Dans la cour des grandes, Adèle Bréau

« Vous connaissez la légende des grains de riz ? Il y a un proverbe qui raconte que si, pendant la première année de leur mariage, les couples remplissaient un bocal d’un grain de riz chaque fois qu’ils font l’amour, et en ôtaient ensuite un à chaque relation les années suivantes, ils n’auraient pas assez d’une vie pour vider le pot. « 

Un livre pour des presque quadragénaires ? La cour des grandes est spécialement fait pour vous !

A 40 ans, finis les chabadabada ♪ ♫ ♪ , les envolées amoureuses, les crépitements du coeur ? Non … rassurez-vous à 40 ans, on possède encore une vie trépidante et rocambolesque : ces héroïnes des temps modernes vous le prouveront avec leur vie haute en couleurs ! 

Il y a tout d’abord Alice : brillant second d’un restaurant, elle a du mal à accepter son nouveau célibat et multiplie les heures au travail. Mathilde a trois enfants, ou plutôt non, elle a deux enfants et un mari. Mais ce dernier se laisse doucement vivre depuis qu’il est au chômage. Eva, elle, voudrait bien avoir un enfant, mais son ventre reste désespéramment vide. Quant à la dernière des 4 copines, Lucie, la richissime, elle jongle entre son magasin et sa famille nombreuse. Du moins, gère-t-elle plutôt toutes ses employées qui gèrent son petit monde, tout en étant obsédée par le fait de renvoyer une image de la famille parfaite …

J’ai dévoré ce roman. Sans doute parce que je me suis retrouvée dans de nombreuses situations : ces femmes équilibristes qui gèrent enfants, travail, amour et vie sexuelle épanouie (ou pas). Un roman dans lequel on reconnaît aussi nos copines … Des personnages, comme Lucie, qui aurait pu vite devenir agaçants, mais qui ne le sont pas : ce roman-là n’est pas là pour juger et elles sont toutes attachantes à leur façon.

Des rebondissements, forcément, des coups de « moins bien », des coups « de mieux » : on partage la vie de ces 4 femmes pour quelques heures et on referme le roman à regret. On aurait bien encore partagé quelques anecdotes avec elles.

Un roman qui fait du bien, parfait pour une lecture pendant ses vacances. De quoi recharger les batteries avant la rentrée qui pourrait être explosive (comme tous les ans, non ?)

Working girls, mamans débordées, femmes au bord de la crise de nerf ? Voici un feel good book pour vous. 

Messieurs, vous ne resterez pas sur votre faim, puisque le second tome Les Jeux de garçons est déjà sorti et vu la fin du roman, je suis bien curieuse de découvrir ce tome.

La cour des grandes
Adèle Bréau
JC Lattès
EAN : 9782709647557
Romans contemporains
Parution : 08/04/2015
400 pages
19.00 €

Séverine  : Un bon divertissement qui se lit vite (et donnerait une chouette adaptation ciné ou télé) à se prêter entre copines (ou pour les garçons qui veulent regarder par le trou de la serrure.)

8 comments

    • Leiloona says:

      Oui, bien sympa ! Moi non plus pas quarantenaire, mais les préoccupations étaient les mêmes que les miennes. :)

      Répondre
  1. monesille says:

    Passé cinquante, ce livre me plairait bien :-) ai-je encore le droit, rien que pour voir à quoi j’échappe .
    Bises

    Répondre
  2. Sido says:

    J’avais repéré cette jolie couverture mais tu me donnes vraiment envie de le lire;

    Répondre
  3. *Marie* says:

    Je l’ai récemment reposé à la librairie en me demandant ce que ça valait. Maintenant je sais ! :)

    Répondre

Laisser un commentaire