Carnet de voyage : La Roumanie du Nord

cartes-postales-roumanie

En triant mes photos pour faire de la place sur mon téléphone (comment ça 2000 photos saturent ma mémoire ?), j’ai retrouvé avec délice mon plaisir roumain de mars dernier, et je me suis aperçue en même temps que j’avais oublié de partager avec vous ce voyage qui fut pour moi un presque retour aux sources.

Dans ce carnet de voyages, je ne vous parlerai pas d’une destination phare de la Roumanie, à savoir la Transylvanie (une région centrale), mais du Nord de ce pays, là où se nichent les fabuleux monastères bleus. La région de la Bucovine.

bucovine_carte

Mais avant les monastères et leur charme fou, j’ai passé quelques jours à Bacău, en Moldavie roumaine (une région du Nord-Est de la Roumanie.), au centre d’art et de culture Georg Apostu.

Il ne fait aucun doute que l’architecture du centre de Bacău est marquée par l’ère de Ceaucescu, une ville de l’Est qui peine encore aujourd’hui à se remettre à la fois d’un dictateur, mais qui a aussi subi les ravages du capitalisme attendu comme le messie …

L'artère principale de Bacău
L’artère principale de Bacău

Toutefois, au détour d’une ruelle, on tombe sur de véritables perles, le temps semble s’être arrêté, et nous voici transportés vers une autre époque.

eglise bacau

Le marché est un lieu que j’adore. C’est là qu’on trouve le vrai, qu’on découvre la vie quotidienne des roumains, loin des standards touristiques qu’on pourrait avoir ailleurs.

Une explosion de couleurs et de saveurs.
marche roumain 3

marché roumain 4

roumain Bacău

marche epices Bacău

marché Bacău

Place maintenant à la région de la Bucovine, quelques jours que j’attendais impatiemment, ne serait-ce que parce que nous allions toucher du doigt l’Ukraine. A quelques kilomètres de là, un pays qu’il faudrait que je découvre bien un jour à force de tourner autour (CF mes vacances à Cracovie).

Ce qui étonne tout d’abord est un formidable calme. Une sérénité évidente en découvrant la Bucovine.

Un premier monastère rouge, celui de Humor en toile de fond. Premier émerveillement.

Le monastère de Humor
Le monastère de Humor

Un bâtiment caractéristique de cette époque : plan en forme de trèfles, porche aux multiples arcades, des fresques à dominante rouge desquelles se détachent Vierge à l’enfant et jugement dernier.

Tout de défense érigée par Vasile Lupu au XVIIè
Tout de défense érigée par Vasile Lupu au XVIIè

Place ensuite au monastère bleu de Voronet. On sent davantage ici le côté touristique. malgré tout, grâce à une mère supérieure très attachée à son monastère, le tourisme se fait à petits pas.

Là encore, des yeux émerveillés … de véritables trésors roumains à faire connaître.

monastère voronet

Là encore l’influence byzantine se remarque grâce à la structure en forme de trèfle.
Comment ne pas être impressionné par ces fresques presque inaltérées encore aujourd’hui ? On cherche encore à savoir quelle est la composition exacte de cette peinture.
Un mystère bien sympa quand de nos jours, nous avons l’impression de savoir tout sur tout.

20150325_132715

fresque bleue voronet

Quant à la campagne environnante, quelle merveille … L’hôtel « La Perle bucovine » dans laquelle nous logions est tout simplement magnifique. Imaginez, le matin, un petit déjeuner avec cette vue, au soleil …

perle bucovine voronet

perla bucovina

La campagne aux alentours est un appel à la sérénité …

voronet

vornoet campagne

musee de soeufs

Puis, outre ces paysages où le temps semble s’être arrêté, le folklore roumain nous tendait les bras. Et là quelle surprise de voir que ces traditions roumaines étaient très semblables à celles que je connus petite. Non, assurément, l’Ukraine n’était vraiment pas loin.

musee oeufs peints

femme roumaine

Un pays qui possède encore cette beauté naturelle et non dénaturée. Un pays aux gens au grand coeur. A découvrir sans tarder.

Leiloona
Épicurienne culturelle, je sillonne villes, pays et musées, toujours un livre dans mon sac ... Chaque lundi, je publie mes textes dans un atelier d'écriture que j'anime depuis plus de 5 ans, basé sur une photographie. Museo geek l'hiver, sirène l'été. J'aime les bulles, le bon vin et les fromages affinés. View all posts by Leiloona →

24 commentaires

  1. Ah la Roumanie! J’y suis allée en 1982, au plein moment de Ceaucescu. Je vois que les beaux monastères sont encore là.
    Tu n’es jamais allée en Ukraine? Je n’y crois pas! J’y suis allée en 2008! (et la moldavie en prime ^_^)

    Répondre
    1. Non, jamais .. honteux hein ? Je voulais y aller cette année, au printemps, puis on m’a dit que ce ne serait pas forcément la meilleure période. Mais j’irai, c’est certain. A force de tourner autour, il va bien falloir. 😀

      Et les monastères bleus … qu’en dire, si ce n’est que je serais bien restée plus longtemps.

      Répondre
  2. de superbes photos pour ce reportage sur ce pays-
    je ne connais pas du tout- je voyage peu hélas –
    merci pour la découverte- bon dimanche-

    Répondre
    1. Merci Marianne ! Un reportage très succinct … pas réussi à trouver mon cordon pour transférer toutes mes photos, mais c’est déjà un petit aperçu. 😉

      Répondre
  3. Je me souviens très bien du monastère de Voronet. J’ai peu de photos, c’était le début des contrôles en avion et je ne me suis pas méfiée, mes pellicules ont été voilées .. J’avais vu aussi une magnifique petite église dans Bucarest, elle devait être rasée trois mois après pour faire place au palais du couple infernal.

    Répondre
    1. Oh punaise, quelle déception en découvrant tes photos. :/ J’imagine …

      J’ne ai pris plein, mais là impossible de remettre la main sur mon cordon. Il s’agit donc des photos de mon téléphone …

      Je n’ai pas visité Bucarest, mais je serais davantage tentée par la Transylvanie. 🙂

      Répondre
  4. j’avais beaucoup aimé mon voyage en Roumanie l’année dernière. 3 semaines à découvrir un pays auquel on pense trop peu pour le tourisme. Et pourtant! je n’ai pas fait la région des monastères, même si j’en ai vu des reconstitué au musée de plein air à Sibiu.

    Répondre
    1. Alors, si jamais tu as envie d’y retourner, n’hésite pas à découvrir la Bucovine, de belles montagnes et des monastères à tomber ..

      Et puis, cela fait tellement longtemps qu’on me parle des Carpates que j’ai eu l’impression de vivre enfin dans les légendes qu’on me racontait … 🙂

      Répondre
  5. Merci pour ces photos, que j’ai regardes avec nostalgie; j’ai découvert cette région en 1978; et début mai de cette année, je suis enfin retournée dans ce pays aux habitants si attachants. J’ai découvert la Transylvanie, mais surtout le delta du Danube, enchanteur, avec ses canaux verdoyants, sa faune et sa flore exceptionnelles, ses habitants, son histoire mouvementée. Je retournerai en Roumanie. C’est sûr. Quand àl’Ukraine, j’aimerais y aller, d’autant que nous avons hébergé une jeune ukrainienne (bébé Tchernobyl), que nous lui rendrions visite avec plaisir. Ah les voyages!

    Répondre
    1. Roh le Danube et sa vallée, il paraît que c’est juste magnifique.

      Je connais bien le principe des bébés / enfants de Tchernobyl, on en a accueilli une année à la colonie ukrainienne sitée à Rosey. 🙂

      Répondre
    1. Oui, voilà, c’est exactement ça. Et encore, je n’ai pas mis de photo de charrette tirée par un cheval ! 🙂

      Répondre
  6. Oh ce monastère!
    Ce que tu as photographié fait résonance en moi aussi, mon neveu est roumain, il a été adopté à l’âge de deux ans… Merci pour le partage!

    Répondre
    1. Mais de rien ! J’en ai des tonnes de photos de monastères, mais mon appareil est resté muet, le fourbe !

      Répondre

Commentaire :

%d blogueurs aiment cette page :