Une soirée au Musée de l’Orangerie

Orangerie-logo-bandeau-nympheas

Aujourd’hui, premier dimanche du mois, le musée de l’Orangerie est gratuit pour tous, je me suis dit que c’était l’occasion de revenir sur une soirée un peu particulière. Le 25 juin, j’ai en effet eu la chance, avec d’autres blogueurs, de voir le musée d’ouvrir rien que pour moi (ou presque).

musee orangerieCe fut d’abord l’occasion de revenir sur la spécificité du musée, puisque – comme son nom l’indique – ce lieu abritait les orangers du jardin des Tuileries. Une architecture simple et fonctionnelle, un joli mélange néoclassique à l’extérieur / futuriste à l’intérieur. Après avoir été plus ou moins un dépôt, le voici au XIXè une annexe du jardin du Luxembourg, à l’instar du Jeu de Paume qui lui fait face.

C’est Monet qui lui donne tout son faste, encore actuel, avec ses Nymphéas.

Ce fut ensuite l’occasion de revenir sur la programmation culturelle à venir, comme par exemple des concerts de piano, tous les deux mois, au coeur des Nymphéas ! Frissons garantis où nous pourrons écouter des compositeurs allant de Debussy à Philip Glass (septembre et novembre 2015, janvier, mars et mai 2016). Dès octobre ce sera aussi l’occasion d’inviter un artiste contemporain afin qu’il partage avec nous son amour pour Monet, véritable source d’inspiration pour son art. L’occasion de retrouver Gérard Garouste ou Claire Tabouret. Réservez déjà votre soirée du 3 octobre 2015 pour la nuit des musées ! N’oublions pas non plus cette exposition au titre attractif : « Qui a peur des femmes photographes ? » dès le 14 octobre 2015.

Julia Margaret Cameron (1815-1879) Hypatia, 1868 Paris, musée d'Orsay © Musée d'Orsay, dist. RMN- Grand Palais / Patrice Schmidt

Julia Margaret Cameron (1815-1879)
Hypatia, 1868
Paris, musée d’Orsay
© Musée d’Orsay, dist. RMN- Grand Palais / Patrice Schmidt

La nouveauté aussi du musée est aussi la création d’un espace restauration / café. De quoi manger une salade sur le pouce ou de boire un jus d’orange maison à l’Orangerie (le summum, non ?)

Nous continuâmes alors notre visite par les collections permanentes. Toujours aujourd’hui, nous retrouvons cette gigantesque installation murale qui n’a de cesse de nous transporter immédiatement à Giverny, mais aussi des toiles des collections de Paul Guillaume et Jean Walter. On déambule alors parmi les toiles de Derain, Renoir, Cézanne, mais aussi Matisse, Picasso, Laurencin ou encore Soutine et Utrillo.

Des toiles de notre patrimoine commun. Une replongée en enfance devant les Renoir (comme ne pas penser aux fameuses boîtes de chocolat qui reproduisent des toiles de Renoir ?) Des redécouvertes aussi.  

Coco Chanel, par Marie Laurencin

Coco Chanel, par Marie Laurencin

Le musée abrite aussi une exposition étonnante, d’un artiste italien paradoxalement méconnu : Wildt, qui appartient au courant symboliste. Des oeuvres qui mêlent plusieurs mouvements, tels que l’expressionnisme (comment rester de marbre face à ses sculptures ?) ou encore l’art classique ?

Des sculptures fortes au traits marqués et emprunts d’une souffrance palpable.

20150625_204550

Horaires
Le musée est ouvert de 9h à 18h
Tous les jours sauf le mardi, le 1er mai, le matin du 14 juillet et le 25 décembre
Pas d’entrée après 17h15 – évacuation à 17h45
Tarifs
Entrée plein tarif : 9€
Entrée tarif réduit : 6,5€
Entrée gratuite les premiers dimanches du mois

12 comments

  1. Amandine Aufildesplumes says:

    Lors de mon dernier séjour à Paris, nous n’avions pas eu le temps de visiter ce musée. Tu es vraiment privilégiée d’avoir pu y accéder avant tout le monde!
    Un bel article qui donne envie de prendre le train pour traverser la France.

    Répondre
    • Leiloona says:

      J’y ai accédé en soirée, mais je n’ai rien vu en avant-première ce soir-là. 😉 J’ai savouré ma chance, effectivement, d’avoir une visite guidée des Nymphéas puis des collections permanentes. Avoir des spécialistes passionnés et passionnants, oui, une vraie chance.

      Répondre
    • Leiloona says:

      Je ne connaissais pas du tout : quelle surprise, du coup ! Vraiment impressionnant (jusqu’au 13 juillet.)

      Répondre
    • Leiloona says:

      Oh que oui, je me suis baladée seule dans le musée à la fin (bon, il y avait du monde, mais la collection permanente était vide, à l’exception du gardien) : impression surréaliste et un poil angoissante ! 😀

      Répondre
    • Leiloona says:

      Oui, et mon fils est un grand fan des Nymphéas, il pourrait rester des heures devant … j’irai sans doute lui montrer Giverny ! 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire