Le Pont des Espions, Steven Spielberg

L’espion (Mark Rylance) et l’avocat (Tom Hanks) : une interprétation magistrale !

Au début de la Guerre Froide, James Donovan, un avocat de Brooklyn se retrouve désigné par la CIA pour négocier à Berlin Est l’échange d’un pilote américain contre un espion russe. Une fois de plus, Steven Spielberg et Tom Hanks se retrouvent pour un film qui frise la perfection.

Précédemment dans les années 50…

Commençons par un bref rappel historique du climat qui règne à fin des années cinquante. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les deux super-puissances nommées Etats-Unis et URSS sont engagées dans la Guerre froide, une guerre où la principale arme n’est pas la puissance militaire mais le renseignement. Chacun des deux camps déploie mille et une ruses pour espionner l’adversaire.
C’est dans une Amérique vivant dans la peur d’un holocauste nucléaire et nourrie de propagande anticommuniste, que des espions russes se mêlent discrètement à la population. Comme Rudolf Abel (Mark Rylance), un agent soviétique passionné de peinture vivant à New York qui est chargé d’envoyer des messages codés vers la Russie. Rudolf est arrêté par le FBI mais il refuse de coopérer et de trahir son pays. Dans l’attente de son procès, il est détenu dans une prison fédérale.
Pendant ce temps les américains ont créé le U-2, un avion espion avec lequel ils ont décidé de cartographier les bases secrètes des soviétiques.

@Leiloona : Excuse-moi de te déranger, mais j’ai une petite question…
@Nimentrix : Je suis en train de rédiger l’article sur le Pont des Espions…
@Leiloona : Désolé, c’est juste Daniel Craig qui voulait savoir… C’est un film d’espionnage alors ? Avec des agents secrets, le KGB, des poursuites, des flingues et des gadgets ? Une sorte de James Bond ?
@Nimentrix : Pas vraiment non, tu peux rassurer ton copain Daniel, le film est basé sur des faits réels. Il est question de James Donovan, un avocat en droit d’assurance de Brooklyn. Rien à voir avec la fiction créée par un officier du renseignement britannique nommé Ian Fleming.

My name is James, James Donovan

Ne vous fiez pas à son apparence, cet homme est un incroyable négociateur..

Ne vous fiez pas à son apparence, cet homme est un incroyable négociateur..

Le gouvernement américain, en quête d’un avocat indépendant pour défendre Rudolf Abel, se tourne donc vers James Donovan (Tom Hanks), un avocat très estimé au sein de la communauté juridique pour ses talents de négociateur. Après quelques réticences, James Donovan finit par accepter de représenter Abel, car il veut s’assurer que l’espion sera jugé équitablement, indépendamment de sa nationalité. Tandis qu’il prépare sa stratégie de défense, un lien se tisse peu à peu entre l’avocat et son client, ce qui permet à Abel d’échapper à la condamnation à mort grâce à l’étonnante plaidoirie de son avocat.
Donovan est alors chargé par la CIA d’aller négocier à Berlin Est l’échange de l’espion russe contre le pilote d’un avion U-2 américain capturé par les Soviétiques. L’affaire se complique lorsque James Donovan découvre qu’un étudiant américain a été arrêté à Berlin-Est, et qu’il décide de négocier l’échange de l’espion russe contre le pilote ET l’étudiant.

Steven Spielberg & Tom Hanks, un duo gagnant qui ne vous laissera pas de glace...

Steven Spielberg & Tom Hanks, un duo gagnant qui ne vous laissera pas de glace…

Totale maîtrise

Avec Steven Spielberg à la caméra ce film est un véritable délice pour les yeux avec son ambiance « fifties » qui n’a rien à envier aux premières saisons de Mad Men. L’ambiance glaciale de Berlin vous fera frémir, les dialogues peaufinés par les frères Coen vous feront sourire et le scénario proposé par Matt Charman vous tiendra en haleine.

Mais ce savant cocktail d’humour, de suspense et de réflexion politique ne pourrait fonctionner sans des acteurs et actrices hors-pairs. Et Spielberg a eu la main heureuse en recrutant Tom Hanks, Mark Rylance, Amy Ryan, Scott Shepherd : chacun des interprètes est éblouissant et porte le film encore un peu plus haut, mention spéciale à l’étonnant couple avocat – client tenu par Hanks et Ryan et à la très émouvante prestation d’Amy Ryan dans le rôle de l’épouse de James Donovan.

“ Tout le monde a peur de cet homme. Il est une menace pour nous tous. Comment on va nous regarder ? Comme la famille d’un homme qui essaie de faire relâcher un traître ? ”
Mary Donovan

Le couple Donovan, soudé en toutes circonstances.

Belle réussite malgré quelques minutes de trop

J’ai été complètement bluffé par la performance de Tom Hanks qui m’a quelquefois pensé à Cary Grant, et je me suis laissé porter par cette incroyable histoire de négociation où le gouvernement américain laisse un simple avocat prendre tous les risques pour marchander avec les soviétiques et les allemands. J’ai juste été un peu agacé par les dernières minutes un peu trop « God Bless America » à mon goût. Le film aurait pu s’arrêter lorsque Mary découvre son mari dans la chambre, ou mieux encore lors de la dernière scène sur le pont.
Malgré cette fin « pour les américains patriotes un peu long à la détente », ce film est dans mon top 5 de l’année, Spielberg nous propose un grand crû, ça serait dommage de ne pas le déguster :-)

La bande annonce :

Date de sortie 2 décémbre 2015
(2h12min)
Réalisé par Steven Spielberg
Avec Tom Hanks, Mark Rylance, Scott Shepherd (II)
Genre Thriller
Nationalité : Américain

This entry was posted in Cinéma, Sorties parisiennes and tagged Années 50, avant-première cinéma, Avion espion U2, Berlin Est, , espionnage, Frères Coen, guerre froide, Mark Rylance, Steven Spielberg, Tom Hanks, U 2.

14 comments

  1. Stephie says:

    J’irai le voir, j’adore Tom Hanks.
    Par contre, tu ne serais pas un peu jaloux, dis ? :) Parce que bon, tu nous en parles souvent de Daniel, non ? Krkrkrkrkr

    Répondre
  2. Leiloona says:

    Je m’insurge, c’est quoi cette Leiloona qui dit s’excuser de te déranger ? Depuis quand a-t-elle viré sa cuti de patronne ? 😮

    Sinon je le verrai en DVD … un dimanche neigeux, sous une couette … ce doit être mon rhume qui me donne envie de cocooning.

    Répondre

Laisser un commentaire