Leur séparation, Sophie Lemp

Il y a deux ans, Le Fil de Sophie Lemp m’avait énormément émue. La narratrice revenait sur la relation qu’elle avait avec sa grand-mère. Pour son second roman, l’auteur revient sur la séparation de ses parents.

Ne pas chercher à être au plus près de ce qui a eu lieu mais de ce que j’ai vécu. 

La lecture de ce roman permet de comprendre, de l’intérieur, comment une petite fille vit la séparation de ses parents. Des instantanés de vie mis bout à bout qui forment le puzzle d’une narratrice scindée en deux. Alors, comment elle l’avait fait pour Le Fil, Sophie Lemp se fait tisseuse, elle refait souvenir après souvenir le fil de sa vie :

L’écrire, comme écrire sur le temps vécu à trois, me permet de m’en assurer. Cela a été. 

Voilà l’objet de ce livre : poser ses mots sur du blanc, qu’ils soient couchés sur une feuille et prouvent ainsi qu’un jour ils ont été trois.

L’écriture de Sophie Lemp a gardé sa délicatesse, une sensibilité à fleur de mots. Le lecteur navigue alors à travers les moments clés de la narratrice. Les Noëls séparés, le nouvel appartement de son père, les habitudes à refaire, la gêne entre les deux parents, la reconstruction …

Il y a toujours une part de moi près de celui avec lequel je ne suis pas.

Avec Leur Séparation, l’auteur reprend, grâce à ses mots, la place qu’elle a pensé perdre enfant. Comme pour le Fil, la douceur affleure sous la tristesse de la narratrice, l’écriture fait place à l’émotion et aux sens, et le lecteur parcourt ces instantanés comme s’il avait fait partie de cette famille. (Vous voyez, Sophie Lemp, par ce roman votre famille s’est agrandie.) Ici je n’ai pas retrouvé cette énergie dont faisait preuve la narratrice face à la maladie de sa grand-mère, j’y ai plutôt vu une petite fille qui, par le biais de ce livre, se livrait à ses parents pour pouvoir vraiment refermer cette parenthèse douloureuse. Aussi ai-je eu plus l’impression d’être de trop dans ce roman, comme si je devais plutôt les laisser tous les trois se parler et discuter en adultes de ce que les uns et les autres avaient vécu à cette période-là.

Roman
100 pages
14€90€
En librairie le 07 septembre 2017
EAN : 978-2-37073-147-0
Rentrée littéraire 2017

Albertine : Ce livre parle d’une blessure encore ouverte, avec pudeur et sans pathos. Il n’en est que plus émouvant.

Leiloona

Museo geek l’hiver, sirène l’été.
Je lis et j’écris durant les 4 saisons.
J’aime le bon vin et les fromages affinés.

View all posts by Leiloona →

23 commentaires

    1. Oh deviendrais-tu normande ? P’tre ben qu’oui, p’tre ben qu’non ? 😀

      Le roman se lit d’un souffle, comme une parenthèse sur une journée.

      Répondre
    1. Je me rappelle encore de ce fil, de l’émotion ressentie … Oui, un très joli livre. Je ne sais pas s’il est sorti en poche.

      Répondre
  1. J’avais adoré le fil… alors, celui ci devrait aterrir dans ma bibliothèque!

    Répondre
  2. J’ai été déçue par ce roman car je n’y ai rien trouvé de littéraire. L’auteure ne fait que mettre sur le papier des souvenirs d’enfance, sans les retravailler. Il ne m’a rien apporté alors que j’en attendais bien plus.

    Répondre
    1. Je pense qu’elle les a travaillés … mais je comprends ce que tu veux dire. Pour moi ce sont des instantanés de vie oui.

      Répondre
  3. Il y a tant de lectures qui me tentent cette rentrée que je ne vais pas prendre le risque d’être déçue par celui-ci.

    Répondre
  4. Je suis restée un peu en dehors de ce livre … je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, il manquait quelque chose… pourtant il me tentait bien

    Répondre

Commentaire :

%d blogueurs aiment cette page :