Comment visiter un musée, et aimer ça ?

comment visiter un musee et aimer çaIl n’aura échappé à personne que j’aime traîner ma guêpière dans les musées … Suis même devenue z’orga d’une association que les Parisiens connaissent peut-être : le SMV. Aussi, n’ai-je guère besoin d’un livre pour apprécier les expositions. Toutefois, je m’interroge souvent sur le moyen de les faire aimer à mes élèves.

Il va sans dire que le ludique doit entrer dans les musées, mais n’a-t-on pas encore et toujours une vision trop sacralisée de ces lieux ? Il suffit de voir comment nous chuchotons et comment nous regardons une oeuvre d’art …

Ce livre fait volet en éclats cette vision sacrée.

Arrêtez d’errer, agissez !

Au départ, il y a le « white club ». Sans lui il n’y aurait pas eu ce livre. Qu’est-ce que le « white cube » ? Dans les années 70, les musées sont devenus des lieux blancs, propres et aseptisés. On a coupé du réel les expositions, mais l’art a besoin d’être rattaché au réel, d’exister, de ne pas être une fin en soi. Aussi, à nous, visiteur, de faire de nouveau entrer la vie dans les musées.

Comment ? Voici quelques pistes soulevées par ce livre …

Pourquoi ne pas tirer parti des gardiens du musée ? N’hésitez pas à aller leur parler et les questionner : véritable « troupe de l’art au sol », ils peuvent nous apporter moult informations, et seront même les premiers contents d’être sortis de leur certaine léthargie …

« Hein ? Ouaaaah ! » plutôt que « Ouaaaaaaah, hein ? »

Le principal serait avant tout de communiquer avec les oeuvres. Pourquoi ne pas chercher un détail sur une oeuvre, ce qui échappe au premier abord ? Entrer alors en interaction avec une oeuvre, sans se dire qu’on n’y comprend rien. Au contraire, même le « bon art » est celui qui nous fait dire  » Hein ? Ouaaaah ! » plutôt que « Ouaaaaaaah, hein ? » L’art nécessite du temps.

A ce propos, d’ailleurs, un enfant au musée est votre meilleur guide, car il voit les tableaux sous un angle différent, nous pousse à nous poser de nouvelles questions. On oublie alors les cartels et on se concentre sur l’oeuvre en elle-même. N’oublions pas que l’Art est avant tout un ressenti personnel. Les cartels ne viennent-ils pas phagocyter nos émotions ?

Les musées, eux-mêmes, ont opéré un tournant : n’hésitez pas par exemple à aller à des ateliers pour les mal-voyants. Vous y toucherez les oeuvres et aurez une autre approche de ces pièces.

Un guide, ou plutôt 32 propositions pour aborder l’art différemment, pour dépoussiérer vos visites. Parler avec des inconnus, mettez-vous en scène sur les photos, faites vivre les oeuvres, entrer en communication avec elles, autant de propositions pour apprécier vos visites.

Comment visiter un musée
Et aimer ça
Auteur(s) : Johan Idema
Editeur(s) : Eyrolles
Nombre de pages : 128 pages
Date de parution : 25/06/2015
EAN13 : 9782212141672
13 € 90

6 comments

  1. estellecalim says:

    J’ai dû voir passer ce livre sur tes photos mais je l’avais oublié. Je le note vite vite. Je suis moi aussi une adepte des musées et je me demande toujours si je vais réussir à faire passer ce plaisir de la visite à ma minette. Et c’est vrai que l’action est toujours une bonne chose. Je prends souvent l’audioguide qui oblige à regarder les détails, à s’arrêter sur certains tableaux, et je m’aperçois que lorsque je ne le prends pas, j’aime moins l’expo visitée 🙂

    Répondre
    • Leiloona says:

      Je traîne TroGnon dans les musées, il est assez critique d’ailleurs, c’est rigolo … je me souviens d’une expo que je n’avais pas vraiment aimée (mauvaise scéno), et il m’a sorti après cette expo (sans que je n’aie rien dit) : « elle était un peu pourrie l’expo, non ? » Loooooool ! 🙂

      Répondre

Commentaire :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.