Le Horla, Maupassant (Théâtre Michel)

Parangon du récit fantastique, Le Horla de Guy de Maupassant se joue au Théâtre-Michel jusqu’au 27 mai 2017. Un seul en scène vibrant : quand un homme sombre dans la folie…

L’histoire, tout le monde la connaît ou presque : un bateau tout droit venu du Brésil accoste près des côtes normandes. Peu à peu un homme sent autour de lui des forces obscures. Il se bat contre, essaie de retrouver une certaine sérénité ailleurs avant de lâcher prise et de devenir irrémédiablement fou.

Le doute habite le registre fantastique, le lecteur ou le spectateur doit sans cesse osciller entre la raison et le surnaturel. Le personnage est-il victime d’hallucinations ou au contraire subit-il vraiment la menace du Malin, d’une divinité infernale ? Au début, forcément on pense à une folie brève, une fièvre qui aurait pris son personnage, mais force est de constater que des preuves sont là.

On baigne alors dans un monde où les avancées technologiques font peur, on se frotte à l’hypnose tout en retombant sur d’anciennes légendes sud américaines. Le halo fantastique est en place, l’étau n’a plus qu’à se resserrer autour de la gorge du personnage et du spectateur.

L’adaptation au théâtre Michel est symbolisée par une certaine sobriété. Une chaise, un tréteau, un comédien seul en scène. Florent Aumaitre occupe alors l’espace de sa formation classique. Costume trois pièces classique, des cheveux ondulés : il ressemble quelque peu déjà à un dandy du XIXè. Comment ne pas penser aussi à un Gallienne ou à un Luchini ? La diction est là, le ton aussi. Forcément, je l’attendais au tournant. La véritable prouesse pour ce comédien est le plongeon dans la folie. Comment allait-il la transposer ? Sa formation classique s’amenuise alors au profit d’une danse du corps. Celle des mains, poisseuses, chaudes, qui miment le désarroi.

Une adaptation classique qui sait évoluer vers un certain lâcher, obligatoire pour ce rôle. Le texte a toujours chez moi le même impact, troublant et dérangeant, et à chaque fois je ne peux m’empêcher de penser à l’écriture de ce récit. Puisque Maupassant, lorsqu’il l’écrit est déjà atteint des troubles de la syphilis qui lui sera fatale à 43 ans.

FLORENT AUMAITRE

Producteur: ZD Productions

Auteur : d’après Guy de Maupassant
Mise en scène : Slimane Kacioui

Avec :
Florent AUMAITRE

Chroniqué ici, la BD Le Horla de Guillaume Sorel 

Leiloona
Épicurienne culturelle, je sillonne villes, pays et musées, toujours un livre dans mon sac ... Chaque lundi, je publie mes textes dans un atelier d'écriture que j'anime depuis plus de 5 ans, basé sur une photographie. Museo geek l'hiver, sirène l'été. J'aime les bulles, le bon vin et les fromages affinés. View all posts by Leiloona →

2 commentaires

Commentaire :

%d blogueurs aiment cette page :