Te souviens-tu de Tchernobyl ? 86, année blanche, Lucile Bordes

© Roland Verant

Il est des dates qui restent en mémoire, ancrée dans notre chair à jamais. 86, année blanche, année à marquer d’une pierre blanche …
Avril 1986. Ma patrie de sang et de coeur, patrie inconnue pour la plupart des quidam, mise sous le feu des projecteurs de la centrale nucléaire. Tchernobyl, Pripiat, Ukraine. Nous n’étions plus des petits russes, nous étions les irradiés, les bannis, les exilés.

Dans son nouveau roman, Lucile Bordes décide de revenir sur cette année. A travers 3 voix, ce roman polyphonique raconte la vie de 3 femmes tournées vers l’Ukraine.

Lucie, jeune fille du Sud de la France, qui regarde le ciel et se demande si le nuage de Tchernobyl passera la frontière. Son père, ouvrier d’un chantier naval, voit la fin d’une époque arriver. Mais les médias sont formels, aucune radioactivité ne passera la frontière.
Ludmila, elle, habite à Pripiat, une ville à l’ultra modernisme fou et démentiel, une ville devenue fantôme après 1986. Son mari fera partie de ces hommes devenus des héros pour l’Ukraine. Des hommes de feu, empoisonnés par un mal inconnu qui ronge la chair et les os.
Ioulia est une kiévienne et rêve de plonger encore une fois dans les bras de son amant français. Son mari se jette, lui, à corps et coeur perdus dans la centrale. Il deviendra un liquidateur. Comment survivre à ça ?

86, année blanche,  est un roman à la plume ciselée et évocatrice. Un sujet porteur rythmé par un feu sacré. Comment ne pas penser à La Supplication en lisant ces lignes ? Comment ne pas être ému de ces destins brisés à jamais ? Comment ne pas non plus penser aux conséquences de cet événement dont les retombées existent encore de nos jours ? Comment ne pas établir des parallèles avec ce que nous pourrions vivre nous aussi ? L’exil forcé, les morts annoncées, les maladies à venir, les vies brisées, les corps malformés, la nation ukrainienne à jamais à terre, et cette nature qui reprend toujours, toujours ses droits.

Un roman polyphonique où résonnent, face au silence assourdissant des autorités, ces voix de femmes que personne ne peut faire taire alors que la mort rôde au chevet de leur mari, dans les pas de leurs enfants, mais aussi dans leurs cauchemars journaliers.

Un roman essentiel, un memorandum, un linceul pour ces hommes enterrés dans des cercueils de plomb.

Auteur Lucile Bordes
Editeur Liana levi
Date de parution 03/03/2016
Collection Litterature
EAN 978-2867468131
ISBN 2867468132
Illustration Pas d’illustrations
Nombre de pages 144
14 € 50

Ce roman fait partie de la short liste pour le Prix Orange du livre 2016

4 comments

  1. Ch.B says:

    Gravé dans nos mémoires et dans la terre, je vais me mettre rapidement en quête de ce livre.

    Répondre
    • Leiloona says:

      Merci … ta réaction me fait dire que j’ai réussi à passer mon émotion pour ce roman … Je peux te l’envoyer si tu veux. 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire