    Répondre
  6. Pingback: Le Testament de Marie Colm Tóibín | Bric à Book

Laisser un commentaire