Monsieur Origami, Jean-Marc Ceci

Cette femme m’a apporté une réponse. 
J’ai suivi la lumière noire. 
– Vous avez vraiment tout quitté pour une femme.
Maître Kurogiku se tait. Regarde Casparo. Parle : 
– Posez-vous cette seule question : quitter quoi. 
– Eh bien tout ce que vous aviez. 

Maître Kurogiku se tait. Plus longuement. Ferme les yeux. Respire. Puis parle : 
– A quoi sert-il d’avoir si être nous manque. 

Monsieur Origami est un OVNI de premier roman. Délicatesse japonaise, mesure du temps qui passe, réflexion sur l’être … En de courts paragraphes, le lecteur plonge dans un langueur certaine, se pose lui aussi dans un joli temps suspendu, avec ce monsieur qui crée des origamis.

Dans une autre vie, Kurogiku vivait avec sa famille. Puis il tomba amoureux d’une belle panthère noire juchée sur des escarpins. Cette femme lui tourna la tête, et il partit, à 20 ans, à sa recherche en Toscane. Depuis, il vit en ermite et plie et déplie des origamis en murmurant :

Chaque beauté a sa part d’ombre.

Sa rencontre avec un horloger bouleversera sa conscience au temps … Il fouillera alors dans sa mémoire et reviendra sur des valeurs essentielles telle que la transmission du savoir … Les deux hommes apprendront alors chacun l’un de l’autre, mais aussi d’eux-mêmes.

Au fond qu’est-ce qu’une heure, une minute, une seconde ? Qu’est-ce que c’est vraiment ? 
Casparo ne le sait pas. 
– Considérez votre projet, Casparo, comme un origami. 
– Un origami ?
– Dépliez votre montre. Dépliez la ligne du temps. 

Un roman fait de silences empreints de plus de sens que certaines paroles. Tout est contenu dans ce qui ne se dit pas, dans des regards ou des gestes. Et puis au détour de ces silences, des légendes comme celle « des mille grues » aujourd’hui utilisée par l’agence spatiale japonaise ou encore cette histoire du « projet Fugo ».

Inutile de vous en dire plus.
Ouvrez ce roman, succombez à son charme étonnant, mettez-vous en posture de zazen, puis respirez cette sérénité devenue vôtre à la lecture de ce livre.

A déconseiller aux amateurs de page turner et autres aficionados des romans d’actions. Chaque page semble avancer à petits pas de geisha, avec ses répétitions, mais aussi ses ajouts.
Pourquoi un tel roman n’a pas eu plus de succès ?  La libraire me disait que les gens étaient rebutés par les courts paragraphes, pensant qu’ils n’en avaient pas pour leur argent … Les malheureux, ils ne savent pas à côté de quelle beauté ils passent.

Éditions Gallimard (Août 2016)
Collection Blanche
160 p.
Prix : 15,00 €
ISBN : 978-2-07-019772-9

Noukette : Un premier roman qui a tout du bijou… ♥

Leiloona
Épicurienne culturelle, je sillonne villes, pays et musées, toujours un livre dans mon sac ... Chaque lundi, je publie mes textes dans un atelier d'écriture que j'anime depuis plus de 5 ans, basé sur une photographie. Museo geek l'hiver, sirène l'été. J'aime les bulles, le bon vin et les fromages affinés. View all posts by Leiloona →

8 commentaires

    1. Exactement ! Je ré-ouvrirai de temps en temps certaines pages … certaines sont de vrais mantras. ♥

      Répondre

Commentaire :

%d blogueurs aiment cette page :