Je peux très bien me passer de toi, Marie Vareille

je peux très bien me passer de toi marie vareilleUne jolie couverture qui donne envie d’en savoir plus sur ces énigmatiques gambettes … Que nous réserve ce récit ?

Elles sont deux à mener la narration, des presque trentenaires déjà lassées par leur vie amoureuse. L’une, Chloé, ne se remet pas de sa rupture avec son ex et continue de coucher avec lui, même si ce dernier se marie bientôt. L’autre, Constance, vit dans un « no sex land » depuis plus de 2 ans. Une indécrottable romantique fleur bleue …

Les 2 copines, un soir de télé / plateau régressif, font un étrange pari. Chloé devra s’exiler à la campagne, chez l’oncle de Constance, avec pour objectif de ne pas coucher et d’écrire enfin  ce roman qui lui trotte en tête depuis longtemps. Constance, quant à elle, devra coucher le premier soir, avec un parfait inconnu.

C’est parti !

Voici un roman choral frais et pétillant. L’idée de partir à la campagne « au vert » afin de se ressourcer a le vent en poupe dans les romances (un effet de l’amour est dans le pré ?) et le procédé fonctionne toujours autant. Une jeune parisienne juchée sur de hauts talons, la moue dédaigneuse face à cette campagne un brin pépère sont de détonants chocs culturels et de jolis ressorts pour la romance. Et ça marche ! On se plaît à suivre les aventures de Chloé, on rit de certaines déconvenues (surtout en bonne hyper urbaine que je suis …) dans le troquet du coin, et on aime aussi et surtout illico ce mystérieux Vincent un peu bourru et écorché par la vie (forcément).

On oublie souvent Constance, la fan de Jane Austen. Sans doute parce que la narration ne lui offre pas une place réelle dans la structure narrative. Et c’est bien dommage. Elle aussi, à mes yeux, aurait pu être plus qu’un prétexte narratif, ses  avancées dans la séduction auraient pu avoir plus de poids dans le récit. Mais c’est Chloé la belle qui possède le plus de charisme et Constance garde ce profil de « girl next door » …

Malgré ce petit bémol (pourquoi donc avoir choisi cette alternance des points de vue pour ne pas donner un réel corps à Constance ?), Je peux très bien me passer de toi est un roman parfait pour l’été : drôle et rafraîchissant, il s’engloutit en quelques heures, nous laissant un joli sourire aux bords des lèvres …

Et vous, pensez-vous qu’elles réussiront ce pari ?

Stephie est plus dithyrambique que moi.

Titre: Je peux très bien me passer de toi
Auteur: Marie Vareille
Genre: Chick-Lit
Nombre de pages: 320
Date de sortie: 08/06/2015
Prix support papier: 19€90
Prix format numérique: 13€99
ISBN: 978-2368120378
Editions: Charleston

8 comments

  1. Nady says:

    Tes billets sur les romans sont toujours un réel plaisir à la lecture. Tu les résumes si bien et avec beaucoup de lucidité qu’on aurait envie que le temps s’arrête pour pouvoir te suivre dans ces lectures. Merci 😉

    Répondre
    • Leiloona says:

      Roh je te remercie encore une fois ! Lire tes commentaires me donne à chaque fois une belle banane ! 😀

      A très vite. 🙂

      Répondre
    • Leiloona says:

      Le mien semble être le plus négatif qui existe – du moins dans ceux que j’ai lus … – , mais il reste tout de même très positif ! 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire