Jeux de miroirs, E.O. Chirovici

Tout ce que nous entendons n’est qu’une opinion, pas les faits. Tout ce que nous voyons n’est qu’une perspective, pas la vérité. Marc Aurèle

Si les bandeaux dithyrambiques attirent certains lecteurs, moi ils me font fuir. Ou du moins me rendent sceptique. Je regarde le roman de biais et souvent je le délaisse. Il eût été dommage de passer à côté de ce roman, cependant. (Vive la sélection des prix, sans eux je n’élargirais pas mon horizon littéraire  …)

Jeux de miroirs interroge notre rapport aux souvenirs et à la mémoire. Connaissez-vous le phénomène du déjà-vu, cette forme de paramnésie particulière ? Les recherches à ce sujet sont fascinantes … E.O Chirovici brode autour tout en plongeant son lecteur dans le phénomène de réalité multiple.

Aussi, où se situe la vérité ? Dans ce manuscrit incomplet que Peter Katz, agent littéraire, vient de recevoir par la Poste ? Mais quid alors de la suite qui promettait de dévoiler le meurtrier ? Toutefois, l’auteur du manuscrit vient de mourir : l’enquête s’annonce tortueuse.

La recherche de ce manuscrit perdu entraîne alors notre personnage vers les véritables protagonistes du roman. En effet, l’auteur Richard Flynn s’est largement inspiré de faits réels, jusqu’à ce meurtre non élucidé du professeur Wieder. Les faits remontent à une trentaine d’années, d’autres protagonistes sont morts depuis, mais Peter aimerait démêler le vrai du faux. Imaginez, il a peut-être sous ses doigts une véritable bombe à retardement. Un futur best-seller même ! Il met un écrivain sur le coup, il sera en charge de déchiffrer le vrai du faux. Se greffera pour finir un inspecteur de police …

Le puzzle commence. Les pièces s’emboîtent très mal, les discours divergent. Au centre de tout ceci, notre rapport avec la mémoire et nos souvenirs, mais aussi certaines défaillances de notre cerveau, qui, par chance ou malchance, ont posé un lourd voile noir sur des évènements passés.

Voici un roman choral aux allures de thriller psychologique. Loin d’être un véritable page-turner grossier, la narration attrape délicatement son lecteur, ajoute des interrogations, des mauvaises routes, tous les personnages semblent jouer un faux jeu. Aucun témoignage ne concorde …

Outre cet entrelacs bien vu, le véritable enjeu de cette histoire est un manuscrit qui lui aussi aurait été perdu. Et là le roman tombe dans une mise en abyme divertissante. Est-ce le mobile du crime ? Peut-on tuer pour être publié ? Comment un auteur peut-il changer notre perception de la réalité ?

Des questions, qui, vous vous doutez bien, m’ont intéressée. Entre création  d’un roman, son pouvoir, ses incidences, mais aussi ses dommages collatéraux, le rapport à la réalité biaisé, voici un roman aux allures de labyrinthe. Difficile à lâcher, comme le fil d’Ariane.

Mais au final, la réalité existe-t-elle ?

 

Jeux de miroirs, d’E.O. Chirovici, ed. Les Escales, 304 pages, 21,90€

L’avis de Caro.

 

Leiloona
Museo geek l'hiver, sirène l'été. Je lis et j'écris durant les 4 saisons. J'aime le bon vin et les fromages affinés. View all posts by Leiloona →

6 commentaires

  1. Je l’ai acheté sur une impulsion et finalement il est dans ma bibliothèque depuis un moment. Tu m’as donné envie de l’en extraire !

    Répondre

Commentaire :

%d blogueurs aiment cette page :